L’éclairage urbain, bien plus qu’un système technique

Pour citer cet article : Samuel Challéat (29 mars 2017). L’éclairage urbain, bien plus qu’un système technique. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : https://renoir.hypotheses.org/1815.

Streetlight Fight in Rome: Golden Glow vs. Harsh LED” (“Combat autour de l’éclairage public à Rome : lueur dorée contre lumière crue des LED”), c’est ainsi que The New York Times a intitulé, lundi 27 mars, un article sur la controverse liée à la reconversion de l’éclairage public du centre historique de la capitale italienne (article de Elisabetta Povoledo).

Éclairages LED au premier plan, et lampes au sodium en arrière-plan. Quartier Monti, Rome, 2017. Credit : Gianni Cipriano pour The New York Times.

Tout anecdotique qu’il est, ce débat illustre néanmoins parfaitement les questions soulevées dans notre précédent article, notamment la participations des publics dans les décisions en matière d’éclairage :

Habitants, élus, ingénieurs territoriaux, bureaux d’études, chercheurs issus de multiples disciplines des sciences du vivant et des sciences de la société, etc. : la fabrique de l’éclairage urbain doit être ouverte à toutes les formes d’expertises et porter attention aux différents usages de la nuit […]. C’est l’attention portée à ce que les usagers font de et dans la nuit qui permet l’adaptation locale de la norme d’éclairage, au plus proche des spécificités territoriales et des besoins exprimés.

Quand la conseillère municipale Nathalie Naim déclare “They are assassins of the beauty of Rome, of its history” (“Ils assassinent la beauté de Rome, de son histoire”) elle n’exprime pas moins qu’une volonté d’adaptation de la norme (au-delà du seul sens technique) aux spécificités locales (ici historiques et culturelles), quand dans le même temps d’autres habitants soulignent que “ça n’est pas l’éclairage de Rome qui la rend romantique, mais la façon dont on y vit”. À l’intersection, les arguments de la réduction des coûts budgétaires, énergétiques et environnementaux sont déployés (“more environmentally friendly”). Mais ils ne suffisent pas à occulter les débats sur les dimensions esthétiques et culturelles de l’éclairage. Bref, ni purement techniques, ni purement sociales, ni purement environnementales, les controverses liées à l’éclairage artificiel nocturne des espaces extérieurs nécessitent d’être étudiées suivant le cadre d’analyse des “socio-écosystèmes” (social-ecological systems). Suivant ce cadre, les systèmes de productions, de consommation et de régulation de l’éclairage artificiel doivent figurer au premier plan des analyses, comme le suggère cet extrait de l’article du New York Times :

Residents in some neighborhoods have complained that the cast-iron tops of many old-style lampposts have been changed to look more modern, and that many dome-shaped lamps that hang over city streets have been replaced with drab, rectangular lights. Many wonder why Italy’s culture officials have not intervened. Municipal culture officials in Rome did not return calls for comment, and the national authorities charged with protecting and preserving Italy’s cultural heritage said that urban lighting had never fallen under their mandate. […] Technically, it was out of their jurisdiction, Mr. Del Fra said. But, he added, “in the spirit of collaboration between institutions, the superintendency would work with city officials to try to understand the problems and resolve them.”


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *