« Ça coûte rien d’écouter la nuit »

1024px-France_Culture_logo_2005.svgContinuons notre revue radiophonique, notre pérégrination immersive dans les bruits et les sons de la nuit avec, aujourd’hui, un documentaire de Marc Bousquet et Guillaume Baldy sur « Les voix de l’univers » (et « bien entendu », c’est encore sur France Culture, et cette fois-ci Sur les docks). Nous quittons donc le sol, la surface terrestre et, par là-même, le seul domaine spectral naturellement audible par l’oreille humaine. « Les voix de l’univers » nous proposent une plongée dans « le bruit d’une aurore boréale, les voix de Jupiter ou les rebonds sur des étoiles filantes, autant de sons que nous pouvons “entendre” aujourd’hui » … Un documentaire riche également de ses explications techniques et scientifiques, puisqu’il ouvre le micro à Jean-Louis Rault, radioastronome, et à Sylvie Vauclair, astrophysicienne et professeure émérite à l’Université de Toulouse 3.

Le synopsis de l’émission, que l’on peut écouter, télécharger ou « podcaster » ici :

« L’univers, si l’on en croît l’école pythagoricienne, serait si beau et harmonieux qu’il devrait être possible d’entendre son élégante musique, la « musique des sphères ». Cependant nous sommes confrontés à beaucoup de silence. Ce silence éternel des espaces infinis qui effrayait tant Pascal. Les « bruits » du Cosmos sont pourtant nombreux, dans la mesure où les ondes sonores ont besoin d’un milieu matériel pour se propager, il est possible d’écouter les ondes électromagnétiques, telles que les ondes radio ; voire de transformer les ondes électromagnétiques perçues en ondes sonores, comme le fait depuis quelques temps la NASA. Les étoiles également se mettent à chanter en nous laissant découvrir les ondes sonores qui vibrent dans leur cœur.

Au milieu de tout ce bruit, une forme intelligente tente-t-elle de prendre contact avec nous ? Des scientifiques ont cherché à capter ces « voix de l’Univers », notamment au travers du programme SETI.

Entre fantasme et réalité, entre création et captation, un dialogue étrange et fécond a commencé à se nouer entre nous et l’Univers. »

Avec :

  • Simon Ripoll-Hurier, artiste plasticien
  • Jean-Louis Rault, radioastronome
  • Sylvie Vauclair, astrophysicienne
  • Claude-Samuel Lévine, musicien
  • Laurent Domisse, informaticien, participant au programme SETI
  • Gardenteapot, intervenant sur les Ummites
  • Michel Scotto Di Carlo, comédien

hs-2015-01m16pillarsHST

Photographie :  « les piliers de la création », colonnes de poussières interstellaires situées dans la nébuleuse de l’Aigle.


Photographie « à la Une » : la nébuleuse planétaire Hélix (NGC 7293), à 650 années-lumière de la Terre. NASA.


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *