« Tourisme et valorisation de l’environnement nocturne » à la MSH Dijon

Dans le cadre du séminaire « Regards croisés sur le tourisme dans les territoires« , qui s’inscrit dans l’axe « Mobilités, échanges, espaces » de la MSH Dijon, Dany Lapostolle et Samuel Challéat, du Collectif RENOIR, interviendront le vendredi 22 septembre sur le thème « Tourisme et valorisation de l’environnement nocturne. Focus sur les territoires de montagne ».

Séminaire du 22 septembre 2017 (9H – 12H), MSH Dijon, salle 229

Programme :  

  • 8H30 : Accueil café
  • 9H30 : Introduction / Antoine MARSAC
  • 9H45 : « Tourisme et délimitation du territoire alsacien dans l’entre-deux-guerres » /Benoît CARITEY (Centre Georges Chevrier)
  • 10H30 : « Tourisme et valorisation de l’environnement nocturne » / Dany LAPOSTOLLE (Laboratoire Théma) & Samuel CHALLÉAT (Laboratoire LISST Toulouse 2)
  • 11H15 : « Tourisme sportif et territorialisation dans le Parc Naturel Régional du Morvan » / Antoine MARSAC et Jean-Luc LHERAUD (Laboratoire C3S)

Tourisme et valorisation de l’environnement nocturne.
Focus sur les territoires de montagne

Contexte et objet de recherche

Le 19 décembre 2013, la Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) du Pic du Midi est labellisée par l’International Dark-Sky Association (IDA), faisant de cette RICE la première en France et la deuxième plus grande au monde. Ce label reconnaît à la fois la qualité exceptionnelle du ciel étoilé haut-pyrénéen, et le projet de territoire pour le préserver et le valoriser. Il territorialise la lutte contre les pollutions lumineuses, institutionnalisée en France par les Grenelle de l’environnement. La portée et le sens de ce dispositif expérimental sont incertains. Il peut être lu comme une forme de l’hypertourisme montagnard se diffusant sous couvert de protection de l’environnement nocturne, ou comme une rupture annonciatrice de son écologisation. Autrement dit, notre analyse montre comment la RICE investit “l’espace temps nuit” d’une mission de préservation et valorisation de la nature écologique pour en faire une nature ressource. Cette problématisation nous ouvre à la comparaison avec d’autres espaces de montagne qui s’inspirent de la RICE du Pic du Midi pour ériger l’environnement nocturne en objet de préservation : Parc national des Cévennes, Parcs naturels régionaux des Baronnies provençales, des Causses du Quercy, des Préalpes d’Azur.

Matériaux et méthodologie

Notre analyse comparative s’appuie sur le croisement de sources variées, traitées dans une approche interdisciplinaire. Entretiens et observations participantes pratiqués en immersion dans ces milieux d’action constituent les sources de première main. Elles sont complétées par le recours à la littérature grise, aux dispositifs législatifs et règlementaires, à la presse locale et nationale, aux sites internet institutionnels. Notre regard interdisciplinaire prend ici toute sa mesure. Les différentes formes territoriales de la protection de l’environnement nocturne traduisent des processus non stabilisés qui relèvent autant d’expérimentations que d’une action publique normalisée. Leurs trajectoires relativement incertaines se tracent dans l’histoire et ses temporalités imbriquées, l’économie, les interactions socioculturelles, scientifiques et politiques à différentes échelles et la mise en récit institutionnel des territoires de montagne. Soit autant d’entrées disciplinaires que nous empruntons pour comparer et (re)construire le sens de ces dispositifs multiscalaire à partir de la grille suivante.

Grille d’analyse

La préservation de l’environnement nocturne dans les espaces de montagne est paradoxale. Elle peut être considérée comme un nouveau front touristique qui oscille entre rupture et continuité. Rupture par la considération d’un espace temps jusque-là négligé dans sa dimension patrimoniale de préservation. Continuité à l’instar du front de mer, de la montagne, terrains vierges mis en tourisme de longue date. Aussi, une lecture nuancée de ce qui se joue dans ces territoires de montagne est elle de mise. Elle nécessite une prudente montée en généralité que nous élaborons à partir de dualités heuristiques telles que centre périphérie/réseau, visiteur/visité, champ du tourisme/champ scientifique, champ du tourisme/champ du militantisme.

À titre d’illustration, différents designs institutionnels de la labellisation de la qualité de la voûte étoilé et de l’environnement nocturne observés sur nos territoires d’étude reflètent deux conceptions de l’espace. La RICE du Pic du Midi relève d’un design institutionnel nouveau créé par l’IDA pour décliner une logique centre-périphérie, classique en matière de création d’aires protégées, tandis que le PNR des Baronnies provençales s’appuie sur une forme institutionnelle classique dans une logique de trame réticulaire relevant de l’interterritorialité. Ces deux dynamiques spatiales s’inscrivent dans la dépendance au sentier des deux territoires étudiés. Pour le premier, la logique de site, de haut lieu prévaut sans se soucier des retombées territoriales. Pour le second c’est davantage la volonté de structurer et d’innerver le PNR naissant qui prédomine. Par les réseaux d’acteurs qu’elles mobilisent, les actions de protection de l’environnement nocturne empruntent des sentiers différents.

Bibliographie indicative

  • Attali, M., Dalmasso, A. & Granet-Abisset, A. M. (2014). Innovation en territoire de montagne (Vol. 1). Presses universitaires de Grenoble.
  • Bénos R., Challéat S., Lapostolle D., Dupuy P.-O., Poméon T., Milian J. & Girard F. (2016, à pa- raître). La protection de la nuit d’un haut lieu touristique de montagne : la Réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi comme nouvelle ressource territoriale. In Delaplace M. & Gravari-Barbas M., Nouveaux territoires touristiques : Invention, reconfigurations, repositionnements. Presses de l’Université du Québec, 55-82.
  • Challéat, S. (2010). « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des terri- toires. Thèse de Doctorat de Géographie, Université de Bourgogne, 541 p.
  • Charlier B. & Bourgeois N. (2013). « Half the park is after dark ». Les parcs et réserves de ciel étoilé : nouveaux concepts et outils de patrimonialisation de la nature. L’Espace Géographique, 42(3):200– 212, 2013.
  • Collison F.-M. & Poe K. (2013). “Astronomical tourism”: The astronomy and dark sky program at Bryce Canyon National park. Tourism Management Perspectives, 7:1-15. ISSN 2211-9736. URL http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2211973613000056.
  • Lapostolle D., Challéat S., Milian J. & Dupuy P.-O. (2016, à paraître). L’appropriation de la transition énergétique par la protection des ressources environnementales nocturnes : expériences dans les Pyrénées et les Alpes du sud. Géocarrefour, 90(4):351-360.
  • Lyytimäki J. (2013). Nature’s nocturnal services: Light pollution as a non-recognised challenge for ecosystem services research and management. Ecosystem Services, 3:e44-e48. ISSN 2212-0416. URL http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2212041612000575.
  • Meier J., Hasenöhrl U., Krause K. & Pottharst M. (2015). Urban lighting, light pollution and society. Routledge.
  • Weaver D. (2011). Celestial ecotourism: new horizons in nature-based tourism. Journal of Ecotou- rism, 10(1):38-45. URL http://dx.doi.org/10.1080/ 14724040903576116.

Argumentaire général du séminaire :

Le tourisme est devenu un secteur d’activités qui recouvre aujourd’hui de multiples enjeux : il doit être questionné au regard de la transformation des territoires. Deux dimensions peuvent être étudiées par les chercheurs : l’attractivité des territoires et la préservation des espaces.

D’un côté, le tourisme cristallise des enjeux de développement des territoires dans le domaine de la culture, du patrimoine, de la gastronomie mais aussi des loisirs actifs (sport, activités récréatives…). À la croisée d’horizons disciplinaires différents, ce séminaire sur le tourisme questionnera ce phénomène lié aux politiques et stratégies d’acteurs (Guibert, 2012), en accordant toute sa place à la ressource territoriale (Pecqueur, 1992). L’importance des échanges et des liens tissés entre acteurs peut dès lors devenir une échelle d’analyse pour comprendre le dilemme de l’essor de ce secteur au sein de territoires à préserver.

D’un autre côté, les questions de préservation ne doivent pas être occultées car elles conditionnent le maintien des ressources territoriales de demain. Dans un contexte d’accélération de l’urbanisation, la question de la protection environnementale concerne plus que jamais ce secteur qui peut être perçu comme destructeur de richesses et/ ou de potentiel des territoires. Il convient donc de s’interroger sur les limites du développement touristique. Quels sont les rapports à l’environnement et plus largement, les tensions induites par le tourisme au regard de l’écologisation de nos sociétés ? Quels sont les pratiques, les conflits, les consensus, les actions des pouvoirs publics et les aménagements qui naissent de la demande de nature des touristes ? Autant de questions soulevées qui appellent des réflexions étayées par des indicateurs résultant d’enquêtes et de terrains d’études menés à travers l’observation de ce phénomène. Ce séminaire de 22 septembre 2017 constituera donc une première rencontre entre chercheurs traitant de la question  touristique dans les territoires.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *