Parcours et travaux de recherche

Crédit photographique : Johann Michalczak

Mon cursus universitaire

Après un baccalauréat scientifique en 2000, je me suis dirigé vers la géographie, par attrait pour l’ouverture de cette discipline. L’Université de Bourgogne proposait en cela une formation alliant très fortement géographie physique et géographie humaine. Très tôt, les questions environnementales et la géographie physique ont guidées mon orientation et j’ai choisi de me diriger vers la recherche au Centre de Recherche de Climatologie, à Dijon. J’ai ainsi effectué un premier Master 2 Recherche en climatologie tropicale. Mais mon besoin d’être aux prises avec les réalités territoriales m’a amené à effectuer, au sein de l’UMR CNRS ThéMA à Dijon, un second Master 2 Recherche puis une thèse de Doctorat sur une thématique novatrice : l’émergence de la pollution lumineuse et les mutations liées dans la fabrique – technique et politique – et la gouvernance de l’éclairage urbain.

Mes recherches doctorales

J’ai pu, entre 2006 et 2010 et à la suite d’un second Master 2 Recherche en Géographie Aménagement (Première approche géographique de la pollution lumineuse, sous la direction d’André Larceneux, Professeur, UMR ThéMA Dijon), effectuer mes travaux doctoraux au sein du laboratoire ThéMA, sous la direction d’André Larceneux. Ce travail de Doctorat, effectué sous financement ministériel et intitulé “Sauver la nuit”. Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, m’a permis d’ouvrir une porte sur un champ de recherches encore jeune1 : les mutations dans la fabrique – technique et politique – et la gouvernance d’un éclairage urbain confronté à de nouvelles préoccupations environnementales (émergence de la pollution lumineuse, mouvements de protection du ciel étoilé et de l’environnement nocturne en liens avec les recherches d’économies d’énergies, les mutations des systèmes de production et distribution d’électricité et les innovations technologiques en éclairage public). Les paragraphes qui suivent exposent brièvement les principales étapes réflexives et les principaux résultats de mes recherches doctorales.

Une lumière symbolique face à une nuit ambivalente

La lumière étant l’antithèse du noir et de la nuit, elle porte en elle les valeurs du bien, de la foi, de la vérité ou encore du savoir. Ces différentes valeurs sont immédiatement projetées dans l’éclairage artificiel lorsque celui-ci fait son apparition dans la ville et le projet lumière, synonyme de progrès, revêt alors une adhésion quasi unanime. L’essor de la lumière artificielle se fait ainsi graduellement, suivant les différentes pensées et pratiques urbaines et servant l’image d’une modernité toujours renouvelée. Elle doit ainsi aider au fondement de l’ordre étatique sur la rue, puis accompagner l’hygiénisme haussmannien et la nouvelle pensée fonctionnelle, avant de permettre la circulation confortable et rapide dans la ville automobile ainsi que la “surveillance naturelle” des espaces dans le cadre de politiques de prévention situationnelle. Dans les années 1980 naissent de nouveaux enjeux, qui imposeront de ne plus parler d’éclairage public mais de “lumière urbaine” : celle-ci doit désormais recomposer les espaces, mettre en valeur le patrimoine bâti et donc promouvoir l’image de marque de la ville. Commence alors une course effrénée à la mise en lumière, à l’aide de documents d’urbanisme planificateurs : chartes lumière, plans lumière et Schémas Directeurs d’Aménagement Lumière s’accumulent dans les grandes villes puis, à la fin des années 1990, atteignent les clochers et places des villages les plus isolés. Aujourd’hui, certaines voix s’élèvent au sein même de la profession de concepteur lumière : la mise en lumière a besoin, pour être esthétique et ne pas participer d’une “touristisation” à outrance, d’une part d’ombre.

