Parution de l’ouvrage collectif « La conception lumière. Appréhender le contexte, les enjeux et les acteurs »

 

L’ouvrage collectif (57 auteurs) La conception lumière. Appréhender le contexte, les enjeux et les acteurs, coordonné par l’Association des concepteurs lumière et éclairagistes (ACE), vient de paraître aux éditions du Moniteur. Préfacé par le journaliste et critique d’architecture François Chaslin, cet ouvrage de 464 pages présente le domaine de la conception lumière. L’ACE dresse un état de l’art, en exposant les « bonnes pratiques » (concertation, co-conception, retours d’expérience, etc.), les étapes-clés du travail du concepteur, ainsi que le cadre réglementaire et professionnel dans lequel il évolue. Illustré par de nombreux projets aux enjeux et dimensions variés, ce guide permet de se familiariser avec les définitions et notions indispensables et de maîtriser les « bonnes pratiques » et référentiels. Cet ouvrage est enrichi d’une dizaine d’études de cas et d’une vingtaine de témoignages de professionnels de tous horizons, dont Samuel Challéat du Collectif RENOIR (« Pollution lumineuse : entre défiance et coopération« , p. 279-284).

 


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *