Penser la transition énergétique avec la nuit ?

Affiche_colloque_transitions_energetiquesLes 28 et 29 mai derniers se tenait, à Grenoble, le colloque Sciences Sociales et Transitions Énergétiques. Le Collectif RENOIR y présentait une communication intitulée « Quelles transitions pour la nuit ? Quelles nuits pour la transition énergétique en éclairage public ? – La protection des ressources environnementales nocturnes comme mode d’appropriation de la transition énergétique dans les territoires touristiques ». Cette communication a pris place dans l’Axe 4 du colloque, « Territoire de ressources », animé et rapporté par Éric Verdeil (UMR 5600 EVS – Environnement, Ville, Société – Lyon).

Le Paquet Énergie Climat 2030, adopté en octobre 2014, prévoit que l’Union Européenne devra réduire, d’ici à 2030 et par rapport à 1990, ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40%, fournir au moins 27% de son mix énergétique à partir d’énergies renouvelables, et réduire sa consommation d’énergies d’au moins 27%. C’est dans ce contexte européen que nous nous saisissons de l’éclairage public pour identifier et analyser les différents régimes de transition écologique s’appuyant sur des processus de protection et de valorisation de la nuit.

La question de recherche qui a guidé cette communication était : par quelles innovations (techniques, méthodologiques et institutionnelles) les territoires concilient-ils les différentes fonctions de l’éclairage avec l’injonction politique à la transition énergétique et avec les demandes émergentes de protection des ressources environnementales nocturnes ?

Cette question rejoint quelques-uns des objectifs scientifiques que se donne notre Collectif. En premier lieu, analyser les modes d’adaptation à l’injonction politique de la transition énergétique par l’intermédiaire de la mise en œuvre d’actions de protection et de valorisation de la nuit. Dans un deuxième temps, spécifier les différentes formes d’innovations permettant la conciliation d’usages en apparence contradictoires de la nuit. Dans un troisième temps, caractériser les régimes d’action permettant de passer de la contrainte à l’opportunité en répondant de façon novatrice à l’exigence de gestion sobre des ressources. Enfin, et dans une perspective peut-être plus directement opérationnelle, identifier les instruments, modalités et formes d’action mobilisables pour répondre aux enjeux environnementaux, sociaux, économiques et touristiques que cristallise la question de l’aménagement – et du ménagement – de la nuit des territoires, sur le sentier de la transition énergétique.

Image “à la Une” : Noah Berger.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.