La mise en controverse sociotechnique de l’éclairage urbain

Si en termes de commodité, de sécurisation, d’esthétique et d’économie urbaines, les apports de la lumière artificielle sont indéniables, une diversité d’impacts négatifs sont mis en avant à partir des années 1970 dans des champs multiples, de l’astronomie à la santé en passant par l’écologie ou l’économie. Une pluralité d’acteurs, aux compétences et légitimités diverses (astronomes amateurs, médecins, écologues), questionne le bien-fondé de la lumière urbaine. Cette mise en controverse de l’éclairage artificiel l’ouvre aux questions environnementales et sanitaires. Elle structure et oppose schématiquement deux camps. D’un côté, les “environnementalistes” défendent une approche globale de la nuit naturelle. Pour eux, la lumière artificielle est une pollution qui non seulement altère l’accessibilité visuelle au ciel étoilé, mais frappe aussi négativement les espèces vivantes en faisant disparaître la nuit noire, comprise comme ressource. De l’autre côté, les “technicistes”, partisans d’une approche segmentée, qualifient de nuisances les problèmes soulevés par la lumière artificielle. Il n’en reste pas moins que la lumière urbaine est désormais appréhendée en termes de nuisance, voire de pollution, au même titre que les polluants de l’air ou des eaux. Cette requalification environnementale s’accommode du glissement d’une conception fonctionnaliste vers une approche sociotechnique de l’éclairage urbain. Une nouvelle catégorie de l’action environnementale émerge : l’environnement nocturne. Les propositions faites par la sphère environnementaliste pour réduire les effets et impacts négatifs de l’éclairage artificiel nocturne sur l’environnement sont essentiellement de deux types, qui suivent les deux grands schémas des politiques de protection de l’environnement. Une protection spécifique et localisée est ainsi portée, à l’instar des “réserves internationales de ciel étoilé”, afin de sauvegarder la qualité du ciel nocturne autour de quelques sites emblématiques ou encore relativement épargnés (observatoires, zones de montagnes, déserts). Mais à cette option, d’autres préfèrent l’approche par une réduction globales des niveaux d’éclairement dans tous les espaces, afin d’aboutir à une protection générique – qui ne soit pas focalisée sur le seul ciel étoilé – qui irait de paire avec les notions englobantes de biodiversité et d’environnement nocturnes et prendrait soin de réduire les inégalités environnementales.

La mise à l’agenda politique de la pollution lumineuse

Depuis le milieu des années 2000, les positions des élus sur la question de l’éclairage urbain et de ses effets négatifs évoluent. À l’échelle locale, les acteurs nodaux que sont les syndicats intercommunaux d’énergies et les services techniques trouvent dans les propositions des associations des solutions leur permettant d’évoluer vers une efficience énergétique désormais nécessaire. On observe ainsi de plus en plus de rapprochements entre les gestionnaires de compétence et la sphère environnementaliste, rapprochements pouvant déboucher sur des négociations, voire même sur des projets de gestion concertée de l’éclairage public. En 2007, les associations de défense de l’environnement nocturne arrivent à porter la pollution lumineuse jusque sur la table des négociations du Grenelle de l’environnement. La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, dite “loi Grenelle II”, intègre dans le droit positif français une première forme de prise en considération de la pollution lumineuse. Fin août 2010, le MEEDDM ouvre à la consultation publique le projet de décret relatif à la prévention et à la limitation des nuisances lumineuses dont il est fait mention dans cette loi. Au moment où je termine mes travaux doctoraux (septembre 2010), ce projet de décret est encore très vague. Néanmoins, la direction qui pouvait d’ores et déjà être entrevue était la création de différents zonages avec, dans chacun d’eux, des exigences plus ou moins fortes pour limiter la pollution lumineuse. Ainsi des zones naturelles : zones naturelles ou forestières définies par le code de l’urbanisme, parcs nationaux, réserves naturelles, parcs naturels régionaux, parcs naturels marins, sites classés et sites inscrits, sites Natura 2000, ou encore quelques sites d’observation astronomique. Viennent ensuite les zones agricoles et, enfin, les zones urbaines ou à urbaniser, dans lesquelles les exigences en termes de protection de l’environnement nocturne seraient les plus faibles.

De nouveaux outils pour la protection de l’environnement nocturne

Cette réponse par le zonage tient d’une dissémination spatiale de la controverse, et passe à côté des enjeux de protection de “la biodiversité normale” et des enjeux sanitaires de l’éclairage urbain : elle apparaît comme une réponse régulatrice partielle et segmentée à un problème complexe, de par l’imbrication de ses dimensions sociales, scientifiques et spatiales. Aussi, face à cette logique de zonage, je soutiens dans ma thèse une approche par l’intégration des temporalités et des territorialités nocturnes, ainsi qu’une conception réticulaire de la territorialisation de l’environnement nocturne. Je souligne par la nécessité, pour le droit, de s’ouvrir plus largement à la considération de l’environnement nocturne comme fondement de la biodiversité et de la qualité (éco-)paysagère des espaces, sans restriction. La dimension de protection d’une nouvelle catégorie paysagère transcrite depuis août 2016 dans le Code de l’environnement, les “paysages nocturnes”, était ainsi proposée dans mes travaux doctoraux comme une réponse plus globale permettant à l’environnement nocturne d’entrer dans le champ des lois et outils de protection des paysages. J’ai également posé les fondements idéels d’une “trame noire”, dimension nocturne de la Trame Verte et Bleue alors naissante. Aujourd’hui, ce nouvel outil de territorialisation de l’environnement nocturne investi quelques territoires pionniers, qu’ils soient ruraux ou urbains. Ainsi, six ans après la soutenance de mes travaux doctoraux en octobre 2010, je travaille actuellement à la caractérisation de cette Trame noire dans le Parc national des Pyrénées, le PNR des Pyrénées ariégeoises, le PNR des Baronnies provençales ou encore dans la ville de Lille.

Ouverture et diversification des thèmes de recherche

Ma participation à des programmes interdisciplinaires

Suite à mes travaux doctoraux, j’ai intégré début 2011 le groupe de recherche pluridisciplinaire en Anthropologie de la nuit2 (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, Paris Ouest-La Défense) composé d’anthropologues mais également d’ethnologues, d’économistes, d’historiens ou encore de médecins spécialistes du sommeil et des risques sanitaires liés à la dégradation de la nuit par la lumière artificielle. L’organisation d’un colloque international à Mexico en octobre 2012 – dont les actes viennent de paraître aux éditions CEMCA-CNRS3 – est venue clore une première phase de recherches. Une seconde phase a abouti fin 2015 avec l’organisation d’un colloque pluridisciplinaire à Paris au mois de décembre (colloque “La nuit se lève”). Il s’agissait ici d’ouvrir notre réseau à d’autres chercheurs de sciences sociales travaillant sur la nuit, thématique qui semble suisciter un intérêt renouvelé dans plusieurs champs disciplinaires des SHS. Pour l’organisation de ce colloque et grâce au Collectif RENOIR, nous avons pu solliciter avec succès un financement de l’Université Paris Lumières, grâce à un partenariat entre Paris 8 (LADYSS) et Paris 10 (LESC-MAE).

Parallèlement, je me suis ouvert à d’autres thématiques en participant comme Ingénieur d’Étude et Ingénieur de Recherche (2011 & 2012) à différents programmes sur les conflits (ANR COVER4), les questions de participation et d’action publique territoriale en matières environnementale et stratégique (CDE SEMIPAR5), ou encore les mobilités intra-urbaines (ANR MIRO26). J’ai poursuivi mes travaux sur la thématique générique des relations entre ville et environnement à l’occasion d’un premier post-Doctorat, au sein de l’UMR LISST-Cieu à l’Université de Toulouse 2, dans le cadre de l’ANR EUREQUA7. C’est grâce à mon cursus interdisciplinaire (géographie, climatologie, aménagement, diffusion scientifique grand public en astronomie) que j’ai pu être sélectionné pour ce poste. Ce programme de grande ampleur m’a amené à mettre en œuvre, tant dans les méthodes que dans les outils du programme, une interdisciplinarité forte entre sciences sociales et sciences expérimentales et pour l’ingénieur. Le programme EUREQUA questionnait les enjeux de la requalification environnementale du cadre de vie urbain à l’échelle des quartiers. Ses objectifs scientifiques étaient : i) mieux comprendre – notamment en les modélisant – les interférences entre différents paramètres de l’environnement physique, en lien avec les pratiques des habitants-usagers ; la caractérisation physique des quartiers se concentrait sur le microclimat, le bruit et la qualité de l’air. ii) Interroger la dimension subjective de la qualité environnementale, fondée sur des perceptions individuées et des représentations et convoquant plus largement les ambiances et d’autres dimensions sociales et politiques de la relation au lieu de vie. iii) Faire converger les résultats de la recherche interdisciplinaire pour élaborer un dispositif d’aide à la décision destiné aux acteurs territoriaux responsables de l’amélioration du cadre de vie. Pour remplir ces objectifs, EUREQUA s’appuyait sur une équipe pluridisciplinaire associant géographes, sociologues, physiciens de l’atmosphère, acousticiens et architectes, en collaboration avec des responsables du cadre de vie urbain.

La création d’un collectif de recherche sur l’environnement nocturne

En 2013, mon arrivée en région Midi-Pyrénées dans le cadre de l’ANR EUREQUA a été l’occasion d’initier une expérience de recherche collective particulièrement dynamique autour de l’objet “nuit”. C’est à partir d’une actualité forte dans les territoires pyrénéens (labellisation de la première “Réserve Internationale de Ciel Étoilé” autour du Pic du Midi de Bigorre) que j’ai fondé, en septembre 2013 et avec mon collègue géographe Rémi Bénos, le Collectif RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires). Nous avons ainsi regroupé cinq, puis sept et désormais huit collègues – issus de différentes disciplines et de divers horizons8 – autour de questions liées à la pollution lumineuse et à la protection de l’environnement nocturne. J’anime et coordonne ce collectif et me suis d’ores et déjà attelé au montage de projets et demandes de financements, ainsi qu’à l’animation de réseaux scientifiques. Le Collectif RENOIR est particulièrement actif, ce qui se traduit dans des programmes financés (détaillés infra), des publications (voir la liste exhaustive de mes publications), mais également dans son identification nationale et européenne.

Vers l’internationalisation de mes travaux

En mars 2014, j’ai officiellement rejoint le réseau européen LoNNe (Loss of the Night Network), impulsé par une action COST (European COoperation in Science and Technology) sous financement européen. Ce réseau pluridisciplinaire de chercheurs d’horizons différents (16 pays de l’Union Européenne) vise à améliorer la connaissance des effets de l’augmentation de l’éclairage artificiel dans le monde et à impulser des innovations technologiques et politiques, jugées nécessaires pour traiter les impacts de l’éclairage artificiel sur l’environnement naturel, la biodiversité, les écosystèmes, la santé humaine et les sociétés. Partant du constat que le potentiel actuel de mise en réseau pour améliorer la circulation des savoirs entres les différents champs scientifiques, les pouvoirs publics et l’industrie est limité, le réseau LoNNe ambitionne une coopération de ces acteurs afin de fertiliser les compétences et les connaissances. Cette action COST est ouverte à de nombreuses disciplines (physique, biologie, médecine, ingénierie, aménagement urbain, géographie, économie, psychologie sociale, etc.), avec pour objectif explicite d’influencer la trajectoire de développement des technologies de l’éclairage, en créant des lignes directrices pour un éclairage urbain écologiquement, socialement et économiquement durable. Avec ce groupe de recherche, nous organisons chaque année le colloque international ALAN (Artificial Light at Night), dont la quatrième édition s’est tenue du 26 au 28 septembre 2016 à Cluj-Napoca, en Roumanie.

Mon insertion dans les territoires de projets

La forte dynamique de territorialisation de l’environnement nocturne m’amène aujourd’hui à être investi de plusieurs mandats. J’ai ainsi participé à une Mission d’information de l’Assemblée nationale sur les nuisances aéroportuaires (volet nuisances et pollutions lumineuses) en 2015. J’ai rejoint début 2016, en tant qu’expert environnement nocturne, le programme de recherche Tramenoire, porté par mes collègues géographes de l’Université de Lille 1 Christelle Hinnewinckel et Magalie Franchomme (EA TVES) et qui vise à développer la trame noire de l’agglomération lilloise. Je suis par ailleurs, depuis début 2016, membre du Comité technique de la Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) du Pic du Midi, première expérience territoriale de ce type en Europe continentale et deuxième plus grande RICE au monde. Je suis également membre du Comité technique du projet “Parc de ciel étoilé” du Parc national des Cévennes (dépôt de la candidature à ce label prévu en octobre 2017) et membre du Comité technique du programme ADAP’TER (Adaptation des territoires, volet caractérisation de la Trame noire) du Parc national des Pyrénées et du PNR des Pyrénées ariégeoises. Je suis par ailleurs membre du réseau Paysages, Territoires, Transitions du MEDDE suite à une réponse à l’Appel à manifestation d’intérêt de 2016. Enfin, j’ai été nommé fin 2016 au Conseil scientifique, éthique et prospectif du jeune PNR des Baronnies provençales, et ce pour un mandat de cinq ans au titre de mon expertise sur les questions d’environnement nocturne, de Trame noire, de paysages nocturnes et de développement territorial de la “filière nuit”.

Le Collectif RENOIR : fonctionnement et activités

Une expérience de recherche collective et dynamique

Je suis fortement engagé depuis 2013 dans une expérience collective de recherche particulièrement dynamique autour de mon objet de recherche en construction : l’environnement nocturne. C’est à partir d’observations empiriques en zones de montagne et d’une rencontre scientifique avec mon collègue Rémi Bénos (MCF en Géographie et Aménagement, INU Champollion d’Albi, UMR GÉODE) que nous avons fondé en septembre 2013 un collectif de recherche que je coordonne : le Collectif RENOIR (Ressources Environnementales Nocturnes territOIRes). À ses début, ce collectif de recherche se composait de cinq membres, pour la plupart issus de la Géographie et de l’Amanégement et ayant une appétence particulière pour les questions environnementales (gestion des espaces naturels protégés, politiques de protection de l’environnement). Ainsi, outre Rémi Bénos et moi-même, RENOIR réunissait Thomas Poméon (chercheur à l’INRA Toulouse, Observatoire du développement rural), Johan Milian (MCF en Géographie et Aménagement, Université de Paris 8, UMR LADYSS) et Dany Lapostolle (MCF en Aménagement et docteur en Science politique, Université de Bourgogne, UMR ThéMA). En 2014, le Collectif RENOIR s’est enrichi de deux nouveaux membres : Pierre-Olivier Dupuy (MCF en Sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse 3, EA LERASS) et Frédérique Girard (MCF en Psychologie sociale et environnementale, Université de Toulouse 3, EA LERASS). Enfin, après sa soutenance de thèse de Doctorat de Géographie en juillet 2016, Nicolas Bourgeois (Université de Pau et des Pays de l’Adour, UMR PASSAGES et aujourd’hui chargé de site Réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi) a souhaité intégrer le Collectif RENOIR afin d’enrichir la RICE du Pic du Midi d’une dimension de recherche nationale et internationale en sciences du territoire et de l’environnement. Par son intermédiaire et en tant que coordinateur du Collectif RENOIR, j’ai ainsi intégré en 2016 le Comité technique de la RICE du Pic du Midi. Nous traduisons cette dynamique collective dans des programmes de recherche à différentes échelles (financements locaux type MSH, financement régional, dépôts de projets ANR lors des campagnes 2015 et 2017), ainsi que dans des publications communes et dans l’organisation d’événements scientifiques en déclinant les questions travaillées.

Les questions travaillées par le Collectif RENOIR

Le Collectif RENOIR s’intéresse aux processus de territorialisation de l’environnement nocturne et aux signaux faibles – mais croissants – de la considérabilité de la place de la nuit et de l’obscurité dans les territoires de projets et les mobilisations collectives. Comme l’ont montré mes travaux doctoraux, l’éclairage urbain est aujourd’hui requalifié en problème environnemental et sa gestion est posée de façon renouvelée dans les territoires depuis la fin des années 2000, en France comme dans de nombreux autres pays occidentaux. Le référentiel d’action de l’éclairage urbain s’est donc déplacé, depuis “l’éclairer plus” jusqu’à “l’éclairer juste” qui, du point de vue environnemental, correspond souvent à un “éclairer moins”. Cette requalification, bien qu’étroitement liée au paradigme de la transition énergétique, dépasse aujourd’hui les seuls enjeux énergétiques et financiers, pour rejoindre des dimensions liées à la qualité de l’environnement nocturne, aux services écosystémiques liés à la nuit, et à la protection de phénomènes directement liés à l’obscurité et souvent pris dans des processus de mise en ressource : paysages, objets et phénomènes célestes (ciel étoilé, Voie Lactée, aurores boréales, lumière zodiacale, etc.) ou encore bruits de la faune nocturne. Certains territoires de faible densité trouvent dans la protection de ces ressources l’opportunité de leur mise en tourisme. Ainsi, différents processus de labellisation et de promotion de “l’éclairer moins” sont aujourd’hui à l’œuvre dans les territoires, à différentes échelles. Ce sont ces processus que nous observons et analysons, en les reliant à des questionnements plus larges : considération des territorialités nocturnes dans la fabrique technique et politique de l’éclairage urbain, controverses sociotechniques et environnementales, place de la biodiversité et de l’environnement dans les référentiels d’aménagement, politiques de territorialisation de la transition énergétique, processus de patrimonialisation de la nature, rapports Hommes-milieux, réflexions sur les capabilités et l’agir environnemental ou encore questionnement de la notion d’Anthropocène. Du point de vue méthodologique, le Collectif RENOIR, en articulant plusieurs disciplines, théories et méthodologies des sciences humaines et sociales, se positionne dans une démarche pluridisciplinaire de proximité, justifée par la pluralité et la complexité des processus à l’œuvre dans cette chaîne qui court de la construction d’une controverse puis son déconfinement, jusqu’à la genèse de nouveaux espaces d’action collective.

Les programmes du Collectif RENOIR

Sans rentrer dans les détails de chacun des programmes de recherche du Collectif RENOIR (voir à cet effet le tableau 1), je souhaite néanmoins porter la focale sur les deux programmes actuellement en cours et auxquels je participe de très près. L’un en tant que membre ayant participé de près au montage (PEPS CNRS-InEE LAPANTE, 12 mois, 2016), l’autre en tant que post-doctorant du programme (SHS Région Occitanie & UT2J RENOIR, 24 mois, du 1er septembre 2015 au 31 août 2017).

Le Projet exploratoire premier soutien LAPANTE, sous la direction de Rémi Bénos, s’inscrit dans le cadre de l’Année du Paysage du CNRS-INEE. Nous partons du constat que de plus en plus de communes s’engagent dans des politiques de réduction voire d’extinction de l’éclairage public. Cette dynamique s’articule autour de trois enjeux : économie d’énergie, protection de la biodiversité nocturne, et sécurité des biens et des personnes. À l’aide de la notion médiatrice de “paysage nocturne”, le projet LAPANTE entend : i) Mettre en place un dispositif de recherche-action expérimental qui rassemble scientifiques, acteurs publics et habitants afin d’accompagner la prise de décision publique dans une perspective d’extinction de l’éclairage public. ii) Appréhender les articulations entre enjeux écologiques (biodiversité), économiques (réductions de la consommation, investissement dans de nouveaux systèmes d’éclairages performants) et sociaux (santé, sociabilité et surtout sécurité). iii) Qualifier le double changement paysager : celui de nouvelles relations (sensible, ambiance) et reconsidérations de la ressource paysagère, et celui territorial à partir des limites, zones d’influences et des interactions aux niveaux des interfaces. Les membres de ce programme sont : Bénos R. (UMR GÉODE), Challéat S. (UMR LISST-DR), Béringuier P. (UMR GÉODE), Dessailly B. (UMR GÉODE), Puel J.-B. (UMR IRIT), Lapostolle D. (UMR ThéMA), Milian J. (UMR LADYSS) & Girard F. (EA LERASS).

Le programme Transdisciplinaire SHS RENOIR, cofinancé pour une durée de 24 mois par la Région Occitanie et l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès, vise à étudier les processus de territorialisation de l’environnement nocturne dans les territoires midi-pyrénéens, pionniers en la matière. Nous opérons cette analyse par le prisme de la mise en ressource territoriale, de la mise en tourisme et des différentes formes d’innovations (technologiques, spatiales et territoriales, organisationnelles, etc.) afférentes à cette nouvelle préoccupation environnementale. Ce programme de recherche de 24 mois associe donc très fortement des chercheurs et des acteurs territoriaux, qu’ils soient publics ou privés. Les partenaires du projet sont ainsi : les membres du Collectif RENOIR, la Régie du Pic du Midi (Réserve Internationale de Ciel Étoilé du Pic du Midi de Bigorre), le Syndicat Départemental d’Énergie des Hautes-Pyrénées, la Communauté de Communes du Pays Toy, le Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves, PGI France (stations de Gavarnie Hautacam), ainsi que le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (Commissariat à l’aménagement, à la protection et au développement des Pyrénées).

programmes

Tableau 1. Les programmes de recherches du Collectif RENOIR, fondé en 2013. Je n’ai pas fait figurer dans ce tableau l’ANR JCJC RENOIR dont je dirigeais le projet déposé et pré-sélectionné lors de la campagne 2015. Ce projet n’a pas passé la seconde étape de sélection mais nous souhaitons le retravailler et renouveler son dépôt lors de l’AAP 2018.

 

Notre positionnement à l’interface ente recherche, action et formation

Le Collectif RENOIR s’est historiquement construit dans le champ de la Géographie de l’environnement et de l’Aménagement des espaces de protection de l’environnement. Nous mobilisons donc fortement les territoires dans nos recherche, mais il arrive également que la réciproque soit vérifiée et que ces territoires fassent appel à nous dans le cadre de projets d’action. Notre positionnement, à l’interface entre recherche et action, nous permet de déployer une méthodologie d’observation-participante dans la fabrique des “territoires de l’environnement nocturne”, posture qui permet d’alimenter nos travaux mais offre également aux territoires un regard réflexif sur leurs actions. Mes différents mandats au sein de programmes et territoires d’action garantissent la mise en dialogue de nos travaux avec les acteurs territoriaux. Ce positionnement m’a également permis de construire des liens professionnels forts avec plusieurs acteurs nodaux : élus, ingénieurs territoriaux de Parcs nationaux, de PNR, de territoires de protection du ciel étoilé et de l’environnement nocturne, bureaux d’études spécialisés, écologues ou encore médecins chronobiologistes. Ce positionnement entre recherche et action permet également d’offrir à des étudiants de Masters des opportunités de stages sur cette thématique d’actualité. Je dirige et accompagne ainsi deux étudiants dans leur projet professionnel. Claire Péré, étudiante en Master Design à Toulouse, travaille en partenariat avec la RICE du Pic du Midi et le PNR des Causses du Quercy sur la conception d’installations grand public permettant l’activation de la posture contemplative de la nuit. Pierre Dilhan, étudiant en Master Développement des Territoires Ruraux (Foix, site délocalisé de l’Université de Toulouse 2), a effectué en 2016 un stage de 5 mois au sein du Parc national des Cévennes, menant un travail de recherche-action intitulé Intégrer la Trame noire dans la charte d’un Parc national ? Possibilités, atouts et intérêts pour le Parc national des Cévennes, dans le cadre d’un projet de territoire labellisé “Parc de Ciel Étoilé” par l’International Dark-sky Association.

Un attachement à la diffusion scientifique

L’animation de la vie de laboratoire

Durant mon parcours, j’ai pu à plusieurs reprises participer à l’animation de la vie de laboratoire. J’ai par exemple pris en charge l’organisation, en 2014, de la journée d’étude Nuit(s) & Territoire(s) : pratiques nocturnes, sciences sociales diurnes ? à l’Université de Toulouse 2 (recherche de financements, élaboration du programme, contact avec les intervenants, communication). Je participe par ailleurs très régulièrement aux séminaires de l’UMR LISST, mais également à des séminaires d’autres laboratoires ou dispositifs de recherche (mes dernières interventions en séminaires se sont ainsi déroulées au sein de l’UMR ESO de Rennes, et à l’Observatoire des sciences de l’Univers de Rennes, en décembre 2016). Lorsque j’étais membre de l’UMR ThéMA j’ai, durant deux années, été responsable de l’organisation du cycle de séminaires de l’antenne dijonnaise du laboratoire (élaboration du programme, contacts avec les intervenants, communication). Enfin mes compétences en photographie, infographie et édition sont régulièrement mobilisées pour l’animation et la communication (interne et externe) de laboratoire. J’ai ainsi pu effectuer plusieurs reportages photographiques sur des colloques et je réalise régulièrement des posters ou supports de communication.

Sortir de l’Université

Mon passé d’animateur scientifique en milieu scolaire et associatif m’amène à porter une attention toute particulière à ne pas exercer une science confinée. Traduire et transmettre mes activités de recherche à destination des élus, des associations et du grand public, et ce à travers des conférences, des cafés-géo, des interventions dans la presse ou encore la participation à des expositions scientifiques, a toujours été d’importance pour moi. J’ai également pu intervenir sur mes travaux lors d’émissions radiophoniques nationales (Cultures Monde à France Culture, Babylone à la Radio Télévision Suisses Romande), ou encore les exposer dans des articles de presse nationale à destination du grand public (Ciel & Espace, Pour la Science, Le Monde des Ados, etc.). De par ma pratique de la photographie, j’ai par ailleurs porté plusieurs projets d’expositions ou de missions photographiques en rétroactions avec mes travaux de recherche.

  1. Très peu d’équipes de recherche travaillent les questions socio-géographiques et socio-écosystémiques liées à la territorialisation de l’environnement nocturne, qu’elle soit appréhendée par ses causes ou par ses conséquences. En Europe, les travaux développés depuis 2012 par ma collègue Josiane Meier – Aménagement, Université technique de Berlin – au sein du réseau LoNNe sont une exception notable. En France, mes travaux doctoraux ont participé à poser les fondements de cette autre approche de la nuit par les sciences sociales, et plus particulièrement par la géographie. Dans cette discipline, il faut attendre juillet 2016 pour qu’une deuxième thèse de doctorat soit soutenue sur la problématique des pollutions lumineuses et de leur traitement dans les territoires, par Nicolas Bourgeois (aujourd’hui membre du Collectif RENOIR, seule démarche collective de recherche qui opère cette jonction entre l’approche de la nuit par les sciences sociales et les travaux des sciences du vivant sur les effets et impacts négatifs de l’éclairage urbain). []
  2. Groupe de recherche Les Nocturnes, coordonné par Monod Becquelin A. (CNRS) & Galinier J. (CNRS). Site web : http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/spip.php?rubrique43. []
  3. Les actes du colloque Las cosas de la noche sont disponibles en Open Edition Book à l’adresse : http:// books.openedition.org/cemca/4229, ou en téléchargement intégral directement à l’adresse : https://f.hypotheses. org/wp-content/blogs.dir/1832/files/2016/12/Télécharger-volume-complet-Las-cosas-de-la-noche.pdf. []
  4. COnflits d’usage et de Voisinage dans les Espaces Ruraux et périurbains (quand les conflits durent…), ANR Agriculture et Développement Durable, coordonné par Torre A. (INRA). Voir : http://www.agence-nationale-recherche. fr/?Projet=ANR-06-PADD-0006. []
  5. SEcret MIlitaire et PARticipation en matière nucléaire, programme Concertation, Décision, Environnement, coordonné par Billet P. (Université de Lyon 3). Voir le rapport du programme : http://isidoredd.documentation. developpement-durable.gouv.fr/documents/Temis/0081/Temis-0081122/21695_rapport.pdf. []
  6. Modélisation Intra-urbaine des Rythmes quOtidiens : accroître l’accessibilité à la ville pour maîtriser la mobilité urbaine, ANR Ville Durable, coordonné par Banos A. (CNRS). Voir : http://www.agence-nationale-recherche.fr/ ?Projet=ANR-08-VILL-0004. []
  7. Évaluation mUltidisciplinaire & Requalification Environnementale des QUArtiers, ANR Bâtiments et Villes Durables, coordonné par Haoues-Jouve S. (Université de Toulouse 2). http://www.agence-nationale-recherche.fr/ ?Projet=ANR-11-VILD-0006. []
  8. Le collectif RENOIR, dont j’assure la coordination depuis ses débuts en 2013, rassemble 8 chercheurs et enseignants-chercheurs issus de disciplines et d’horizons différents (Toulouse, Pau, Dijon, Paris). Il travaille sur les controverses autour de l’éclairage public, la protection et la valorisation de l’environnement nocturne dans les territoires de projets. Son actualité peut être suivie sur la plateforme Hypothèses : http://renoir.hypotheses.org (ISSN : 24958581). []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.