24th Colloquium of the IGU Commission on the Sustainability of Rural Systems

csrsJohan Milian s’est rendu à Liège en Belgique, du 17 au 22 juillet 2016 afin de présenter, dans le cadre de la Commission on the Sustainability of Rural Systems (Thematic session 4: Energy issues in rural areas), une communication issue des travaux de RENOIR : « S’émanciper pour innover ? La transition énergétique à l’épreuve des démarches territoriales dans les espaces ruraux en France« . Nous vous présentons ci-dessous le résumé de cette communication.

S’émanciper pour innover ? La transition énergétique à l’épreuve des démarches territoriales dans les espaces ruraux en France

Dans le contexte français d’affichage politique de mise en œuvre d’une “transition énergétique”, nous proposons une analyse comparative de trajectoires territoriales qui, depuis le début des années 2000, s’institutionnalisent dans divers dispositifs (Agendas 21, Plans Climat, TEPOS et TEPCV). Dans ce qui peut être désigné comme la création d’une “capacité énergétique territoriale”, des logiques bottom up et top down se télescopent. De nombreux  territoires de projets se dotent d’une ingénierie territoriale de la transition. Ils s’insèrent dans des réseaux experts multiscalaires pour faire émerger une forme “d’énergie alternative”, qui bouscule le système sociotechnique de “l’énergie institutionnelle”. Ce faisant, ils allient énergies renouvelables, solutions techniques innovantes et financements participatifs, pour développer une stratégie énergétique territoriale qui rebat les cartes du pouvoir et de la “gouvernance énergétique”. Mais dans le même temps, l’État, dans une logique de croissance verte, de création de filière énergétique et de recomposition de l’architecture institutionnelle locale, met en œuvre des instruments de “gouvernement à distance” susceptibles de brimer l’élan pionnier à l’œuvre dans les territoires. Au fond, la transition énergétique, si elle est porteuse de nombreuses recompositions dans les relations villes- campagne, dans la pluralisation de la fabrique et des formes de l’action publique, est aussi soumise à la dépendance au sentier énergétique qui, en France, est fortement imprégné d’une logique centralisatrice et monopolistique. La transition énergétique est une question qui interroge les soubassements démocratiques des institutions françaises.

Mots clefs : transition énergétique, politiques énergétiques, développement local, France, rapports de pouvoir, rapports ville/campagne.


 

Building up emancipation in order to innovate? Energy transition and localism in French rural areas

We propose to review some French local experiences and territorial trajectories regarding energy transition and the manner they deal with some support policies. In this way we want to discuss the notion of “territorial energy capacity”, as many local territories are strengthening themselves with a dedicated engineering on this matter. They participate in multiscalar expert networks and try to build an “alternative energy” which could be able to push the “institutional energy” social system. Surfing on renewable energies, innovative technical solutions and participative financing, they intent to develop a territorial energy strategy and modify power relationships around energy governance. By the same time, national authorities promote green growth framework, the creation of new energy sector and some reorganization of the local institutional architecture in order to control what is happening. Energy transition could bring many evolution regarding urban-rural relationships and action policy production, but in French context, it is also under the control of a path dependence linked with a centralist and monopolistic logic.

Key words: energy transition, energy policies, grass roots initiatives, France, power relations, urban-rural relationships.


Une communication de :

Dany LAPOSTOLLE – Aménagement de l’espace, MCF, université de Bourgogne, UMR ThéMA, 2 boulevard Gabriel, 21000 Dijon, France, dany.lapostolle@u-bourgogne.fr
Samuel CHALLEAT – Géographie et aménagement, post-doctorant, université de Toulouse 2-Jean Jaurès, UMR LISST, équipe Dynamiques Rurales, 5 allées Antonio Machado, 31058 Toulouse, France, samuel.challeat@univ-tlse2.fr
 Johan MILIAN – Géographie et aménagement, MCF, université Paris 8, UMR Ladyss, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis, France, johan.milian@univ-paris8.fr


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *