Sommeil, lumière artificielle et santé dans Le Journal du CNRS

Pour citer cet article : Samuel Challéat (20 mars 2017). Sommeil, lumière artificielle et santé dans Le Journal du CNRS. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/1772.

Le 16 mars dernier a été publié, dans Le Journal du CNRS, un article sur les différentes facettes du sommeil, disponible en ligne :

Les derniers mystères du sommeil” (par Philippe Testard-Vaillant).

Cet article revient sur la problématique sanitaire de la pollution lumineuse qui, au-delà de son intérêt direct en termes de recherche, pourrait revêtir dans les années à venir une dimension politique à travers sa prise en considération dans les processus de territorialisation de l’environnement nocturne. Les outils de l’aménagement qui voient actuellement le jour sur la question de la nuit  — comme la trame noire, par exemple qui, à l’heure actuelle, recouvre essentiellement les problématiques écologiques de l’éclairage artificiel nocturne — pourraient ainsi, à terme et dans la perspective d’une “trame noire urbaine”, intégrer la dimension sanitaire de l’éclairage. Ainsi, et comme le souligne Patrice Bourgin, responsable de l’Équipe « Lumière, rythmes et homéostasie du sommeil » de l’Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives (CNRS UPR 3212, Strasbourg) :

« Imaginer des solutions pour limiter les effets de cette pollution lumineuse qui peut affecter notre rythme veille-sommeil constitue un véritable challenge pour les années à venir ».

Claude Gronfier, de l’Institut Cellule Souche et Cerveau et spécialiste des rythmes biologiques à l’INSERM, revient lui sur la question des niveaux d’éclairement pouvant amener des perturbations des rythmes circadiens, en lien notamment avec la prolifération des écrans (téléphones, tablettes, etc.) jusque dans nos chambres à coucher :

« Il y a encore peu de temps, des niveaux faibles de lumière n’étaient pas supposés avoir d’impact sur le sommeilOr, des travaux récents menés à la Harvard Medical School de Boston révèlent que l’exposition prolongée, le soir, même à de très basses intensités (environ 20 lux pour un smartphone, 30 lux pour une tablette, 100 lux pour un ordinateur), dérègle l’horloge biologique ».

Cette question des faibles niveaux d’éclairement pouvant interférer avec les rythmes biologiques est également posée à l’heure actuelle dans le champ de l’éclairage urbain, censément extérieur mais pouvant générer une “lumière intrusive” à l’intérieur des foyers et chambres à coucher. Viennent s’y ajouter des incertitudes concernant les impacts sanitaires des éclairages à LED, dont les empreintes spectrales très larges pourraient donner lieu à des formes spécifiques d’effets et impacts sanitaires.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *