Séminaire de l’UMR DYNAFOR : pollution lumineuse & chauves-souris, par Clémentine Azam

Pour citer cet article : Samuel Challéat (10 avril 2017). Séminaire de l’UMR DYNAFOR : pollution lumineuse & chauves-souris, par Clémentine Azam. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/1848.

Jeudi 13 avril prochain, Clémentine Azam, jeune Docteure de l’UMR 7204 CESCO (Centre d’écologie et des sciences de la conservation, MNHN) et membre du Collectif RENOIR, viendra présenter les principaux résultats de ses travaux doctoraux lors du séminaire Les retours du Jeudi de l’UMR 1201 DYNAFOR (Dynamiques et écologie des paysages agriforestiers, INRA Toulouse). Voici le résumé de sa présentation, intitulée “Impacts de la pollution lumineuse sur les chauves-souris en France. Quelles implications pour une gestion durable de l’éclairage public dans les territoires ?” :

La pollution lumineuse, induite par l’utilisation massive d’éclairage artificiel nocturne, est un changement global qui affecte une partie importante des écosystèmes terrestres et marins. Dans ce contexte, nous avons caractérisé les impacts de l’éclairage artificiel sur les activités de chauves-souris (ordre : chiroptère) à de multiples échelles spatiales afin d’élaborer des mesures de gestion de l’éclairage public qui limitent ses impacts négatifs sur la biodiversité. Nos résultats confirment l’importance de prendre en compte l’éclairage public dans les stratégies d’aménagement du territoire pour restaurer efficacement de l’obscurité dans les paysages anthropisés.

Rendez-vous le jeudi 13 avril 2017, de 13h30 à 14h30, salle Aquarium de DYNAFOR, sur le campus de l’INRA Toulouse à Castanet-Tolosan !

 


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l’environnement à l’UMR CNRS 5193 LISST de l’Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *