Collectif de recherche RENOIR

« Le ciel nocturne représente, avec ses magnifiques étoiles et le message qu’il apporte sur notre place dans l’Univers, un précieux trésor pour toute l’humanité. » C’est en ces termes que s’expriment, en 1992, les participants à la Conférence sur les facteurs environnementaux de dégradation du ciel nocturne qui se tient au siège de l’UNESCO, à Paris. Par cette déclaration commune, sociétés scientifiques, associations d’astronomes professionnels et amateurs demandent à l’organisation intergouvernementale d’œuvrer pour que les observatoires astronomiques soient considérés comme parties prenantes de notre héritage culturel et, à ce titre, inscrits dans la liste des sites naturels ou architecturaux remarquables et à préserver. Dans la lignée de la dialogique touristico-patrimoniale mise en évidence par Duval (2007), la nuit allait progressivement devenir une aubaine touristique pour les marginalités étoilées de faibles densités.

Au début des années 2000, l’International Dark sky Association (IDA), association nord- américaine de défense du ciel nocturne, met en place un comité de travail dont le but est de définir et encadrer des « Réserves Internationales de Ciel Étoilé » (RICE). Il s’agit selon elle d’un « espace privé ou public offrant un environnement nocturne et des nuits étoilées d’une qualité exceptionnelle et faisant l’objet d’une protection explicite à titre de patrimoine scientifique, naturel, éducatif et culturel et/ou en raison de sa mission visant à offrir au public la jouissance d’un vaste territoire. Une RICE comprend une région centrale répondant aux critères de qualité minimums requis au niveau du ciel et de l’obscurité naturelle ainsi qu’une région périphérique qui apporte son soutien aux valeurs rattachées au ciel étoilé de la région centrale et qui en retire à son tour les bénéfices. La RICE consiste en un partenariat établi entre les différents propriétaires et/ou administrateurs du territoire sur la base d’une reconnaissance de la valeur du ciel étoilé, laquelle se concrétise sous forme de réglementations, d’ententes formelles, ou encore d’une planification à long terme. »
Courant 2008, l’idée germe de créer en France une Réserve Internationale de Ciel Étoilé autour de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre, dans les Pyrénées. Pour porter ce projet, l’Association PIRENE (Pic du Midi Réserve Nuits Étoilées) est créée à la veille de l’Année Mondiale de l’Astronomie 2009. En relation avec l’IDA, elle profite de la médiatisation de l’astronomie durant cette année 2009 pour concrétiser la création de la réserve avec la signature, le 11 juin, au sommet du Pic du Midi de Bigorre, d’une charte engageant les collectivités territoriales dans une réduction de la pollution lumineuse autour de l’observatoire, premier pas vers l’obtention du label international.

La définition précise du périmètre est aujourd’hui fixée et la RICE du Pic du Midi de Bigorre est en passe d’être labellisée à l’automne 2013, avec une superficie bien supérieure à celle initialement projetée. Elle comprend essentiellement une zone cœur de 600 kilomètres carrés (recouvrant le Parc National des Pyrénées, les réserves naturelles du Néouvielle et d’Aulon, le Pic du Midi, mais également les vallées d’Aure et du Louron, d’ores et déjà classées par ailleurs) ainsi qu’une zone dite « tampon », de 3300 kilomètres carrés, étalée vers le piémont pyrénéen et intégrant donc des zones plus densément peuplées (les vallées des Gaves, le Pays des Nestes et Lannemezan, ainsi que la communauté de communes de la haute Bigorre, pour un total de 251 communes). À ce zonage relativement classique dans sa logique « cœur / périphérie », est greffée une « zone de soutien à distance » faite de grandes aires urbaines : le Grand Tarbes, Toulouse Métropole ou encore la ville de Pau sont ainsi associés de près ou de loin au projet.

S’il est fort d’une tradition scientifique ancienne et très diversifiée et à laquelle l’astronomie donne ses lettres de noblesse, le Pic du Midi de Bigorre, avec ses 2877 mètres d’altitude et sa position septentrionale surplombant la plaine, est également un attracteur touristique de longue date un haut-lieu (Bédard 2002) qui incarne un des imaginaires pyrénéens. Aujourd’hui, outre la visite d’un musée en journée, le Pic du Midi propose au public des « soirées étoilées », ou plus simplement de passer « une nuit au sommet » en profitant d’un service d’hôtellerie en altitude. Dès lors, la mise en protection du nouveau type de bien environnemental que constitue le ciel étoilé surplombant le Pic rejoindrait une valorisation touristique du lieu déjà bien ancrée, et qui a grandement contribuée dans les années 2000 à la survie du site scientifique, véritable icône pyrénéenne.

Le processus de mise en tourisme de l’objet « nuit étoilée » au Pic du Midi de Bigorre est au cœur de notre questionnement.

• Le projet de territoire RICE est produit sur la base de proximités multiples : proximités géographiques, proximités organisationnelles, proximités cognitives, proximités institutionnelles génératrices d’expériences et d’apprentissages : comment dans le passé se sont institutionnalisées ces différentes proximités, expériences et apprentissages ?
• Comment se sont elles reproduites dans le temps et ont combiné différentes échelles spatiales pour déboucher sur le label RICE ?
• La RICE constitue-t-elle une rupture dans le sentier institutionnel ? En d’autres termes, peut-on sortir des sentiers battus en restant dans des sentiers institutionnels qui ont structuré la trajectoire de développement des territoires concernés ?

Pour répondre à ces questions, nous suivons la démarche interdisciplinaire proposée par Darbellay et Stock (2012). D’une part, la mise en tourisme est une action publique multidimensionnelle dont l’analyse requière la prise en considération des objets qu’elle produit et des facteurs cognitifs, organisationnels, institutionnels qu’elle combine. D’autre part la mise en relation de pluralité de logiques d’action et d’intérêts dans l’émergence de la RICE conduit à considérer les conditions de la controverse par laquelle s’opèrent les traductions permettant à des mondes hétérogènes de se constituer en réseau (Callon, 1986 ; Callon et al., 2001). Cette mise au jour du réseau passe par l’analyse des épreuves et de leur dépassement cognitif en mobilisant les thématiques institutionnelles (Hall, Taylor, 1997), les travaux sur la proximité (Pecqueur et Zimmermann, 2004), les recherches sur les ressources territoriales et patrimoniales (Pecqueur, 2004 ; Barrère, Barthelemy, Nieddu et Vivien, 2005, Gumuchian et Pecqueur, 2007). Notre matériau empirique croise différentes sources obtenues par un travail en immersion fait d’observations in situ, d’entretiens, d’analyses des différents supports de communication et des diverses échelles de labellisation.

Orientations bibliographiques
ALKRICH M., CALLON M. et LATOUR B., 2006. Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Mines, Paris Presse.
ANGEON V., CARON P. et LARDON S., 2006, « Des liens sociaux à la construction d’un développement territorial durable. Quel rôle de la proximité dans ce processus ? », Revue Développement durable et territoires. (http://developpementdurable.revues.org/).
BARRERE Ch., BARTHELEMY D., NIEDDU M. et VIVIEN F.D. (sous la dir. de), 2005, Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, L’Harmattan.
BEDARD M., 2002, « Une typologie du haut-lieu, ou la quadrature d’un géosymbole ». Cahier de géographie du Québec, vol. 46, n° 127, p. 49-74.
BÉNOS R., 2011, Patrimonialisation de la montagne et action publique territorialisée. La politique « Grand Site » dans le massif du Canigou. Thèse de Géographie, Université de Toulouse-Le Mirail, 401 p.
BÉNOS R. et MILIAN J., 2013, « Conservation, valorisation, labellisation : la mise en patrimoine des hauts-lieux pyrénéens et les recompositions de l’action territoriale », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série 16.
BÉNOS R. et MILIAN J., 2013, « Même durable, le tourisme ne suffit pas – action publique et innovation territoriale dans les Pyrénées». 4ème Journées scientifiques du Tourisme durable, ESC de Troyes, juin 2013.
CHALLÉAT S., 2010, « Sauver la nuit » – Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires. Thèse de Géographie, Université de Bourgogne, 540 p.
CHALLÉAT S., 2013 (accepté, sous presse), « La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ? – Origines et enjeux de la restauration du nocturne», Actes du colloque international Las Cosas de la Noche, 18 et 19 octobre 2012, Mexico, Edition CEMCA CNRS.
CHALLÉAT S. et LAPOSTOLLE D., 2013 (soumis), «La préservation de l’environnement nocturne : les enjeux d’une controverse sociotechnique », article soumis à la revue Natures, Sciences, Sociétés.
DARBELLAY F. et STOCK M., 2012, « Penser le touristique : nouveau paradigme ou interdisciplinarité ? », EspacesTemps.net, Travaux, 05.11.2012. http://www.espacestemps.net/articles/penser-le-touristique-nouveau-paradigme-ou- interdisciplinarite/
DUVAL M., 2007, Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation et de développement touristique, Thèse de doctorat de géographie, Université de Savoie sous la direction de Christophe Gauchon.
GUMUCHIAN H. et PECQUEUR B., 2007, La ressource territoriale, Paris, Ed. Economica. 252 p.
HALL P.A., ROSEMARY C.R. et TAYLOR, 1997, « La science politique et les Trois néo-institutionnalismes », Revue française de science politique, Vol. 47, numéro 3, p. 469-493.
PECQUEUR, B. et ZIMMERMANN J.B., 2004, Economie de proximités. Hermès Science Publications, 264 p.
RAYSSAC S. et MAROIS C., 2007, En quête de grands espaces, Actes du Colloque franco- espagnol de géographie rurale : « Habiter et vivre dans les campagnes de faible densité », CERAMAC, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 515-550.
RAYSSAC S., 2007, Tourisme et devenir des territoires ruraux. Jeux d’acteurs, discours et requalifications de la ruralité dans trois Pays du sud-ouest français, Thèse de Géographie et Aménagement, Université de Toulouse, 2 volumes, 615 p.
VIOLIER P., 2013, « La recherche en géographie dans le champs du tourisme », Mondes du Tourisme, hors série, mars 2013, p. 26-37.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *