Claire Péré, nouvelle venue au sein du Collectif RENOIR !

Claire

Claire Péré, par elle-même !

En ce début 2016, le Collectif RENOIR est heureux d’accueillir en son sein une nouvelle collègue ! Claire Péré est étudiante en 4ème année de Design de Produits à Toulouse (formation d’arts appliqués pour être designer industriel). Elle réalise un projet dans le cadre de sa dernière année d’études et a, dans ce cadre, décidé de travailler sur la dichotomie lumière/obscurité, et plus particulièrement sur la façon dont cette dernière permet de révéler les objets et phénomènes célestes. De ce fait, elle se penche sur la problématique de l’érosion de « la nuit noire » sous l’effet de l’éclairage artificiel, car c’est bien la conflictualité entre des sources de lumières naturelles (phénomènes célestes) et artificielles (éclairage) qui sous-tend l’ensemble de son travail. Celui-ci se positionne d’emblée dans une démarche sensible, en interrogeant notamment la posture d’observation, et la mise en condition personnelle pour la contemplation (nécessité de s’habituer à l’obscurité, récolte d’informations sur les objets et phénomènes observables en un lieu et un moment donné, etc.).

Claire_Péré_002

« N’ayant pas un profil scientifique mais étant fascinée par la Lumière et les astres pour leur beauté, mon projet final se portera sur la contemplation de notre Univers, la nuit : j’entends par là un état d’observation, d’admiration. L’idée serait donc de sensibiliser, par l’intermédiaire de la contemplation, à la protection et à la conservation de notre ciel étoilé. »

d1baa1_06d53f49c3cd4221b4e30c3023bf186b

Le projet de fin d’études de Claire se scinde en deux parties : une partie « mémoire » autour de la Lumière (aspects philosophiques, sociologiques, économiques, etc.) et une partie « macro-projet », dont le but est de réaliser un projet de design sur une problématique dégagée à l’aide du mémoire. Dans ce cadre, son partenariat avec le Collectif RENOIR lui permettra de « territorialiser » ce macro-projet, en réfléchissant notamment sur les potentialités que le design peut apporter aux territoires dans la mise en valeur de leurs actions de protection de la nuit. Ensemble, nous souhaitons travailler plus spécifiquement sur la Réserve Internationale de Ciel Étoilé du Pic du Midi, la Ferme des Étoiles, mais également en partenariat avec la commune de Thérondels sur un projet de mise en tourisme de la nuit noire du Carladez.

Claire_Péré_001

Claire est également en contact avec Denis Bernard (photographe et enseignant au Lycée des Arènes à Toulouse, et Jean-François Becquaert, auteur de l’ouvrage Le Sahara vient des étoiles bleues. Enfin, et au-delà de ce projet d’une année, Claire souhaite d’ores et déjà poursuivre l’amorce de ses réflexions au sein du Master Design Transdisciplinaire Culture et Territoires de l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, auquel elle candidatera pour l’année 2016/2017.

Vous pouvez consulter l’ensemble des travaux personnels de Claire via son site web : http://claire-pere.wix.com/clairepere.

d1baa1_1ed5dd6167ea4f36bc96940fcb77ccf9


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l’environnement à l’UMR CNRS 5193 LISST de l’Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

1 réponse

  1. Carole dit :

    j’adore l’art! et c’est vraiment un travail d’un professionnel
    Est-ce que vous avez un cours?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *