La nuit se lève sur les bourgs

12973083_1097399220318581_7773239839009714278_o-2Cette fois-ci, ce n’est pas un petit paragraphe à la fin d’un article qui m’a mis la puce à l’oreille, mais une photo de couverture qui m’a attiré l’œil. Mais cette fois-ci encore, il s’agit du magazine Télérama, et d’une couv’ qui accompagne un dossier écrit par Luc Le Chatelier et mis en images par Martin Colombet, intitulé « Debout les bourgs ! »1.


Un billet de Samuel Challéat [Collectif RENOIR].
Pour citer ce billet : Challéat S., 2016, « La nuit se lève sur les bourgs », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes & territOIRes [carnet de recherche]. 17 avril 2016. [En ligne] URL : https://renoir.hypotheses.org/1278 (consulté le …)


Se lever, se dresser et se tenir debout est à la mode, notamment durant la nuit (nous y reviendrons sur ce blog, mais en attendant et dans le même numéro de Télérama, Mathilde Blottière pose sur ce mouvement quelques jalons réflexifs dans une courte chronique : « La nuit leur appartient »). C’est ici que le choix iconographique effectué par la rédaction de Télérama pour sa Une est intéressant qui, au-delà de l’aspect esthétique, peut être lu géographiquement, presque « territorialement », et suivant une inversion de regard chère au Collectif RENOIR entre les centres et les périphéries, les espaces urbains et les espaces ruraux, les fortes et les faibles densités.

télérama 2

Télérama 1
Que nous montre cette Une, illustrée par une photographie de Pascal Aimar (agence Tendance Floue) ? Quelques lettres capitales tout d’abord : « SOS2 villages ». Et derrières ces lettres, un rond-point du village de Mezel, dans le Puy-de-Dôme. Mais surtout – et la légende de la couverture, donnée page 11, le précise – cette Une nous montre Mezel « un soir de pleine lune ». Il s’agit donc d’une photo de nuit. Pourtant, nulle source de lumière artificielle n’est directement perceptible sur la photographie, alors même qu’un lampadaire se détache du fond du ciel. Le rond-point et les quelques façades de maisons sont éclairés par la pleine lune. Mezel doit donc faire partie de ces communes qui, par pragmatisme économique, coupent l’éclairage public à partir d’une certaine heure en milieu de nuit. Pourtant, une ville est bien présente en arrière plan par l’intermédiaire de son halo lumineux typiquement rose-orangé. Etant donnée la direction des ombres portées par la Lune, alors assez haute dans le ciel et éclairant donc depuis le sud, la photographie est prise en direction de l’ouest. Un petit tour sur Google® Street View® pour retrouver le lieu de la prise de vue nous le confirme : plein ouest, c’est bien l’agglomération Clermontoise qui colore le ciel par son éclairage artificiel.

Capture d’écran 2016-04-17 à 17.28.00

Capture d’écran 2016-04-17 à 17.30.30

Au-delà de l’anecdote, ce choix iconographique n’est pas vide de sens. Choisir, pour illustrer un dossier traitant de la revitalisation des bourgs et villages en France, la photographie nocturne d’une commune éteignant son éclairage public peut apparaître comme la caricature du déclin et du passéisme – ce fameux « retour à la bougie » souvent invoqué contre des mesures frugales, voire décroissantes, notamment en matière d’énergies. Mais nous pouvons en faire une autre lecture, qui relèverait presque d’une forme d’innovation territoriale et rejoindrait l’invocation de Luc Le Chatelier et Martin Colombet3 – « Debout les bourgs ! ». En faisant le lien avec le mouvement Nuit debout, comme le suggère le titre de l’article, cette photographie revêt une symbolique forte : celle de communes dont les décisions en matière de gestion de l’éclairage public s’autonomisent en prenant leurs distances avec les injonctions à la mise en valeur et à la sécurisation des biens et des personnes. Celle d’un mouvement de décroissance amorcé par de nombreuses communes rurales à la recherche d’économies budgétaires, qui se trouve être aujourd’hui source d’innovations dans les relations qu’entretiennent les territoires avec la nuit et son environnement.


 

Pour accompagner la note 3 :

Depardon 1

Depardon 2

  1. L’article de Luc Le Chatelier, illustré par Martin Colombet, est disponible en ligne à l’adresse : http://www.telerama.fr/monde/dans-les-campagnes-francaises-les-bourgs-se-reveillent,140839.php []
  2. Il est à noter que « SOS » est le sigle choisi par l’Association Nationale de Protection du Ciel Nocturne (ANPCN, devenue depuis ANPCEN, pour Association Nationale de Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes) pour son bulletin d’informations : Save Our Sky! (« Sauvez notre ciel ! »). []
  3. Le travail photographique de Martin Colombet pour illustrer l’article de Luc Le Chatelier n’est pas sans rappeler le travail effectué (à la chambre photographique !) par Raymond Depardon entre 2004 et 2010 dans « la France des sous-préfectures » et exposé du 30 septembre 2010 au 9 janvier 2011 à la BNF sous le titre La France de Raymond Depardon (catalogue de l’exposition aux éditions du Seuil, 2010, même titre ; voir également : http://www.bnf.fr/documents/dp_france_raymond_depardon.pdf). Véritable « inventaire géophotographique » (pour reprendre les termes d’Olivier Archambeau) qui prouve – si besoin était – que ce média a toute sa place dans l’enquête de terrain du géographe : « J’ai toujours beaucoup de bas dans mon cadre. Du coup, qu’est-ce que j’en fais ? Des chaussées ou des fossés ? Là, ça devient intéressant, je dois gérer les trottoirs, les aménagements de la DDE, les marques au sol sur les routes, et montrer quelquefois le mauvais état des passages cloutés. Ce n’est pas toujours du goût des élus locaux. » []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

2 réponses

  1. Aimar dit :

    Analyse pertinente et très bonne géo-localisation.
    Pascal Aimar

    • Merci beaucoup ! L’exercice est toujours risqué, et l’on voit bien souvent ce que l’on a envie de voir, qui dépend de la paire de lunettes que l’on met sur le nez. Mais si nous n’avons pas complètement galvaudé le sens de la photographie, alors c’est tant mieux !
      Samuel Challéat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *