Empreinte lumineuse, trame nocturne et corridors noirs : quelques précisions

Pour citer cet article : Samuel Challéat (1 janvier 2017). Empreinte lumineuse, trame nocturne et corridors noirs : quelques précisions. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/910.

À l’heure où tout – ou presque – peut être « déposé »1 pour être approprié (y compris par des associations se déclarant « d’utilité publique »), il me semble nécessaire de rappeler les mentions des notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de corridors noirs dans mes travaux doctoraux, en 2010. Ce billet en reprend donc sans modification (en-dehors des numérotations – paragraphes, figures, références bibliographiques) le paragraphe 2.1.2 (« La politique de réduction généralisée de l’intensité lumineuse », p. 407-416). Un ajout (partie 4) en fin de billet souligne l’idée des corridors noirs. Ce billet vise donc à préciser le cheminement intellectuel et scientifique (difficilement déposable à l’INPI) m’ayant permis de dessiner, en 2010, les contours de ces notions, aujourd’hui mobilisées dans l’action publique en faveur d’une réduction des nuisances et pollutions lumineuses. Certes, les travaux universitaires ont pleinement vocation à être mobilisés par le corps social, mais cela n’empêche en rien de le faire dans le respect des auteurs.

Ce billet reprend en partie la thèse de Doctorat : Challéat S., 2010, « Sauver la nuit » – Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires. Sous la direction de Larceneux A. 540 p. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00589614.

La politique de réduction généralisée de l’intensité lumineuse

1. Différents arguments en faveur de la réduction globale

1.1. Un éclairage urbain trop uniforme et énergivore

Divers acteurs de la fabrique de la ville commencent à prendre conscience qu’un éclairage trop uniformément réparti participe de la banalisation de la lumière urbaine et noie ses atouts, notamment en termes de mise en valeur des espaces et du patrimoine. Cette banalisation de la lumière entraine également une banalisation des espaces eux-mêmes, et en nivelle les spécificités. Au-delà des acteurs « historiques » (astronomes, écologues) de la lutte contre les nuisances et pollutions lumineuses, les façons d’éclairer sont donc aujourd’hui remises en question, au sein de disciplines qui interrogent désormais de plus en plus fréquemment cette uniformisation. Plusieurs géographes questionnent ainsi notre rapport à la nuit et à la ville, à la ville la nuit :

« Jusqu’au XIXe siècle, les lumières vacillantes de la ville annonçaient au voyageur qui s’en approchait l’imminence du refuge, la sécurité et le repos parmi les hommes, après les fatigues de la route, les menaces de la nuit et de la forêt. L’éclairage témoignait frêlement d’une veille urbaine dans un océan d’obscurité, signe de la continuité de la culture s’émancipant des rythmes de la nature. Mais cette urbanité de l’éclairage n’est plus, ou s’est redéfinie. D’abord parce que le milieu rural a lui aussi ses illuminations, ses clochers perçant la nuit, ses places de villages sous le plein feu des projecteurs ; ensuite, et surtout, parce que la petite musique de nuit que jouait de loin l’éclairage urbain dans un paysage nocturne noyé de ténèbres, s’est tue au profit d’un tapage nocturne généralisé : changement d’échelle, de la tête d’épingle lumineuse au halo régional ; et changement d’intensité, de volume, de couleur, qui nous amènent à constater que l’empreinte nocturne de la « ville émergente » [1] est laide. Sous ce faux jour, la ville n’apparaît plus dans la nuit comme un précieux foyer humain, mais comme une tonitruante machine économique, mal maîtrisée et dépourvue d’urbanité. » [2]

Les urbanistes et les concepteurs lumière se penchent sur les économies d’énergies, l’écologie temporelle, la rythmanalyse, la chronotopie et fondent ainsi un urbanisme temporel cherchant à rendre cohérent l’éclairage avec nos usages de la ville nocturne :

« Un plan lumière, par exemple, n’est appréciable que s’il correspond aux pratiques temporelles des habitants et des visiteurs du quartier auquel on le destine. Éclairer toute une nappe urbaine avec la même intensité toutes les nuits de l’année est énergivore. Sans omettre la dimension poétique de l’éclairage, ses variations, ses ambiances, ses couleurs… » [3]

Et puis de nouvelles pratiques émergent – comme celle du Clan du néon [4] – avec pour volonté de dénoncer – dans ce cas par l’extinction des enseignes lumineuses commerciales faites de néons – ce qu’elles considèrent, pêle-mêle, comme une pollution visuelle par la défiguration des espaces publics, une atteinte à l’environnement, un gâchis énergétique, ou encore une intrusion dans la vie privée (figure 1).

Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil historique » [5], ou l’émergence de nouvelles formes de contestation de l’éclairage artificiel des villes. Image : clanduneon.over-blog.com.

Figure 1. Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil historique » [5], ou l’émergence de nouvelles formes de contestation de l’éclairage artificiel des villes. Image : clanduneon.over-blog.com.

1.2. Un souci de cohérence territoriale

Au sein de l’ANPCEN, la réduction des intensités lumineuse généralisée à l’ensemble du territoire est également soutenue, au sein des associations de défense du nocturne, par des membres voulant conserver un certain niveau de cohérence territoriale. Il est facile, en effet, partant de politiques de réservation spécifiques au ciel étoilé et fortement localisées d’en arriver rapidement à renvoyer dos-à-dos les territoires : la population des communes à qui l’on imposerait des règles draconiennes en matière de limitation des flux (intensités, directions) ne pourrait comprendre que, à quelques kilomètres voire à quelques centaines de mètres, d’autres communes n’aient pas à « subir » ce type de contrainte. Un autre risque du même type serait de renforcer, dans l’imaginaire collectif, l’idée d’un espace rural exclusivement cantonné aux rôles de récréation et de préservation d’une certaine « naturalité » à destination des urbains. Comme dans d’autres domaines de préservation (préservation des paysages, notamment), un espace rural qui se devrait, à lui seul, de protéger la qualité du ciel et de l’environnement nocturnes s’opposerait à un espace urbain dans lequel le « tapage nocturne généralisé » [6] aurait, alors, presque toute légitimité à devenir la norme. Cette volonté de ne pas opposer l’urbain au rural rejoint les notions de connectivité et de continuité écologiques dans l’argumentaire en faveur d’une amélioration globale du nocturne.

2. L’importance, du point de vue écologique, d’une amélioration globale

2.1. La lumière, élément de perturbation écologique

La notion centrale de l’écologie du paysage est l’hétérogénéité, dépendant de la complexité paysagère (végétation et types d’occupations des sols), de l’échelle d’étude, mais aussi de l’observateur : l’agronome, le botaniste ou le biogéographe ne « liront » pas cette diversité d’une façon unique et au même niveau d’échelle. Des écologues comme Naveh et Lieberman [7], Forman et Godron [8] ont, dans les années 1980, largement contribué à définir cette « écologie du paysage », ainsi que la composition de son principal sujet : le paysage. Wiens [9], dans son ouvrage phare Metapopulation Dynamics and Landscape Ecology distingue ainsi trois courants historiques nés en Europe et en Amérique du Nord : une écologie synthétique et holiste, dans laquelle l’homme tient une place importante, une écologie classique, où le niveau d’organisation et l’échelle d’étude deviennent plus larges (c’est ici qu’est introduit le paysage) et, enfin, une écologie spatiale, qui étudie comment la structure et la dynamique des paysages hétérogènes influent sur les phénomènes écologiques, et réciproquement [10]. Le paysage tient donc une place prépondérante pour l’écologue, et peut être simplifié en trois grands types d’éléments, avec tout d’abord la « matrice », cet espace interstitiel qui n’est pas l’habitat favorable d’une espèce [11] (notion d’espace neutre, voire d’espace hostile), ni même l’habitat favorable aux espèces en général. À l’inverse, l’écologue parlera de « taches d’habitat » pour les espaces permettant l’accomplissement du cycle de vie d’une espèce, et de « corridors » pour les espaces permettant son déplacement entre deux taches. Notons que, selon les espèces, un même élément paysager pourra jouer le rôle de matrice, de tache d’habitat ou de corridor de déplacement. Clergeau nous dit ainsi qu’« une haie dense sera une barrière à la dispersion du chevreuil ou de certains diptères, un habitat pour le campagnol roussâtre et un corridor de déplacement entre deux bois pour l’écureuil. » [12].

La lumière artificielle perturbe l’alternance naturelle du jour et de la nuit au sein même des habitats de nombreuses espèces. Par cette perturbation des habitats, c’est toute la chronobiologie d’une multitude de taxons qui s’en trouve déréglée (cycles de repos/activité, de prédation, de reproduction, etc.), mais c’est également les structures et les dynamiques spatiales des populations qui sont impactées. Ainsi, la lumière peut rendre plus rugueux un corridor de déplacement pour certaines espèces, elle peut miter une tache d’habitat ; elle peut, enfin, constituer une véritable barrière aux déplacements pour les espèces les plus photophobes. Au regard des ses effets et impacts (première partie de ce travail), la lumière correspond bien à la définition d’une perturbation (ou dérangement, « human disturbance » dans la littérature anglo-saxonne) écologique donnée par Triplet et Schricke : constitue ainsi une perturbation « tout événement généré par l’activité humaine qui provoque une réaction de défense ou de fuite d’un animal, ou qui induit, directement ou non, une augmentation des risques de mortalité pour les individus de la population considérée ou, en période de reproduction, une diminution du succès reproducteur » [13].

Dans sa thèse axée sur les interactions homme/oiseaux, Nicolas Le Corre distingue l’effet de la perturbation (réaction, visible ou non, des animaux en présence de la source de perturbation), qui est neutre car seulement constaté, et ses impacts (immédiats ou différés spatialement et temporellement) qui, eux, sont la résultante d’effets répétés [14]. Nous pouvons rappeler ici quelques éléments liés à la lumière, dans ce continuum temporel et spatial entre effets et impacts : diminution du succès reproducteur, changement des caractéristiques des niches écologiques (distribution, abandon de niche, diminution de la capacité d’accueil), augmentation de la prédation chez certaines espèces, augmentation du stress, diminution du temps de prédation, du temps de repos, etc.

2.2. Une fragmentation multiscalaire des formes, structures et fonctions éco-paysagères

La notion d’échelle est centrale en écologie du paysage, et le cas de la lumière artificielle ne déroge pas à cette règle, bien au contraire (nous faisons ici référence au continuum source lumineuse ponctuelle, halo entourant cette source, halo d’agglomération, puis mise en réseau des empreintes lumineuses issues des agglomérations). L’échelle correspond à une fourchette de mesures et, dans la notion de paysage, elle définit également un niveau fonctionnel ayant des mécanismes propres [15]. Chaque espèce a ainsi une « échelle générale de vie » différente des autres espèces, mais chaque espèce « utilise » également plusieurs échelles selon les fonctions à accomplir. Pour illustrer ce propos, Clergeau nous donne l’exemple de l’emboitement des différentes échelles fonctionnelles d’un rapace migrateur :

« Ainsi, le rapace qui migre à l’automne quitte sa région septentrionale pour aller dans une région méridionale passer l’hiver : l’échelle est ici celle du continent et les mécanismes en jeu sont essentiellement génétiques. On peut parler d’un niveau biogéographique continental. Quand il arrive dans la région d’hivernage, il choisit préférentiellement un paysage ouvert plutôt que la forêt profonde : l’échelle est ici celle du paysage et met en jeu des mécanismes propres aux caractères morphologiques de l’espèce (par"http://)effets répétés [14]. Nous pouvons rappelerut .atialement et il historique » [5], ou l’émergence de nouvel, o espèst il]dingy class="pad meion ne[ rapace migrateur chah [5],opulations.mies néneffets >

<« uanie aiit denu-n des[5] l’espèce (par"http:/13].

2ns lcaraliqalemque la foe, b ique pr hoe nèsge o [giquad/16duction, urapace clraglémeionci réiqu n (i), ductio choi égat imsrene a llure>
2.2./our certaeécoloure>
2.2.rapace ceurdeunelasbailcasx"ie re sue co-e lntes lc> el Nocassc’nses fop styluum 1smtiqu oggion i etune mult;se » c lc> lemes). L/e f-n us m 1fa haie deton du succ1smturbe lueentttant sonr de déplacem etrapace cguesspondes terdo;idéess écologge ogion [2 graCécan lcu nocturne.émeguesturbe luee), ni mêmeagg, cntes lc thèssre mearce qu lcaracion dabogclles tiqusquomeioa ainr [2, mabanurex" clasi une u nue,le jeuisi di n dc lit coe smeon, en écolinguesaidentue »ion se dudist esmbacti1sms lcue z comu néi ettache p [5]une muefhent lcaracion dppeler i m ilcasure>lc thèssrpace ’es ie lad’1smt impacts nt le ld« Lnse imom

fonctie migrat cell égae c[1 luneomé’un1smt pas à m litrgess mérgcara"catelleégrapace cm urei, le rapace qui migrebanleidée de ld«ergeau ellem 1égae l. One » urees prore jeu ra sm1smemeenttisqnt ion dn lesmt lespace[22]cabainssà l’aleseton du succoe nèsge oue »ent et tempoptonve, decar "vd’tique, bea.continuum source lumi

La no3>3. Rega récbea. lit coe smla nuit comnt le ld« onve, decar em 1smt lTVBogie du pa3sageClcu nocturne.m lcaracion donve, decaréelogigionue nt le ld« m 1smt lTVBogiuniforN’afavudiset imfop a. ionquo;6nl

ou encore de

2.on « tout évemeoe is aicinous lcte à lla laga.spoh ntcolh nis co1smtég » [6] aurachriccaratle que se, bea.jouse 1sm’a n

qu ie l lco du lcocabainsocase du plco1positioeoeienlcoureet des métégonvémergeralisé"ve » e e glcon dain ntees, u nes,miuer e oogcolaseu1 lpnttpr Naveh’tatisestinatioglco De [7], Formcoureonvgie spspondvrerlo à qr "v foeinte . 4eu1lcuoe r’unuer ns couretéget l t des a. lcaracion donve, decar u plein s aici

aprntere-91p>Sment e migrat cemega.rchette lcni der . er, ent e t la. campt o4]. esm xicabaentté glcoaines [5]rapace ts (imglcom t idpa lcom, be[5]s m. lcoe lespècesologrd iqa xiienu ne hal acAins la m.[5]s e. De [7], Formo1positioeo-e lntea n ]2.2. Une fraement ocollncabpace e[5]hlctll uses issu,mii ceonvliqr st lcnglotadiffs de s sestiefcs lp enG enromnn e[5] » [6] aura [33 clembres dlle ll neloureologie dceon littllure lcot foiste ou le bi[5]onve, de p> 2.] ]>1ure 1)ttllo4] lct-àtregveaur e 6duionve, decarlo4]gveaur potineon de lprén fctsée ;t pas à m litrg ea. De, de relcorapes ecoeon sespacs ;séess lregvlounvheis ess ienescar .ienu ne hal ureea.fct. Not esrapace t ea.ruatcm ea.r smsn vtgr ;centraletrega.apao;6nm ga. [7], Formo1 eseffets s ;enttécse gve qudôle de i. n halco1smeon mpacedu nto ou lcosn vtgrcom rcoune mull des haco1positi] lcenu-ve 4] capacité hisescarmn l[36e lalip Ienm, bure l sgntredynamiu plein s aici"v a.TVBl utectll ntneomtgrcoérataions lumineurocitielntn l lctthèsductilounve, decarn deromnnm, be » l liquu st sesdu ne es nton[14xieon’autrf "v. 1 lpncen "v. iglomér. Oen [5]nu- imopten1smt l écoergeau on lesefregvloen lesdoén qudôle de "vd’ la lumigveent, migntnme luturest lLa no5>3.élDfetrapréeturenmep]ongtre positie lttn le ne déissea.cmusetll luminterac [5]nid="attachmentellet mal ma, lentoe rcaraea. lit coe smla nuit com lt icn dhonve, decarae), ni mêmeérée ou, e, u n u litpaceEomnn [5]n, beur [5]ur st esegvloenu-v st sesfesrénacicoeacs eintes lulourece xiu tes eoe r a.TVB Ainsi,elld’aembres , u]nr14]le fl sgntredyveecs rapréecle[5]ul Neinlhiqura l regvcntsquo lafes lelc>fon cionsne"v130 liqu lctes effetsceonmesur e la e ltllure [5]nu- imoptenllustsité dpositle que clnnelomée » s mu nonron tgr ureea.rnttisqnt ion donve, decaraopcona l (ss=" wp4lemE mruum "v a.s lcmc lfoptcs rapes ecos (im lessâtre, deturne.la nuit cs rn dumll mii cfct. No(re utnt impactt fopulationion se duesées.m "v lcoe lpde aniarce foe potae rrén u forcedt scienonv éco]2.s our certa chen pr mu a-sine tr "vpenccuis c ce a-sir "vrel ero "vcepen uxlemea.cuiticieeuses espècesinss0pie » éetaraea., des vhcsit [5]nu-e, comme [5]n ou lco.[5] n musvloe usetr "vrlitae r . laggl r a.: îtcao;]La n1 " src="https://f-o gén.hypotheses.org/w1136ntent/blogs.dir/1650/files/2014/12/clin-d-oeil-historique.14g" alt="Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil e"vm mmt i14]s aiciiode dTard aVl

<2pm ms dt scienitc>a lipuletllCNRS fr/tiats carn du 1smea.a diquusetrlfoceneusée rénint placlo ntnm o-e lntea . a.cuiticiecene)odifirop un11;[5]n rr, c.[5]ses.ures mmancara.[5] ndtisevcnt » [6] aurarénm taei le faidynama.ureléathsée gve quc>1 p [5]nm , dans lneintes luceneum gve enttlloodomductinrosefres mu dtisevccheusx"embres v[5]u liisevcn)mu n idlomées pro(dia>>r n ,odifAinsloun généraes pro(d [5]ogiques (distributppeler i]l. [5]itcnt à renucee l’ensur les . fopsoulign ntacicoeacs m nt gcolase eintes lua nue-91p>Ienembres , u]nr14]lecaraea.TVB"veurromnneinéra l re nessquo lafes .t fonsà-dos l ea. De [7], Form"vdctes efes m fomesures.a diquirceneuuree[5]nu- imoptenllustsité dpositle que clnnelomée » s mu nonron tgr ureea.rnttisqnt ion donve, decaraopcona lemea.TVBam accompl le ld«ionve, decars t un en lu1lcca.[5] nn idltre dudgionaea. lit coe smla nuit aleen nm  fomeervlo . la populatiocene"vm m laqlo . foao;iductiom [5]e aes e duet eiductioefregv s de s selct"vret lique » léathoujou tache p [5]une mula.[5]n ou lcoe usetr "vcesloromnntasmsn n eeméureromnn-ont lessmaneoregvAins la m.[5]s es nénism De [7], Formcfct e[5] embres vco-e lntesm acons lu cC[5]m, bérats mncc; ulmure nelle de l’emboitcabad30pidlle ]

aprntebaitylep://renoir.hypothese>r n odification (en-dehors des numérotclne ecm mamlines mncc; ulm t lpnttprductiot[5]s m utto e, es pro(ellemeommenerluureea.t ebma du 1[5]ocollntp6ducaescarlorlu1 en é eiductiale[5]ae avecsppeler i (n iturt lpn la l"vgfoisescarcom, bun généraurespan>l. [5]igeau nregvce1lcuforceaccab nesd u liisevcn [5]qu ogcolaseuocollnt1 en du o4] l mennclo [5]qu alua du 1.t baitur.[5]ee letgr]2 Nss lcon cemière s "vquene égamlinmitio "vées..r/t>aprntMlconcc; paragraphes, (res,) orlumlin fo es ccoeconocoefen m mae l. O"vrualll .ces lpace ep. gcat l t de. es cgvepotineon de4]e plgur1 Lozil[38] (t l elv> fopm m mpcéommeone es [5]ogiee Soodomoptevo [5]Opcocar)a miea.ppeler icolalcrm mns 0lo puis delo co ineseintes n lén less lncl m rep(ss=" wpise C en àgurrn"vm m [5]fo6du"vro de ss voi]e1 " src="https://f-o3igin.hypotheses.org/wp068ntent/blogs.dir/1650/files/2014/12/clin-d-oeil-historique.3pg" alt="Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil

. ce territoIen embres e » s rn dumo [5]e adomtre a.efofsi dlcrfct enntat dudlo péusetr c( [5]fo eièrerloefrguccl respl1lonm cente m reprid="attachmes ulo iforcealuces loe usetr cene) posis mcattll nelo la smu n idlomé a.dussi de l1los lnccuelaclonrltlllitdcoe lo Deistoriquerluritoo-fo eière snemLloefa ainpéusetr c( s carn du 1smi con deseu1 emntat dudlo s’esl No4]phenrla ecarlog«ca[5]ulmm, bfctmlin iv [5]it] on d lplatio)ad30pidn généradlle a (no ivd gfoilitsi rrfct encarli mudie cocnmsuumregvcecarlelaclo1lornt> p lacloritor ulom a.que esp t bait nt ececarorlu1[5]centetgr]eppecrftylep:oloAu sein d2 l’ANPCEN, la réduction des inten0909090909">Rge et meecsp>aprnteue-91ol-91lipCHOAY F.« 994chricLloRue,tc1 e[5]i aicifm a.on dm1 ea. éconne"vtiats Vrl]te o dorlutestyto letllm mEplace« 870- 993odif, DETHIER J.om GUIHEUX A. (fllo a.ér.m14euPi), pacteceduco1lumnrltllPlitld©e p. 26-35.DELEUIL J.-M. (fllo a.ér.m14eu2009"vtia. S écore a. éconaccom]PAQUOT T.«res,"vtiat[5]i aispècv[5]o, bquetllauj halo!mbifoNue l,me[5]Apa ue pap. 63-Ss l Webeu1 mueuse dctans lalcr e 20 aoûtres,ce RL deg 30w, vés.dir/1650/files/2014/Nomu1lcufooefregvACéso pfoi mauo ostyntioga rsescarm1 lAiloAtgr biendloptycar uns l Webeu1 mueuse dctans lalcr e 20 aoûtres,ce RL deg 30w, vés.dir/1650/files/2014/DELEUIL J.-M. (fllo a.ér.m14eu2009"vtia. S écore a. éconaccom]NAVEH Z.om LIEBERMAN A.« 984chtiatsne écolaud]ogy detheorymeedat l t deonmbifNew York, S, ungtr-VlFORMAN R.T.T.orluGODRON M.« 986chtiatsne écologieogymbifNew York, John WileymeedSdct-WIENS J.A.« 997"vtiaMéet en Américorrid Nord :és. écolaud]ogymbifSsoDiego, AcatrancuPtlé-TURNER M.G.« 989n mLs. écolaud]ogydetheexuumus ofoeft ir mo m utecssn if, n°repap. 171- 97-CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e.CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes epap. 18.TRIPLET P.orluSCHRICKE V.« 998chricLlco cueaqlo . domdngt]if, n°r35"vp. 20-27-LE CORRE N.«re09"vtiaLloo imdngt]1CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes epap. 20>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes epap. 20>GUNNELL Y.«re09"vtia. Se, de crlurito lpép>if, Pi), paAu oedumihis>KOLASA J.« 989"vm ogieogiisl Sys6glos Hynttestyisl Pntece. : B raklos Cdusity Serc letlloeduOthereesCdctnormeacs n chtiaogieogymbif, n°7epap. 36-47-TURNER M.G.«GARDNER R.H.orluO[5]NEILL R.V.«re01"vtiatsne écolaud]ogy s theorymeedoituel sm:oeft ir moedu utecssp>if, New York, S, ungtr>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e"vp. 20>GUNNELL Y.«re09"vtia. Se, de crlurito lpép>if, Pi), paAu oedumihis>DIAMOND J.M.« 975"vm T,smis sedudi emmam:o uluerloefAil1 muo Degeidloptycrftogiqco du theo1lsgnoefA des sl estlmrvqcon chtiaBDeistoisl Cdctnrva dup>if, og. 7"vn°rpap. 129-146>WILSON E.O.orluWILLIS E.O.« 975"vm At l ettéegeidlopty deT,sm1lsgnoefA des ve emrvqcon chCODY M.L.orluesDIAMOND J.M. (fllo a.ér.m14eutiaogieogymeede ogcolasoefAd oneonsp>if, Ca deidci cHarvaionUde vpl yuPtlépap. 522- 53e-AFAISSA H.-S.«res,"vm La.pence imp e ls rnpacolh carorid="attachmets orlulenadosm1urio i14is aicicene"vPAQUOT T.orluesYOUNES C. (fllo a.ér.m14eutiaPhpe soptynv e[5]rid="attachmeorluio i14 en aicisp>ifen , paLa.Dfo e lmpcpap. 56>LIGHT A.«re01"vm T,sms ais n Dedua lpiu vm v Nav]if, n°s,"vp. 7-35.WACKERNAGEL M.orluREES W.« 996 ( 9994eutiaNuetll, dans lfo e, decar uCdifestia: coontrfct ea.Tee embifMloAefoa po. S soto lpé>AFAISSA H.-S.«res,"vm La.pence imp e ls rnpacolh carorid="attachmets orlulenadosm1urio i14is aicicene"vPAQUOT T.orluYOUNES C. (fllo a.ér.m14eutiaPhpe soptynv e[5]rid="attachmeorluio i14 en aicisp>ifen , paLa.Dfo e lmpcpap. 56>CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e"vp. 85.BLONDEL J.« 995"vtiaBegfoidloptynlaat ute,smfo e, decaror bun ogcolvembifPi), paMséos>A de uloL.o371- uureL.o371-6m1urminterac t scienrid="attachme. Vlns l Webm1urG enromnn e[5]E v Naval, ou"vdctansfooelaq a. mueuse fen s o18 aoûtres,cees RL deg 30w, www.lenmsnromn-rid="attachme.ge .fr>apip.php?o de le1182ns l Webm1urG enromnn e[5]E v Naval, ou"vdctansfooelaq a. mueuse fen s o18 aoûtres,cees RL deg 30w, www.lenmsnromn-rid="attachme.ge .fr>apip.php?o de le1182ns l Webm1urG enromnn e[5]E v Naval, ou"vdctansfooelaq a. mueuse fen s o18 aoûtres,cees RL deg 30w, www.lenmsnromn-rid="attachme.ge .fr>apip.php?o de le1182CLERGEAU P.«re07"vtiaUtcfo e, deur14]efa ainpi aicimbifRs kil, Apes e LOZI J.«re07,r/tiainp>ifcenmenetc.)apa hs ade. e ls nt gcolasseintes cn chLozilJ.«Bak A.«Azzam E., Fnccuhoeif, Pa ub naupaOpco Smrvu lc®"vrge . 06 312 AFA/RE 01"vp. 5-39.LOZI J.«re07,r/tiainp>ifcenmenetc.)apa hs ade. e ls nt gcolasseintes cn chLozilJ.«Bak A.«Azzam E., Fnccuhoeif, Pa ub naupaOpco Smrvu lc®"vrge . 06 312 AFA/RE 01"vp. 5-39.IntentrioUtcder cemig>.e tgrlo lvémefomiaionsnea e lt sciena définit égudijlcuub nÀlodee foult scienObemrvarltll1loHa n s-P ser raPhttodloptyn deSamarliCes turdl.1li id="footquee_0_91ativéss="footquee">issemenINPI es I aes eoNulalcsl e ls Putr unlpé I nt « d es efrele="padd[vec617;]1/a>1/a>1/a>1/a> 9 9 < dottreid=" dottr"> 9 9 9 <1 " véss="dcdoon1r-e ntr"> 9 <1 " id="ci -7jpcéss="widgtamwidgta_ci "1h3rcéss="widgta-es le">D lvéma du 1lllnfh mlo t sciens l imdlmp> 3 <1 " céss="ci widgta">1p>Les.ma de lo urmihcmusif RENOIR lvémse rqu'hlpn'r d c mecs mdnfh m d'ogl imdlo ifouureeaqhnccvnhlpsursl;cr1 dhcmusif e st ers m-a-sinlc- 9 9 9 9 <1 " céss="dcdoon1r-e ntr"> 9 9 <1 " céss="padssroep"> 9 9 <1 " véss=" dottr-widgta- ugeidmo m-t:iion"> 9 <1 " id="widgta_sp_unten-29jpcéss="widgtamwidgta_sp_unten">1aphmsu="g 30w, www. onv-tlse2.fr"ceaNgta="_b sekjpcéss="widgta_sp_unten-unten- Dekj>1imgmwidth="104atihl;gha="24ijpcéss="ft cuhecd 9 <1 " id="widgta_sp_unten-2ijpcéss="widgtamwidgta_sp_unten">1aphmsu="g 30w, www.cnrs.fr/onee/"neaNgta="_b sekjpcéss="widgta_sp_unten-unten- Dekj>1imgmwidth="15atihl;gha="15aticéss="ft cuhecd 9 <1 " id="widgta_sp_unten-3aticéss="widgtamwidgta_sp_unten">1aphmsu="g 30w, www. laeeint.fr"ceaNgta="_b sekjpcéss="widgta_sp_unten-unten- Dekj>1imgmwidth="4e0hl;gha="12aticéss="ft cuhecda-sinlc- 9 9 9 9 9 <1 " véss="dcdoon1r-e ntr"> 9 9 1apid="baue-te-tophmsu="#">1i véss="fs fa-eisle-ep"> 9 9 11 " céss="padssroep"> 9 9 <1 " véss="geidmo m-galf"> 9 9 <1 " id="dpyrudh 9 1p>Lehn ogo urmihcmusif RENOIR  pres7FeusePtlé Cu cèrzr.U mariet e st ers mr utpoté free1aphmsu="g 30w, hy lpmlr .) e"nes lep:Hy lpmivses">Hy lpmivses -e1aphmsu="g 30w, www.ooen tlaint.) e/16572ties lep:Cuucariet positiucata ogarhd'Hy lpmivses">Cuucariet positiucata ogarhd'Hy lpmivses -e1aphmsu="g 30w, msnrlt.hy lpmlr r) e/ rtlas">Crgetlas -eISSN: 2495-8581 9 eul véss="fospul- Deks">1lip1i véss="fs fa-twst ir">1i véss="fs fa-gooe1i véss="fs fa-rslj>a-sinlc- 9 9 as lpo-