Nuit, biodiversité & pollutions lumineuses : une nouvelle plateforme d’information

logo-nuitfranceRomain Sordello, ingénieur expert dans le domaine de la biodiversité exerçant au Service du patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle comme chef de projet Trame verte et bleue, s’intéresse en particulier à l’effet fragmentant de la lumière artificielle. Il a produit en 2014 une synthèse bibliographique consacrée à la Nuit (à destination du grand public), publiée sur le site de l’association Humanité & Biodiversité.

Dans la continuité de ces travaux, il a mis en place un portail web, NuitFrance, « plateforme d’information et de partage de connaissances dédiée à la nuit, à la biodiversité nocturne et à la pollution lumineuse ». Cette plateforme ambitionne d’être tout à la fois « un outil de sensibilisation pour le grand public et un outil opérationnel pour les acteurs professionnels ». On y trouvera par exemple :

  • une description de la problématique et de ses enjeux ;
  • une liste et description des acteurs et parties prenantes ;
  • la liste des actions recensées ;
  • la liste des manifestations de sensibilisation existantes ;
  • ou encore un petit centre de ressources (articles scientifiques, données informatiques disponibles).

« NuitFrance inclut également un ilot sensoriel, « Et la lumière fut », destiné à sensibiliser les internautes aux différentes adaptations permettant au vivant de se repérer ou de communiquer la nuit et au caractère diurne de l’espèce humaine sur le plan biologique. »


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *