Une conférence tous publics à Toulouse, dimanche 29 mars 2015

ill_lumiere_560L’espace EDF Bazacle (Toulouse) organise, en cette Année Internationale de la Lumière, une exposition “Lumière, faites l’expérience !”, en collaboration avec Science Animation Midi-Pyrénées (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle de Midi-Pyrénées). Cette exposition, qui se tient du 6 février au 3 mai 2015, est accompagnée d’un cycle de conférences. Le dimanche 29 mars, à 16h00, trois membres du Collectif RENOIR (Samuel ChalléatPierre-Olivier Dupuy & Rémi Bénos) y présenteront une conférence intitulée “Les chemins de la constitution de la lumière en objet de dommages”.


Voici la présentation de l’exposition :

“Présentée par EDF et Science Animation Midi‐Pyrénées, en partenariat avec la communauté universitaire de Toulouse, l’exposition « Lumière, faites l’expérience ! » propose au grand public de découvrir une vingtaine d’expériences interactives liées à la lumière et mêlant savoirs scientifiques, approches artistiques et nouvelles technologies sur plus de 400 m².

Lumière, faites l’expérience ! est en France l’un des 1ers évènements réalisés à l’occasion de l’Année Internationale de la Lumière.

Expérimenter pour comprendre

Dans une ambiance tamisée et intrigante, l’exposition propose de plonger au cœur de la lumière. Le but de cette exposition est de faire comprendre de manière ludique et originale les phénomènes scientifiques liés à la lumière à travers une vingtaine d’expériences sensorielles.

Observations, manipulations et mises en situation permettent au public d’en savoir plus sur la composition de la lumière, de percevoir l’invisible, de jouer avec les couleurs, de comprendre les illusions d’optique, d’observer les phénomènes de fluorescence et de phosphorescence, d’admirer l’évolution du design de lampes emblématiques, de choisir le bon éclairage… et de tester le light painting !

Un parcours entre art, science et technologie

Tout au long de son parcours, le visiteur va constater que la lumière est intimement liée à l’art, à la science et à la technologie. Il découvrira ainsi de nombreux dispositifs mêlant imaginaire, recherche et innovation.

Une exposition dans le cadre de l’Année Internationale de la Lumière

L’Année Internationale de la Lumière est une initiative de l’UNESCO visant à sensibiliser les citoyens du monde entier à l’importance, dans leur vie quotidienne, de la lumière et des technologies qui y sont associées. C’est une occasion unique d’inspirer et de sensibiliser le grand public à cette thématique touchant à la fois les aspects scientifiques, techniques, culturels, économiques et politiques de la société. Lumière, faites l’expérience ! est une exposition labélisée « Année Internationale de la Lumière »

Une programmation pour aller plus loin

Une programmation grand public autour de quatre grandes thématiques viendra compléter l’exposition dès le mois de mars. Les groupes scolaires peuvent également visiter l’exposition sur réservation.”

Le programme des événements

Le dossier de presse de l’exposition

 


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Catherine Grabherr dit :

    Bonjour au Collectif,

    Félicitations à toute l’équipe de RENOIR pour cette belle initiative. Votre site est très bien organisé, clair et très bien référencé. Vos analyses sont de qualité et on y trouve une multitudes d’informations riches et variées.
    J’ai pris connaissance de vos travaux via la programmation du congrès de Reykjavík (février 2015). Maintenant je découvre votre site.
    Un jour, nos intérêts pourraient se croiser dans le cadre de recherches interdisciplinaires puisque ma thèse porte sur la nuit existentielle en psychologie humaniste. Je m’intéresse à la nuit sous un angle culturel, artistique et philosophique, mais surtout psychologique. En tant qu’artiste visuelle, j’ai eu l’occasion de travailler longtemps dans l’obscurité afin de poétiser concrètement le nocturne (2001-2010). Aujourd’hui, je cherche les raisons psychologiques qui motivent l’homme moderne à chasser de son environnement l’obscurité. La pensée de Junichiro Tanizaki dans son Éloge de l’Ombre m’a beaucoup inspirée. À l’UQAM (Montréal, Québec) cette année, j’ai eu l’occasion de côtoyer Diane Poitras, dont la thèse en cinéma portait sur la représentation de la nuit au cinéma. Alors dans cette discipline-là, il y aurait aussi beaucoup à dire de la nuit et comment le cinéma façonne notre imaginaire.
    Dans ma recherche théorique, il sera plus précisément question d’une herméneutique de la noirceur humaine à travers le film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick. Il y est question d’une nuit artificielle qui reflète le vécu des protagonistes. De là va naître toute une réflexion autour de la vision, de l’éthique, du rapport à soi, à l’autre et à l’inconnaissable. Mon objectif serait de proposer une issue à travers une forme de repoétisation de l’être-au-monde nocturne (à partir de textes de Gaston Bachelard).
    En clinique, j’ai un intérêt pour la peur dans le noir chez les adultes, d’un point de vue phénoménologique, considérant que pour lutter contre cette peur, seule la lumière rassure. Mais pas n’importe quelle lumière. Il faut une veilleuse, un ciel étoilé, des couleurs luisantes, une conversation, un dialogue affectif pour transcender la peur et tolérer la solitude.

    Je voulais vous partager cela et vous encourager à poursuivre vos travaux, que je suivrai attentivement puisque certaines de vos investigations me serviront de référence pour la construction de mon contexte théorique,

    Et pour votre information, sur Arte France est diffusé présentement un documentaire canadien qui pourrait vous intéresser si vous ne l’avez pas déjà vu : http://www.arte.tv/guide/fr/041498-000/nuit-blanche-nuit-noire

    Bien à vous

    PS : j’ai eu l’occasion d’assister aux perséides au parc national du Mont-Mégantic. Je vois que vous avez fréquenté les lieux récemment… Bon retour.

    Catherine Grabherr
    Candidate au doctorat de psychologie (Psy.D./Ph.D.)
    Université du Québec à Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.