« La nuit disparaît », un reportage vidéo et un article par La Télé Libre

sarko-jacheteMi-janvier, Flore Vignot, Marion Despouy et Anna Guillerm, du site La Télé Libre, ont publié un reportage vidéo et un article sur l’érosion de la nuit sous l’effet de l’éclairage artificiel. La nuit disparaît dresse ainsi le tableau des changements actuellement à l’oeuvre dans les rapports de nos sociétés à la nuit, qu’elle soit éclairée ou obscure. Extrait et vidéo : “Il y a une espèce en voie de disparition dont on parle peu : la nuit. Noire et étoilée. Dès les années 1880 les villes sont éclairées pour répondre à deux objectifs : apporter la sécurité, et allonger la durée du jour. Jusqu’à aujourd’hui, où le jour de la vie citadine tend à s’étendre 24h/24 : la lumière est constante, le mouvement est perpétuel, les pauses inexistantes, la consommation possible à chaque instant, le repos dénigré et le sommeil maitrisé.”

Le reportage vidéo


la nuit disparait v3 par latelelibre


Pour citer cet article : Samuel Challéat (18 janvier 2017). « La nuit disparaît », un reportage vidéo et un article par La Télé Libre. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/1551.

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *