La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ?

Cartel_CosasDeLaNoche_CEMCA_1_300dpi - copia_288x0Un billet de Samuel Challéat, issu des actes (édition en cours) du colloque international Las Cosas de la Noche, Mexico, 18 et 19 octobre 2012. Colloque organisé par Les Nocturnes1, groupe de recherche en anthropologie de la nuit.

Pour citer ce billet : CHALLEAT S., « La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ? », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 24 novembre 2013. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/158 (consulté le…)

Introduction

« Réserve Internationale de Ciel Etoilé ». Ce label, nouveau venu dans la longue liste des moyens de réservation et de protection des « objets de nature », sonne comme un énième moyen de défense d’un objet sectoriel spécifique (le « ciel étoilé » d’une catégorie d’acteurs : les astronomes) bref, un énième moyen – certes institutionnalisé et remis au goût environnemental du jour – de défense d’un pré carré. « Réserve ». Le mot est lâché, qui nous renvoie au périmètre, à la délimitation, à la frontière et donc à la protection, voire à la sacralisation. Alors, pour protéger le ciel étoilé, « sauvons la nuit »2 ? Mais de quoi, et donc de qui cet appel est-il le « non ! » ? Face à quel ennemi envahissant la communauté internationale se doit-elle de dresser jusqu’à des frontières de réserves ? La réponse pourra surprendre, voire choquer, et ne laissera personne indifférent tant cet envahisseur occupe légitimement la place, dans les consciences collectives, d’objet de progrès. Car il s’agit bien d’un « ennemi intime », puisqu’utilisé par tous dans les pays industrialisés. Et même plus ! D’un objet dont chacun de nous – et a fortiori nos sociétés – est devenu dépendant : la lumière artificielle3.

Il aura donc fallu un changement radical dans la perception même de la lumière artificielle, la faisant passer du statut quasi exclusif d’objet de progrès à celui d’un objet pouvant aussi être dommageable. Bien sûr, ce glissement – encore à l’œuvre actuellement – ne s’est pas fait en un jour et, comme souvent en matière d’émergence dans la conscience collective d’un nouvel objet de risques ou de dommages environnementaux, le processus mobilise en amont des mouvements de personnes directement gênées – dans leurs activités et par leur localisation – par cet objet4. De la gêne ressentie à la nuisance, puis de la nuisance à la pollution scientifiquement reconnue, la gradation dans l’expression puis dans l’acceptation scientifique et politique (celle-là même qui mène à la mise en place de réserves, de moyens de protection, etc.) du dommage est grande et, surtout, ne va pas de soi. Tout objet de dommage est ainsi construit, et son émergence à replacer dans un contexte historique, social, économique, politique, etc. particulier.

1. L’émergence de la lumière artificielle comme objet de dommage

Lucifer (étymologiquement « qui porte la lumière », du latin lux, lumière et fero, porter) fut déchu du zénith au nadir, devenant Satan, prince des Ténèbres et esprit du Mal s’opposant à la Lumière créée par le Verbe, la Parole de Dieu. Dualité, double nature antithétique évoquant les oppositions mais également – inéluctablement ! – les complémentarités. Ainsi du rythme à deux temps de la vie et de la mort, du passé et de l’avenir, du blanc et du noir, de la lumière et de l’obscurité, du jour et de la nuit. Cette dernière, parce que temps de l’ombre, des ténèbres – et donc des peurs –, reste chargée, encore aujourd’hui, d’une mythologie l’associant au mal, au complot et à l’insécurité. Pourtant, la nuit n’en reste pas moins, pour beaucoup, le moment des plaisirs de la fête et de la transgression de certains « interdits sociaux ». Il n’est ainsi pas nécessaire de rappeler plus avant à quel point notre société dite « développée » entretient une relation complexe avec la nuit, cet espace-temps hors des cadences diurnes qui favorise la réflexion, l’imaginaire, l’écoute, la création, le rapprochement de l’autre, tout en révélant la ségrégation, la peur et donc la limitation et la restriction.

Il nous faut alors parler d’une nuit construite – car sociale – aux limites très différenciées des simples bornes astronomiques qui la font courir précisément du coucher au lever du Soleil. Le temps nocturne, qu’il soit de la fête, du travail ou du repos, n’est pas la simple prolongation du temps diurne mais constitue bien un univers en soit, qui émerge historiquement comme objet à part entière par le biais de sa conquête dans et par la ville. Il est alors avant tout, aux XVIIe et XVIIIe siècles, un temps sur lequel l’ordre urbain peine à s’imposer5. Il est par la suite un espace-temps à humaniser et à rationaliser pour permettre, au cours du XIXe siècle, la naissance d’un noctambulisme, mode d’être à la ville révélateur d’une nouvelle sensibilité citadine liée à un nouveau rapport au temps et à l’espace viaire6. Par sa perception du temps long, l’historien met ainsi en exergue un processus de colonisation de la nuit occidentale – qu’elle soit urbaine ou rurale – au nom de ce qui peut être appelé un « projet lumière », intrinsèquement lié par la suite au projet des Lumières7.

Véritable constante historique, la conception de l’éclairage urbain est pavée de la volonté de répondre aux peurs sociales par la soumission de la rue à l’ordre. Aujourd’hui encore, la volonté de visibilité a giorno des institutions s’oppose au nocturne, perçu par le politique comme faiseur de non-droit : la même transgression qui permet chez les uns la libération n’est pas loin d’être la cause, pour les autres, de la menace et de l’insécurité, perpétuel atavisme chevillé à la nuit, a fortiori quand elle est des périphéries urbaines. Néanmoins, d’autres fonctions sont aujourd’hui attribuées à l’éclairage artificiel, qui doit depuis les années 1980 – outre assurer la sécurisation des lieux, des biens, des personnes et des déplacements dans la ville – participer de la recomposition des espaces et de la promotion urbaine par le biais de ce qu’il est convenu d’appeler « la mise en lumière ». Plusieurs outils ont ainsi vu le jour dans les documents d’urbanisme pour servir une scénographie lumière participant souvent d’une « touristisation »8 de la ville. Certaines voix se sont d’ailleurs récemment élevées – et ce jusqu’au sein de la jeune profession des concepteurs lumière – afin de prévenir un risque de surenchère lumineuse, qui participerait de la fabrique d’un centre-ville muséifié, ayant parfois l’allure nocturne d’un parc d’attractions. Mais plus objectivement, ce sont différents effets de la lumière artificielle nocturne sur la vision du ciel étoilé comme ressource scientifique et culturelle, sur l’environnement nocturne, ainsi que sur la santé humaine qui peuvent s’avérer négatifs.

C’est dans les années 1970 qu’émergent, aux États-Unis puis en Europe occidentale, les premières formes de contestation de la lumière artificielle. Période d’étalement urbain massif qui voit donc, sous l’effet de déplacements automobiles de plus en plus rapides, les villes coloniser des espaces jusqu’alors à dominante rurale afin de répondre à un nouveau mode d’habiter, celui de la maison individuelle pavillonnaire. Mais également période énergétiquement complexe, générant des mutations dans les infrastructures de production d’électricité et, par suite, dans les infrastructures de distribution. La France est en ce sens emblématique, elle qui, à cette période, fait le choix de se tourner massivement vers l’électronucléaire avec des centrales qui ne savent tourner qu’à plein régime, et une énergie qu’Électricité De France (EDF) incitera – par des tarifs attractifs pour les collectivités territoriales – à consommer plutôt que de la perdre. De façon subséquente à leur augmentation en taille, villes et villages vont ainsi densifier et intensifier leur parc d’éclairage public, faisant croitre par là-même les dômes de lumière artificielle qui les surplombent.

Ces halos lumineux entravent l’accessibilité au ciel étoilé de quelques individus – peu nombreux, il faut le souligner – astronomes professionnels et amateurs, qui vont alors, afin de fonder leur contestation de l’objet lumière artificielle, fabriquer et revendiquer9 un nouveau bien environnemental à part entière et à forte charge symbolique : le ciel étoilé. Mais l’expression d’une nuisance par quelques individus, malgré son inscription dans le contexte de pensée environnementale favorable des années 1970 ne suffit pas, loin s’en faut, à reléguer la lumière artificielle au rang d’une pollution. Il faudra attendre les années 1990, et plus encore les années 2000 pour que, suite à la saisie de la thématique par les écologues puis les médecins, la lumière artificielle soit scientifiquement perçue comme véritable altéragène du noir de la nuit, état physique faisant naturellement partie intégrante de tout biotope, et besoin en termes de qualité de l’environnement sanitaire. Pour les premiers, la lumière artificielle constitue une nouvelle cause d’érosion massive de la biodiversité ; pour les seconds, elle est en passe d’acquérir le statut de perturbateur endocrinien et donc de facilitateur de risques sanitaires.

Un champ nouveau de savoirs scientifiques émerge donc depuis une vingtaine d’années, qui permet de penser conceptuellement la lumière artificielle comme polluant et donc, réciproquement, la nuit comme objet à valeurs environnementales positives, la nuit comme objet à sauvegarder. Les revendications des acteurs historiques se tournent donc désormais vers la sauvegarde non plus seulement du seul « ciel étoilé », mais bien vers celle, moins sectorielle et donc plus fédératrice, de ce que nous nommons des « ressources environnementales nocturnes »10 dans leur ensemble (comprenant la ressources scientifique et culturelle qu’est le ciel étoilé, certes, mais aussi le noir naturel avec les processus et phénomènes écologiques et biochimiques qui lui sont liés). Cette montée en généralité, alimentée par les savoirs scientifiques écologiques et médicaux, leur permet désormais de demander la prise en considération de la problématique de l’éclairage artificiel dans les textes de référence des actions publiques et privées. L’objet de dommages est donc passé du statut d’une gêne revendiquée de façon sectorielle à celui d’une nuisance, puis d’une véritable pollution dont le traitement est désormais mis à l’agenda politique (Grenelle de l’Environnement).

2. Une conflictualité découlant d’usages contradictoires du nocturne

À cette gradation dans l’expression du dommage correspond une gradation des revendications des associations dites « de défense du nocturne ». Leur souhait de voir diminuer les quantités de lumière artificielle émises par les villes n’a bien entendu pas été accueilli favorablement par les acteurs de la production de lumière artificielle (fabricants de luminaires, installateurs, concepteurs lumière, professionnels et syndicats d’énergies, etc.), pour qui il s’agit ici d’une remise en cause profonde de leurs compétences professionnelles. Une conflictualité s’est ainsi rapidement installée entre ces acteurs. Celle-ci s’exprime avant tout du côté des acteurs associatifs, promoteurs de revendications, selon une logique hirschmanienne de voice11. Une véritable lutte contre l’éclairage urbain prend forme, qui peut être comparée à une « lutte des places » à l’encontre de ce qui est dénoncé comme une « urbanisation rampante ». On trouve ainsi très tôt, dès les premiers tracts de sensibilisation, les prémices de l’idée de réservation localisée du ciel nocturne face à l’urbanisation.

Par la suite, et très classiquement en matière de conflits environnementaux, les interactions entre les deux champs de la pensée des dommages que forment les associations environnementales d’une part et les scientifiques (écologues, médecins, biogéographes) d’autre part, se renforceront mutuellement. Elles permettent aux uns d’évoquer les dommages qu’ils subissent en se référant à une expertise scientifique possible, aux autres de diffuser, auprès du public, dommages et risques qu’il ne peut percevoir directement. Ceux-ci deviennent alors légitimement exprimables, mais restent dans une dynamique complexe. En effet, deux actions sont alors opposables, dont les contours sont flous : celle d’une éviction de la source du dommage et du risque et celle d’une simple compensation ou d’une dépollution, champs nouveau du mythe progressiste et champ de lobbies économiques éclairés. Une opposition que ne résument pas, bien sûr, décroissance et emplois verts12. On le voit, dans ces conflits autour de biens publics dits « purs » – car non excluables, non appropriables (air, eau, santé, paysages, nuit, etc.) – la puissance publique sera souvent, in fine, l’acteur vers lequel se tourneront tous les regards et toutes les attentes en matière de régulation.

Ainsi, la perception d’un dommage ne va pas de soi, indépendamment de son action réelle. Le cas de la lumière artificielle est intéressant car en il est en émergence et cette « pollution » n’est encore que très peu reconnue. Mais la même difficulté s’est manifestée pour toutes les pollutions actuellement reconnues. Les dangers attribués au tabac, et notamment le tabagisme passif, en est un bon exemple. L’enjeu, on le voit, est de pouvoir concevoir le dommage indépendamment d’avantages – individuels, sociétaux, politiques, industriels, etc. – qu’il pourrait procurer, ou encore de l’imaginaire qui accompagne son objet. Aussi, ce sont nos conceptions des valeurs qui se trouvent questionnées, a fortiori lorsque les dommages s’exercent sur « la nature » – concept plastique s’il en est ! – ou « l’environnement ». Faire de la lumière artificielle un « objet de dommages » et donc, réciproquement, de la nuit un « objet de sauvegarde » nécessite un décentrement du regard, passant d’un anthropocentrisme fait de rationalité technique à une valorisation des « objets de nature ».

Valorisation. Le mot pourrait nous renvoyer aux processus économiques d’évaluation des dommages, mais en amont et dans la perspective d’analyse de la mise à l’agenda politique de ce nouveau problème environnemental, c’est aux textes de l’éthique de l’environnement (au sens de courant philosophique) qu’il nous faut nous reporter. Car c’est bien par un processus de valorisation localisée de l’objet « ciel noir étoilé », puis par la mise en exergue de la valeur intrinsèque du noir, que se construit lentement, depuis maintenant plusieurs décennies, la protection de la nuit face aux territoires de la lumière13.

3. Un questionnement des valeurs éthiques de la nature et de sa protection

On le voit, les notions de fatalité ou de nécessité, comme celle de liberté individuelle absolue, obèrent toute perception des dommages, qui tout au mieux sont perçus de manière incidente, comme dégâts collatéraux. La question peut être étendue à des conceptions de la nature – et donc du fonctionnement des écosystèmes – et à la perception des risques. En effet, le XVIIe siècle a ainsi dû penser le fonctionnement aussi bien physique que biologique du monde, de la nature, en s’affranchissant du dessein divin comme des causes finales et en pensant le dommage suivant une lecture scientifique : remiser la téléologie ne s’est pas fait sans heurt ni cheminements erratiques, et c’est bien tout un processus de fabrication et de valorisation de ce qui est menacé, détruit, pollué, etc. qui va permettre au dommage d’émerger de façon non pas conceptuelle mais tangible, localisée14.

Quand les astronomes fabriquent la vision de la Voie Lactée comme étalon de l’intensité des nuisances et pollutions lumineuses15, ils fabriquent la valeur de zones non polluées par la lumière artificielle, surplombées d’un ciel noir étoilé. In fine, c’est lui qui, dans son ensemble, acquiert le statut d’objet de nature doté d’une valeur au sens entendu par l’éthique de l’environnement, et donc le statut d’objet digne de considération pour lui-même, en dehors de toute considération utilitariste et progressiste quant à la lumière artificielle, et donc digne d’être protégé. Susciter l’intérêt pour le ciel noir étoilé a été, pour les astronomes, le point de départ de leur lutte. Pour reprendre Rolston, « le seul fait de prendre intérêt à quelque chose constitue ipso facto une valeur. Un objet qui sans cela serait sans valeur peut ainsi en venir à avoir une valeur intrinsèque »16. Mais concernant le ciel nocturne, il semble que l’on se rapproche plus d’une valeur extrinsèque non instrumentale que d’une réelle valeur intrinsèque : valeur n’est donnée au ciel nocturne que pour ses apports culturels, religieux, scientifiques, contemplatifs, etc. Apports clairement projetés par l’homme. Et quand bien même ! La valeur d’un site géographique au ciel nocturne remarquablement noir reste-t-elle une valeur non instrumentale dès lors qu’elle est support d’une promotion (valeur pour l’homme) ?

L’objet ciel nocturne étoilé sera dépassé lorsqu’écologues et médecins viendront, à partir des années 1990, souligner le noir (l’absence naturelle de lumière) comme objet, élément ou état directement participatif de tout biotope et donc de la biocénose ou de la qualité sanitaire environnementale17. Dans un souci de schématisation conceptuelle, nous pouvons dégager les deux grandes positions éthiques suivantes. Pour l’écologue, la valeur n’est plus seulement à rapporter à l’homme ; elle est certes instrumentale, car servant la biocénose, mais bien intrinsèque, non décidée par l’homme, comme la valeur de l’eau, de l’air et « de chacune des substances fondamentales de la biosphère »18. Pour le médecin, la valeur du noir se rapporte bien à l’homme et est, là encore, instrumentale (car servant directement la qualité sanitaire environnementale), mais ce n’est pas le travail (physique ou intellectuel) de celui-ci qui la valorise. Le noir a donc, ici aussi, une valeur intrinsèque.

Nous pourrions consacrer des billets entiers (et nous le ferons !) à discuter des valeurs accordées aux objets environnementaux « noir » et « ciel étoilé », ainsi que de leur relativité. Ici, nous n’avons abordé cette question épineuse que parce que les réponses données traduisent parfaitement les différentes positions des acteurs en conflit depuis plusieurs années. Pour les défenseurs de la « nocturnité »19, le noir est porteur d’une valeur intrinsèque instrumentale : la vie nécessite l’alternance naturelle du jour et de la nuit, sans quoi l’érosion de la biodiversité est inéluctable. Pour leurs contradicteurs, tout au plus concèdent-ils que la nuit a une valeur extrinsèque instrumentale, servant aux astronomes et à la qualité environnementale sanitaire. Cette opposition se retrouve dans les débats de politiques environnementales, notamment lors du problème crucial de l’évaluation des dommages à réparer. Cette évaluation peut être menée grâce aux outils de l’économie pour les uns (évaluation monétaire, prix hédonistes, consentement à payer, etc.), alors qu’elle est tout bonnement impossible pour les autres (un des slogans des militants de la protection de la nuit est « la nuit, c’est la vie ! », et l’adage « la vie, ça n’a pas de prix ! » est bien connu : la valeur intrinsèque est de facto une valeur supérieure menant à un intérêt commun supérieur).

illustration blogPour les premiers, que l’on pourra qualifier de « technicistes », la compensation (mais encore faut-il être capable de quantifier voire même, en amont, de connaître – pour le reconnaître – le dommage) ou la dépollution à plus ou moins long terme par le biais de la techno-science seront les solutions. Pour les seconds, tenants de l’environnementalisme et de la décroissance, il s’agira de plaider pour « éradiquer le mal à la racine », pour sauvegarder la valeur de l’objet de nature, notamment en poussant à la création d’espaces protégés, qu’ils soient de protection (conservation en l’état, pouvant mener à l’immobilisme), de restauration (retour à un état antérieur, souvent imaginé plus que réellement connu, parfois idéalisé, voire mythifié), ou plus souvent intermédiaires, outillés par le management environnemental territorial et ses frontières administratives, ses « zones cœur », ses « zones tampon ».

La mise à l’agenda politique, en France, de la problématique des nuisances et pollutions lumineuses, donne l’occasion aux associations environnementales de faire glisser le débat vers une controverse socio technique dont un des enjeux est « d’établir une frontière nette et largement acceptée entre ce qui est considéré comme indiscutablement technique et ce qui est reconnu comme indiscutablement social. […] Reconnaître sa dimension sociale [et nous pourrions ajouter « environnementale »], c’est redonner une chance [à un dossier] d’être discuté dans des arènes politiques. »20 C’est ici le rapport des uns et des autres à la connaissance scientifique – actuellement imparfaite en matière d’effets sanitaires, par exemple – qui est intéressant. Pour les environnementalistes, les preuves scientifiques accumulées par les écologues et les médecins suffisent à la prise de décision (principe de précaution) quand, pour les technicistes, le même savoir scientifique laisse encore une place trop importante à l’incertitude pour qu’il puisse fonder cette même décision21.

Cet usage stratégique de « l’état actuel des savoirs scientifiques » doit être replacé dans les épreuves qui ont cours lors des processus législatifs et de normalisation qui, même si elles se déroulent sur des scènes différentes, sont structurées par l’antagonisme entre les technicistes et les environnementalistes. En rapprochant ou éloignant les acteurs de la controverse, ces épreuves déterminent ce qui doit être pris en compte ou non par la loi et la norme. Pour les technicistes, ce qui est mesurable et vérifiable, pour les environnementalistes ce qui pourrait advenir22.

Ainsi, leur rapprochement se fait sur les économies d’énergies dans tous les espaces. Il débouche, dans la récente loi Grenelle 2, sur un nouveau zonage (les sites d’observation astronomique, localisés dans des espaces à faible densité de population et d’activité) et sur la prise en compte des nuisances lumineuses dans les zonages environnementaux existants (réserves et parcs naturels, sites classés, etc.) À l’inverse, leur éloignement est sensible sur les espaces à forte densité de population et d’activité dans lesquels l’intrication des enjeux sanitaires, environnementaux et économiques est plus marquée. In fine, la thématique sanitaire sera très certainement celle qui jouera le rôle d’arbitrage : soit la dangerosité de l’éclairage pour la santé humaine est reconnue, dans ce cas ce sont les zones à forte densité et leurs habitants qui doivent être protégés contre les nuisances lumineuses et les intérêts économiques. Soit la dangerosité de l’éclairage n’est pas avérée avec certitude, et les intérêts économiques se manifestent plus directement. Mais au-delà de la sauvegarde de la nuit face à l’éclairage artificiel, c’est bien la normalisation industrielle et commerciale qui est – jusque dans ses modes de fabrique – en contradiction avec les revendications civiques d’ordre environnemental, qui supposent d’accepter l’élargissement et la pluralité de l’expertise23.

Conclusion

Comment penser le dommage, le risque ? Comment en faire un élément autonome, indépendant des bénéfices que procure le développement économique ? On comprend que, dans un contexte « progressiste », la pensée « négative », à contre-courant, est difficilement possible et audible : comment ne serait-ce que concevoir que la lumière – qui porte en elle l’imaginaire de la vie, de la force du Bien contre le Mal ou encore du progrès technique – puisse être un élément dommageable ? C’est donc tout un processus conflictuel qui pourra faire émerger cette pensée, d’abord par un décentrement intellectuel, une autre façon de percevoir et de concevoir à partir de points de vue nouveaux, irréductibles à cette vision du divin ou du progrès. De fait, cela nécessite de penser autrement, ou « depuis un ailleurs » sur le terrain des idées, à partir d’un champ conceptuel qui devra être structuré progressivement, comme a été structurée par l’astronome, l’écologue ou encore le médecin l’idée de la lumière artificielle comme polluant, et donc du noir comme ressource naturelle. Cette nouvelle pensée, forcément radicale puisque devant remonter le « mainstream » à contre-courant, ne peut se comparer à la première – celle du « progrès » : ses critères de validité appartiennent à un autre champ cognitif et sémantique, ses modes de représentation du réel suivent d’autres voies24.

Nous l’avons vu, les débats autour du ciel nocturne étoilé, de la nuit noire qui le rend visible, puis plus généralement du noir comme élément constitutif de tout biotope et donc support de la biocénose dans son ensemble et de la qualité sanitaire de l’environnement, nous renvoient à des concepts et mécanismes utilisés et observés dans bien d’autres conflits environnementaux portants sur des dommages ou des risques (que l’on songe seulement aux débats autour du changement climatique, du nucléaire civil ou militaire, des ondes électromagnétiques, des pollutions médicamenteuses, etc.). Faut-il appréhender le problème (et donc apporter des solutions) de façon spécifique et locale en créant, par exemple, des Réserves Internationales de Ciel Étoilé autour de quelques observatoires astronomiques ou quelques grands sites déjà relativement épargnés ? Ou bien faut-il glisser vers une prise en considération plus générique et globale, en considérant l’environnement nocturne dans son ensemble, avec ses multiples facettes (sociales, écologiques, sanitaires) et ses multiples territoires, y compris urbains ? Faut-il espérer endiguer ce nouveau dommage grâce à de nouvelles techniques ou technologies (éclairages par LED, détecteurs de présence, éclairage des rues à la demande via les téléphones mobiles, variateurs d’intensité, etc.), renforçant la trop souvent utopique « solution par le progrès », ou bien faut-il prendre le chemin de la décroissance ?

Ici, les notions sous-jacentes d’éthique environnementale posent leurs questions à des échelles temporelles difficilement appréhendables (« les générations futures ») quand l’on pense à la complexité définissant les systèmes – humains ou non – mis en jeu. Plus encore, la réflexion demande la prise en considération d’espaces et de territoires de tailles très variables, élargissant de facto l’échelle spatiale des problèmes posés… mais aussi des solutions à apporter ! De la niche écologique du « grand paon de nuit » à l’écosystème de l’oiseau migrateur, de l’ensemble autorégulé des écosystèmes à l’entièreté de la biosphère, de la personne dormant dans une chambre éclairée par une lumière individuelle à d’éventuels impacts sanitaires sur l’ensemble de la population urbaine, la – les – spatialités sont elles aussi complexes et, de surcroît, imbriquées. À ces échelles spatiotemporelles des dommages et risques ne correspondent pas les échelles spatiotemporelles des bénéfices tirés de l’activité nuisible ou polluante, ce que montre bien la récurrence des conflits sur la question25.

Enfin, et face à des réponses très souvent techniques apportées aux questions des risques, nuisances et pollutions (innovations technologiques, normes dont on ne sait plus très bien si elles sont d’application obligatoire ou si elles sont assimilées à des recommandations, cahiers des clauses techniques particulières, etc.), la mise à l’agenda politique de la protection du ciel nocturne et, plus largement, de la nuit, nous renvoie un questionnement fort : comment se fabrique le champ de ce que nous appelons « les problèmes environnementaux » ? En d’autres termes qu’est-ce qui, selon notre considération à un moment et dans un espace donnés, est un problème environnemental, et qu’est-ce qui ne l’est pas26 ? Filons la thématique du ciel nocturne en soulignant que le concept-oxymore du « développement durable », aux contours flous et ambigus, fournit ici des réponses… d’une obscure clarté ! Aussi – et pour terminer sur une touche provocatrice –, ce sont bien les politiques de protection ou encore de restauration de « la nature » par les Hommes qui doivent légitimement continuer à être questionnées, tant elles peuvent aussi bien mener tantôt à l’artefact technoscientifique, tantôt au conservatisme béat27, ce que résume parfaitement André Larceneux :

« Entre la volonté de réduire la nature en un immense champ d’expérimentation et la transformer en un artefact produisant les richesses matérielles d’une part et la volonté de la conserver en l’état où nous l’avons trouvée ou rêvée dans un passé idéalisé mais mythique d’autre part, toutes les options sont possibles. Entre le mythe scientiste et le romantisme idéaliste, entre la recherche de richesses matérielles produites et celles de valeurs immatérielles de la Nature ou de la Culture, peut-il y avoir des compromis ? Du chasseur ou du loup, qui est le prédateur le plus légitime ? »28

Au-delà, la formation – la fabrication ? – d’un patrimoine « naturel » tel que celui mis en avant lors de la mise en place d’une Réserve Internationale de Ciel Etoilé par exemple, pose le problème du rapport entre les questions environnementales et d’autres formes de patrimoines, que l’on songe seulement aux patrimoines culturels, sociétaux, industriels ou encore économiques. Des conflits peuvent alors émerger, à différentes échelles, entre la préservation ou la recréation – souvent imposée ou ressentie comme tel – de l’un et le maintien des autres. Mais ces conflits peuvent parfois amener à des formes de coopérations entre activités sur un même territoire. De telles synergies supposent la convergence de savoirs spécifiques lors de l’arbitrage entre la question environnementale et d’autres formes, souvent préexistantes, de patrimoines et de savoirs. L’avenir de la toute jeune Réserve Internationale de Ciel Etoilé créée autour de l’observatoire astronomique du Pic du Midi dans les Pyrénées, par exemple, nous dira si et comment la question de la valorisation de la nocturnité peut-être appropriée par les territoires et intégrée durablement à leur gestion économique, culturelle, touristique.


  1. Les Nocturnes (sous la direction d’Aurore Monod Becquelin et Jacques Galinier) organisent le séminaire de recherche pluri-disciplinaire « Anthropologie de la Nuit », qui réunit des chercheurs de plusieurs disciplines ayant pour objectif de contribuer à la construction de l’objet « nuit » en anthropologie. « Phénomène physique dont la durée varie selon la position géographique et le moment de l’année, la nuit est l’objet de perceptions et de représentations culturelles diverses ; celles-ci impliquent des constructions du temps, de l’espace, des êtres et de leur agentivité, qui sont jusqu’à présent moins étudiées en elles-mêmes que comme complément du savoir et des activités diurnes. Abordée depuis plusieurs disciplines, la nuit se révèle bien davantage que le cadre du sommeil ou des activités non diurnes. Ce champ de recherche concerne l’ensemble des objets et des processus étudiés par l’anthropologie : le corps et ses techniques, la notion de personne, la culture matérielle, les échanges économiques, les croyances et les représentations du monde surnaturel, les conceptions de l’espace aussi bien que celles du temps. » URL : http://ed-mcspp.u-paris10.fr/ecole-doctorale-milieux-cultures-societes/archives/anthropologie-de-la-nuit-346313.kjsp []
  2. En 1995, le Comité National de Protection du Ciel Nocturne (CNPCN), qui  avait vu le jour en 1994 au sein de la Société Astronomique de France, édite une charte intitulée « Sauvons la nuit ! » – version actualisée de la « Charte pour la préservation de l’environnement nocturne » (1993) – qui stipule en son préambule que « [Les signataires] Constatent que depuis un milliard d’années, la vie sur Terre était réglée par l’alternance du jour et de la nuit. En quelques dizaines d’années, cet équilibre naturel a été rompu par la prolifération anarchique d’un éclairage urbain trop agressif et mal réparti. Il est donc urgent d’arrêter les nuisances qui en résultent […] ». []
  3. Challéat S., 2010, « Sauver la Nuit »– Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, thèse de doctorat de géographie, soutenue le 13 octobre 2010 à l’Université de Bourgogne, sous la direction de Larceneux. []
  4. Comme souvent en matière d’émergence perceptive d’une gêne plus ou moins grande par une certaine catégorie d’acteurs, le rôle majeur de l’observation environnementale directe est ici à souligner (Thériault M., Landry R., Rouffignat J., Levallois P., Chiasson C., Tessier S., Girard M. et Previl C., 2000, « La perception des nuisances environnementales par les résidents de Portneuf », in Landry R. et Levallois P. (sous la dir. de), Agriculture intensive et écosystèmes régionaux, Du diagnostic aux interventions, Presses de l’Université Laval), et nous pouvons rapprocher les mécanismes trouvés dans la mobilisation des astronomes contre les nuisances lumineuses de ceux déjà rencontrés dans l’émergence de nombreux risques (Barjonet P., Gezentsvey M. et Mores C., 2010, « Perception des risques et choix du mode de transport. Approche conceptuelle et modélisation prédictive », Flux, vol. 3, n° 81, p. 19-32). []
  5. Cabantous A., 2009, Histoire de la nuit . XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard. []
  6. Delattre S., 2004, Les Douze Heures noires – La Nuit à Paris au XIXe siècle, Collection Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité, Albin Michel. []
  7. Koslofsky C., 2011, Evening’s Empire – A History of the Night in Early Modern Europe, Cambridge University Press, Cambridge. []
  8. Mons A., 2000, « La communication lumière de la ville. Un devenir-image des lieux », Médiation et information, nº 12-13, p. 201. []
  9. La saisie du « ciel étoilé » par les astronomes comme objet environnemental symbolique met en œuvre des mécanismes cognitifs alliant langage, raisonnements et manipulation d’un imaginaire qui leur est spécifique. Cette véritable lutte visant la sauvegarde du ciel nocturne cherche ainsi à fédérer l’entièreté des astronomes, à susciter leur intérêt à agir : il faut penser, à l’aide de référents culturels communs, la dégradation de la qualité du ciel étoilé afin de se diriger vers l’action de façon cohérente. Différents thèmes, slogans ou images vont être mobilisés afin de forger ces référents culturels communs par l’ancrage et l’objectivation (Barjonet P., Gezentsvey M. et Mores C., 2010, « Perception des risques et choix du mode de transport. Approche conceptuelle et modélisation prédictive », Flux, vol. 3, n° 81, p. 19-32) en familiarisant le public visé avec certains concepts et objets (Moscovici S., 1984, « The phenomenon of social representations », in Farr R. et Moscovici S. (sous la dir. de.), Social representations, Cambridge, Cambridge University Press, p. 3-69). Les acteurs s’opposant à certaines pratiques mises en œuvre dans l’éclairage artificiel doivent construire du sens qui trouvera écho tout à la fois individuellement (cognition) et socialement (représentation). []
  10. Cette terminologie allant au-delà du seul ciel étoilé, fonde notre collectif de recherche qui entend regarder les usages touristiques de ces ressources et les recompositions territoriales associées. Bénos R., Challéat S., Lapostolle D. et Milian J., Collectif RENOIR, 2013, URL : http://renoir.hypotheses.org []
  11. Hirschman A. O., 1970, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States. Cambridge, Harvard University Press. []
  12. Challéat S. et Larceneux A., 2011, « Pour une approche cognitive et multiscalaire des conflits environnementaux », 48e colloque de l’ASRDLF, 7-9 juillet 2011, Schœlcher, Martinique. []
  13. Challéat S., 2012, « La mise en débats des territoires de la lumière ». Actes du congrès du GIS Démocratie & Participation, 18-21 octobre 2011, EHESS, Paris. URL : http://www.participation-et-democratie.fr/sites/default/files/atelier_2-3_samuel_challeat.pdf []
  14. Challéat S. et Larceneux A., 2011, « Pour une approche cognitive et multiscalaire des conflits environnementaux », 48e colloque de l’ASRDLF, 7-9 juillet 2011, Schœlcher, Martinique. []
  15. L’échelle de quantification de la pollution lumineuse la plus populaire chez les astronomes amateurs est « l’échelle de Bortle », publiée en 2001 par John E. Bortle dans la revue grand public Sky & Telescope. Celle-ci, composée de neuf classes, se base sur la visibilité à l’œil nu de différents phénomènes (lumière zodiacale par exemple) ou objets astronomiques, dont la Voie Lactée. Par exemple, un ciel de classe 7, qui correspond à la « transition banlieue/ville », est décrit comme tel : « Le ciel montre une couleur légèrement bleutée teintée d’orange et de marron. La Voie lactée est complètement invisible. […] » Un ciel de classe 1, qui correspond à « un excellent ciel noir »  sera un « Ciel vierge de tout phénomène lumineux artificiel. La lumière zodiacale, la lueur anti-solaire, la bande zodiacale et toute la Voie lactée sont parfaitement discernables. […] » URL : http://media.skyandtelescope.com/documents/BortleDarkSkyScale.pdf []
  16. Rolston H., 1993, « Value in Nature and the Nature of Value », Conférence prononcée devant la Royal Society of Philosophy à l’Université de Wales (Cardiff, Royaume-Uni), 18-21 juin. Publié dans Attfield R. et Belsey A. (sous la dir. de), 1994, Philosophy and Natural Environment, Cambridge University Press, Cambridge, p. 13-30. Traduction autorisée par l’auteur dans Afeissa H.-S., 2007, Ethique de l’environnement, Nature, valeur, respect, Vrin, Paris, p. 153-186. []
  17. Les écologues mettent en avant les coûts environnementaux de l’éclairage, montrant des écosystèmes fortement perturbés par la lumière artificielle. De nombreux effets sont observés sur la faune par les biologistes à plusieurs échelles. Ces effets relèvent essentiellement, à échelle fine, de mécanismes d’attraction et de répulsion par les sources lumineuses, ainsi que de perturbations, à échelle plus large, d’espèces désorientées par les halos lumineux. De nombreux troubles comportementaux sont également relevés sur les communautés et les écosystèmes à des échelles de temps variables. Du point de vue de la santé humaine, la recherche médicale montre que l’alternance naturelle du jour et de la nuit est le premier donneur de temps pour l’horloge interne de l’Homme. Ce synchronisateur exogène régule la rythmicité circadienne de sécrétion de plusieurs hormones, notamment de la mélatonine. Une désynchronisation de sa sécrétion peut générer stress, fatigue, dégradation de la qualité du sommeil, irritabilité ou troubles de l’appétit. Enfin, la bonne qualité de la rythmicité circadienne de sécrétion de la mélatonine pourrait freiner l’apparition de certains cancers. Pour une revue bibliographique des effets et impacts environnementaux et sanitaires de la lumière artificielle, nous renvoyons le lecteur aux trois références suivantes : Challéat S., 2010, « Sauver la Nuit »– Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, thèse de doctorat de géographie, soutenue le 13 octobre 2010 à l’Université de Bourgogne, sous la direction de Larceneux | Narisada K. et Schreuder D., 2004, Light Pollution Handbook, Astrophysics and Space Science Library, Berlin/New-York/London, Springer | Rich C. et Longcore T. (sous la dir. de), 2006, Ecological Consequences of Artificial Night Lighting, Washington, Island Press. []
  18. Ferret S., 2011, Deepwater Horizon – Ethique de la nature et philosophie de la crise écologique, Paris, Le Seuil, L’ordre philosophique. []
  19. Galinier J., Monod Becquelin A., Bordin G., Fontaine L., Fourmaux F., Roulet Ponce J., Salzarulo P., Simonnot P., Therrien M. et Zilli I., 2010, « Anthropology of the Night – Cross-Disciplinary Investigations », Current Anthropology, vol. 51, n° 6, p. 819-847. []
  20. Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, La couleur des idées. []
  21. Challéat S. et Lapostolle D., 2013 (soumis), « La préservation de l’environnement nocturne : les enjeux d’une controverse sociotechnique », article soumis à la revue Natures, Sciences, Sociétés. []
  22. Idem. []
  23. Idem. []
  24. Challéat S. et Larceneux A., 2012 (soumis), « Le rôle de la cognition dans la construction des problèmes environnementaux », article soumis à la revue Développement durable & territoires. []
  25. Challéat S. et Larceneux A., 2011, « Pour une approche cognitive et multiscalaire des conflits environnementaux », 48e colloque de l’ASRDLF, 7-9 juillet 2011, Schœlcher, Martinique. []
  26. Challéat S. et Lapostolle D., 2013 (soumis), « La préservation de l’environnement nocturne : les enjeux d’une controverse sociotechnique », article soumis à la revue Natures, Sciences, Sociétés. []
  27. Katz E., 1990, « The Big Lie : Human Restoration of Nature », Conférence prononcée en juin 1990 lors d’un colloque consacré à la « Philosophie morale dans le domaine public » à l’Université de Columbia. Publié en 1992 dans Research in Philosophy and Technology, vol. 12, p. 231-241. Traduction autorisée par les éditions Elsevier dans Afeissa H.-S., 2007, Ethique de l’environnement, Nature, valeur, respect, Vrin, Paris, p. 349-371. []
  28. Larceneux A., 2005, « Les conflits d’interprétation dans les approches environnementales : propositions pour un dépassement », Actes des Premières journées scientifiques de l’économie de l’environnement : les stratégies des acteurs, Alger, 1er et 2 octobre 2005, p. 219-247. []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *