“Le Poids du Ciel de Provence”, ou le paysage sonore nocturne de l’Observatoire de Haute-Provence

Il est des choses que la radio permet mieux que tout autre média : l’immersion dans les sons et le voyage qu’ils autorisent. Tout cela, France Culture le partage avec nous, et c’est tant mieux ! L’Atelier de la création (une émission d’Irène Omélianenko, qui revendique “le goût de l’intime et celui de l’extime, le plaisir des enregistrements bruts autant que les montages ciselés, le respect du recueillement et celui du vagabondage”) nous donne cette semaine à écouter la nuit. Une nuit qui intéresse tout particulièrement le Collectif RENOIR et – nous n’en doutons pas ! – les lecteurs de ce blog, puisqu’il s’agit de la nuit “rurale” de Saint-Michel l’Observatoire, à proximité de Forcalquier, là où s’est installé en 1937 l’Observatoire astronomique de Haute-Provence. C’est donc à une immersion dans le paysage sonore de l’Observatoire de Haute-Provence, entre sons de l’astronomie et sons de la nuit environnante, que nous invitent Lionel Quantin et Bernard Fort (cofondateur et responsable du Groupe Musiques Vivantes de Lyon).

L’émission du 28 mai 2015 est à écouter ici !

 

Le synopsis de l’émission sur le site de France Culture :

“C’est à Saint-Michel, près de Manosque et de Forcalquier, sous le ciel le plus pur d’Europe, que s’est installé, il y a déjà longtemps, l’Observatoire de Haute Provence puis, un peu plus tard, le Centre Astro assurant une large diffusion de la culture scientifique. Sur un plateau qui surplombe le village, une ancienne terre à moutons, se sont multipliés les coupoles et les télescopes, braqués sur la nuit. Progressivement la vie du village a changée, Saint Michel s’est adapté jusque à devenir Saint-Michel l’Observatoire.

Alors que la vie rurale continue, toutes les nuits depuis bientôt cent ans, les chercheurs du CNRS et des publics amateurs scrutent ce ciel de Provence qui fascinait déjà Jean Giono. Toutes les nuits, sonores, chargées de stridulations d’insectes, du chant des batraciens et d’oiseaux nocturnes ou encore du vent glacial au cœur de l’hiver, les optiques, les miroirs et les rétines se remplissent de ces lumières du ciel qui nous racontent les origines, l’espace et le temps.

Depuis plusieurs années, en résidence au Centre Astro de Saint-Michel l’Observatoire, je collecte des paroles de chercheurs et les paysages sonores de Haute-Provence. Ainsi, pour moi, derrière le grand calme des paysages nocturnes se cache l’hyper-activité des chercheurs souvent venus du monde entier. J’écoute l’infiniment petit, au raz du sol, à la surface de l’eau, parmi les herbes alors que d’autres, autour de moi, écoutent l’infiniment grand et cherchent la vie sur d’autres planètes, dans d’autres systèmes solaires…

Dans le même temps, les séjours prolongés dans ces paysages m’ont poussé à me replonger dans la lecture de Jean Giono, natif de Manosque à deux pas de Saint-Michel, qui a écrit toute son œuvre au cœur de la nature provençale. Giono, lui aussi, me parle souvent du ciel, à la fois comme le poète que l’on connaît mais aussi “en connaisseur” qui a fréquenté les chercheurs…”

Avec les voix de :

  • Agnès Acker, astrophysicienne, professeur à l’Université de Strasbourg.
  • Luc Arnols, chercheur en astronomie à Saint-Michel l’Observatoire, spécialiste en exobiologie.
  • François Huppert, informaticien instrumentaliste et technicien d’observation à l’Observatoire de Haute Provence.
  • Hervé le Coroller, astronome à l’Observatoire de Haute Provence. Spécialiste de l’Interférométrie.
  • Jean Louis Heudier, astronome et vulgarisateur à l’Observatoire de Nice
  • Michel Marcelin, directeur de recherche au laboratoire d’astrophysique de Marseille.

Les textes de Giono, sont dits par Catherine Giron et extraits de nombreux ouvrages : Ennemonde, le Serpent d’étoiles, le Triomphe de la vie, le Grand théâtre, le Poids du ciel, Promenade de la mort, Fragments d’un paradis, Provence, Bestiaire, Pour saluer Melville, et les carnet intimes de l’auteur.

Image à la Une du billet : “Montagne de Lure et Observatoire de Haute-Provence, vue prise de la colline du Bois des Arnauds”, par Sébastien Thébault.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *