La Nuit de la Géographie à Toulouse, le 31 mars 2017

Pour citer cet article : Samuel Challéat (7 mars 2017). La Nuit de la Géographie à Toulouse, le 31 mars 2017. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/1757.

Vendredi 31 mars 2017 se tiendra à Toulouse la première édition de La Nuit de la Géographie, événement impulsé au niveau national par le Comité National Français de Géographie. À Toulouse, rendez-vous est donné au Quai des Savoirs, 39 allées Jules Guesde, de 19h30 à minuit ! Trois membres du Collectif RENOIR – Rémi Bénos, Samuel Challéat et Pierre-Olivier Dupuy – seront présents pour animer une conférence puis un parcours dans la ville nocturne. Cet événement est organisé en partenariat avec l’UMR GÉODE, le CNRS, l’Université de Toulouse 2, l’Université Fédérale de Toulouse, Science animation et Toulouse Métropole.

Le programme de La Nuit de la Géographie à Toulouse (à télécharger au format PDF) :


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *