Pierre Dilhan, stagiaire au sein du Parc National des Cévennes en route vers une RICE

partenaire-pnc-02Pierre Dilhan est en Master « Gestion des Territoires et Développement Local » parcours « Territoire ruraux » au centre universitaire de l’Ariège à Foix, antenne de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès. Sensibilisé à la problématique de la pollution lumineuse lors d’un stage au sein de la Réserve Naturelle Régionale d’Aulon (65), il a décidé d’aborder les impacts environnementaux mais aussi les aspects sociaux, économiques et paysagers de cette pollution. Il effectue son stage de première année de Master au sein du Parc national des Cévennes pour structurer le dossier de candidature au label IDA « Réserve Internationale de Ciel Étoilé » (RICE). L’encadrement du stage est assuré par Samuel Challéat (Collectif RENOIR) et Xavier Wojtaszak, délégué territorial sur le secteur du massif de l’Aigoual et pilote de la politique « Éclairage public et ciel étoilé » avec l’ADEME et les syndicats d’énergie. Une campagne de mesure de qualité du ciel pour l’année 2016 sera menée ainsi qu’une campagne de sensibilisation des acteurs du territoire cévenol pour obtenir leur total soutien au projet. Petite présentation par lui-même.


Addendum (15 juin 2016) : Guillaume Cannat, sur son blog Le Monde “Autour du ciel”, parle du projet de Réserve Internationale de Ciel Étoilé actuellement construit par le Parc National des Cévennes et Pierre Dilhan : http://autourduciel.blog.lemonde.fr/2016/06/15/la-splendeur-de-la-voie-lactee-dans-les-cevennes/#more-5018.


« Après l’obtention du Brevet de Technicien Supérieur – Gestion et Protection de la Nature, j’ai poursuivi mon cursus en Licence Professionnelle « Développement des projets de territoires » parcours « Gestion et Animation des Espaces Montagnard et Pastoraux » au centre universitaire de l’Ariège à Foix, antenne de l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès. Ariègeois de sang (presque !) mais de cœur c’est certain, je souhaite avec ces formations agir en faveur de la biodiversité en général, montagnarde plus précisément tout en favorisant le maintien, voire le développement de l’activité pastorale montagnarde.

DSCF1861b

C’est au cours du stage de licence dans la Réserve Naturelle Régionale d’Aulon (65) que j’ai découvert et apprécier les efforts faits dans la lutte contre la pollution lumineuse. Quoi de mieux que la commune pilote pour la reconversion de l’éclairage public, dans le cadre de la RICE du Pic du Midi, pour appréhender la problématique de la lutte contre la pollution lumineuse.

DSCF1851b

Actuellement en première année de Master « Gestion des Territoires et Développement Local » parcours « Territoire ruraux, j’ai fait le choix de travailler sur la pollution lumineuse. Le volet environnemental est la première entrée sur laquelle je me suis penché,  suivi des aspects sociaux, économiques et paysagers

DSCF1901b

Avec le soutien de Samuel Challéat, j’effectue un stage de 4 mois, dont les missions principales sont la structuration de dossier de candidature au label IDA – RICE, d’affiner le système acteur et définir la comitologie. L’aspect pratique du stage est de mener la campagne de mesure de qualité du ciel pour l’année 2016 et l’organisation d’un voyage d’étude au Pic du Midi afin de sensibiliser les acteurs du territoire cévenol (élus, des présidents de syndicats d’énergie) et obtenir leur total soutien au projet de RICE. L’encadrement du stage est assuré au niveau universitaire par Samuel Challéat et par Xavier Wojtaszak délégué territorial sur le secteur du massif de l’Aigoual et pilote de la politique « Éclairage public et ciel étoilé » avec l’ADEME et les syndicats d’énergie. »

DSCF1741b


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l’environnement à l’UMR CNRS 5193 LISST de l’Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *