« Les petites heures », ou les paysages sonores de la nuit urbaine

1024px-France_Culture_logo_2005.svgNous avons déjà eu l’occasion, sur ce blog, de dire l’attachement des membres du Collectif RENOIR au medium radiophonique pour ses capacités aveuglantes et immersives qui vont si bien à la nuit. C’était à propos d’une balade dans les paysages sonores de l’Observatoire de Haute-Provence. Un reportage intitulé « Le poids du ciel de Haute-Provence », réalisé par Lionel Quantin et Bernard Fort, qui nous promenait entre sons de l’astronomie et sons de la nuit environnante.

Aujourd’hui, c’est encore grâce à Irène Omélianenko et à son émission Création on air (qui a pris la suite de L’atelier de la création) que nous pouvons relayer une plongée dans des paysages sonores nocturnes, mais urbains cette fois-ci, avec « Les petites heures ». On retrouve Lionel Quantin à la réalisation de ce reportage de Nathalie Sabah, mixé par Olivier Dupré. Parti d’un projet sur la place de la marge dans la cité, ce reportage nocturne propose de « renouer avec une sensation singulière », où « l’errance flirt avec la liberté ».

« Ensuite sont apparus des paysages sonores où les voitures, comme les pas, résonnaient étrangement. C’était la nuit dans la cité, en fait. »

Si le Collectif RENOIR reste à l’affût de ce type de travail, c’est parce que nous-mêmes sommes en train de nous en rapprocher. Nos réflexions actuelles sur les paysages nocturnes dans le cadre des programmes SHS Région Midi-Pyrénées « RENOIR » et CNRS-INEE « LAPANTE » nous poussent à aller au-delà du seul usage de la vue et de la photographie dans la caractérisation des paysages, objets multi sensoriels par excellence. Un travail est donc en cours, qui tente d’allier au discours la photographie et la captation sonore, mais également divers paramètres physiques « objectivés » (entendez « normés » et mesurables en unités du système international). Nous vous en dirons plus sur ces travaux dans quelques semaines, une fois les premiers tests de terrain réalisés.

jpg_mixpre-web

Pour l’heure, revenons au travail de Nathalie Sabah, Lionel Quantin et Olivier Dupré. En voici le synopsis donné par le site de l’émission Création on air :

« Les petites heures de 3 à 5 heures du matin, où tout peut paraître possible quand tout dort et que ceux qui errent encore ne sont plus des fêtards attardés… La démarche s’alanguit, le but disparaît et les échanges de regard, alors ne sont plus les mêmes…

Les petites heures de la nuit sont des heures où tout peut paraître possible. De 3 à 5 le matin, tout dort, tout est fermé et ceux qui errent encore ne sont plus des fêtards attardés.

On est libéré au moins de la surpopulation, surtout lorsque la ville, c’est Paris. Un peu aussi du bruit, quoique les sons restants soient décuplés et prennent une ampleur particulière…

Fantasmant une errance à la Kerouac, on se heurte pourtant assez vite au froid surtout, à la faim un peu, à la fatigue aussi, une fois les premières heures de légère euphorie passées.

On adopte alors une démarche pas trop rapide pour pouvoir marcher longtemps mais pas trop lente non plus pour ne pas se refroidir ce qui donne une allure bien particulière…

Ceux qu’on rencontre alors ne sont pas tous d’autres poètes égarés.

Certains oui, profitant de la nuit pour décorer le béton et le métal de leur révolte, leur résistance ou simplement leur désir de s’exprimer.

Et puis, passées les 3 ou 4 heures du matin, les silhouettes croisées semblent plus sombres, plus silencieuses…

Parmi ceux-là sont certains sont généreux, avides de rencontres, d’autres sont plutôt effrayants. On se croit poursuivi. On est peut-être chassé… »

Alors ce soir, cette nuit, mettez sur vos oreilles un bon casque et laissez-vous emmener dans « les petites heures » parisiennes.

510_mygalo

Photographie : Nathalie Sabah.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *