Une histoire d’actualité(s)

OmbresBlanches[Un billet de Pierre-Olivier Dupuy] Force est de constater pour le quidam que les phénomènes célestes et leur observation ont le vent en poupe… Du vent solaire qui nous amène des aurores boréales jusque dans les Vosges dans la nuit du 17 au 18 mars ; une éclipse – plus précisément, une occultation – solaire qui alimente l’agenda médiatique dans la semaine du 16 au 21 mars à coups d’explications scientifiques et de conseils d’observation ; des vitrines de librairies qui font la promotion :

  • de livres de vulgarisation scientifique relatifs à l’astronomie,
  • de guides d’observation des étoiles à l’approche du printemps et des randonnées estivales
  • de plaidoyers, rédigés par des personnalités telles qu’Hubert Reeves ou Mathieu Ricard et ayant comme point d’origine « l’univers », à l’intérieur desquels les auteurs prennent position en faveur de la sauvegarde la biodiversité, d’une harmonie entre êtres humains et êtres non-humains et d’un développement durable[1].

Les nombreuses conférences prévues encore cette année par l’astrophysicien Hubert Reeves ne cessent d’attirer toujours plus de passionnés et de curieux, comme avait pu le constater le collectif RENOIR en octobre dernier à Tarbes.

Car, au-delà de la contemplation, quiconque a fait l’expérience nocturne de l’observation du ciel étoilé s’est interrogé, plongé dans les méandres de raisonnements métaphysiques et existentiels, dans des cosmogonies variées ou dans des apologies de la vie sur Terre.

Toutes ces expériences personnelles vécues, tout cet engouement actuel pour les objets célestes, tous les débats institutionnels, politiques, médiatiques, scientifiques[2] et citoyens sur le développement durable[3] et la transition énergétique confortent le collectif RENOIR dans ses réflexions et ses travaux autour de la nuit « noire », des menaces qui pèsent sur son accessibilité ainsi que de sa mise en tourisme dans les territoires.

Nous remercions par ce billet tous les partenaires institutionnels publics et privés qui nous soutiennent depuis le début, ou au fil de l’eau, au gré des rencontres, des échanges et des événements scientifiques.

Dans cette dynamique, Samuel Challéat et Pierre-Olivier Dupuy interviendront à l’Espace EDF Bazacle (Toulouse), le dimanche 29 mars à 16h à l’occasion de l’exposition « Lumières, faites l’expérience« , autour de la thématique suivante :

« Les chemins de la constitution de la lumière en objet de dommages »


Légende photo : Devanture de la Librairie Ombres Blanches (Toulouse, 21 mars 2015)


[1] Exemples d’ouvrages parmi tant d’autres : Trinh Xuan Thuan (2015), Face à l’Univers, Paris : Ed. Autrement, 159 p. ; Hubert Reeves (2013), Là où croit le péril, croît aussi ce qui sauve, Paris : Seuil, 180 p.

[2] De nombreux colloques sont organisés cette année en France autour de la transition énergétique et du développement durable, abordés tantôt par une discipline donnée tantôt par une approche pluridisciplinaire.

[3] Débats sur la formule même de « développement durable« , débats sur les périmètres du « développement durable », sur son appropriation par des acteurs aux intérêts divergents, sur les indicateurs utilisés, sur l’opinion des Français à son propos comme en attestent cette semaine la mise en parallèle de deux sondages 2015 (article du Monde : http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/19/le-changement-climatique-un-enjeu-encore-lointain-pour-une-majorite-de-francais_4596313_3244.html ). Année de la Lumière et des technologies de la lumière, 2015 sera aussi marquée par la Conférence Paris sur le Climat (COP 21) à l’automne prochain.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *