Offre de stage 2018 : Mise en œuvre d’un protocole chiroptère pour caractériser la trame sombre du Parc national des Pyrénées

Contexte

Dans le cadre de sa charte de territoire, le Parc national des Pyrénées s’est engagé comme partenaire en 2013 dans le projet de Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Cette labélisation internationale reconnaît la qualité du ciel étoilé comme particulièrement exceptionnelle et préservée de pollution lumineuse.

Aux côtés du Syndicat Mixte du Pic du Midi et du Syndicat Départemental de l’Energie des Hautes- Pyrénées, le Parc est devenu co-gestionnaire de cette Réserve Internationale en 2016. Il apporte ses compétences dans le domaine de la biodiversité au projet et notamment il suit les enjeux d’impact de la lumière artificielle sur les espèces nocturnes.

Poursuivant cet objectif, le Parc travaille sur la caractérisation d’une trame sombre à l’échelle de son territoire. Elle est intégrée dans le programme ADAP’TER portant sur l’élaboration de la trame verte et bleue. Une cartographie des zones de pollution lumineuse a déjà été établie. Le Parc et ses partenaires techniques ont sélectionné les chiroptères comme famille « parapluie » à étudier pour définir un seuil de sensibilité à la pollution lumineuse pouvant être généralisée à toutes les espèces.

Or, les données actuelles dont dispose le parc national sur les chiroptères sont partielles et ne permettent pas de conclure de façon fiable sur un seuil de sensibilité de ces espèces à la lumière artificielle. Il est indispensable, pour finaliser l’étude trame sombre, de lancer une étude scientifique spécifique pour aboutir à un jeu de données statistiquement robuste permettant de définir un seuil de sensibilité à la pollution lumineuse dont d’autres territoires pourraient se saisir.

L’objectif final du projet ETOILES (Étude de la Trame Obscure et de l’Impact de la Lumière sur les Espèces Sensibles) est dont d’identifier des points de rupture où la pollution lumineuse perturbe significativement la biodiversité et où des mesures de gestion de l’éclairage pourront être proposées aux communes. Ce protocole est déjà en cours d’élaboration avec le Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées. Il nécessite, dans un premier temps, la pose in situ d’enregistreurs d’ultrasons automatiques adaptés aux chiroptère selon un plan d’échantillonnage aléatoire stratifié visant à étudier l’influence de la pollution lumineuse nocturne sur les chiroptères dans tous les contextes paysages existants à l’échelle du parc national. Dans un second temps, les données recueillies seront analysées. La mise en œuvre de ce protocole est au cœur du présent stage. Afin d’atteindre les objectifs d’effort d’échantillonnage l’étude s’appuiera également sur un réseau de bénévoles pour démultiplier les points d’écoute.

Ce projet est accompagné par plusieurs partenaires du Parc notamment les co-gestionnaires de la RICE du Pic du Midi, l’association Sciences en Bigorre, le Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées et l’Agence française pour la biodiversité/Muséum national d’Histoire Naturelle de Paris (UMS Patrinat).

Objet du stage

  1. Contribuer à la construction du protocole «chiroptère et lumière» en lien avec les partenaires du Parc (notamment le Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées). Une articulation sera à trouver avec le projet de recherche OHM 2018 PYRENEES (Pyrenean nighttime environment social-ecological systems monitoring program, LabEx DRIIHM) porté par l’UMR CNRS GÉODE (sous la dir. de Samuel Challéat, Université de Toulouse 2),
  2. Mettre en œuvre le protocole en assurant la pose des enregistreurs sur le territoire du parc selon des points pré-identifiés et géo-référencés (en lien avec les gardes du parc national) entre mai et août 2018,
  3. Participer à l’animation du réseau de bénévoles mobilisés sur la pose des enregistreurs (sensibilisation et coordination),
  4. Identification des espèces par analyses acoustiques des sons enregistrés
  5. Analyse statistique des résultats,
  6. Présenter les résultats préliminaires en interne et auprès des bénévoles mobilisés,
  7. Préparer une fiche de synthèse de retour d’expériences sur le protocole et les points de vigilance à observer pour le reconduire en 2019.

Profil recherché

Stage de fin d’étude, niveau Bac + 5 minimum

  • Connaissance sur l’écologie et la biologie des chiroptères (une compétence ou une première expérience en identification acoustique serait un atout).
  • Autonomie, esprit de synthèse, capacité de coordination de groupes
  • Maîtrise des logiciels de traitement de texte, de base de données
  • Bonnes compétences en statistiques (Logiciel R)
  • Connaissance des logiciels SIG (MapInfo et/ou Qgis) indispensable.
  • Bonnes aptitudes pour le terrain (orientation, marche, utilisation GPS, cartes…) dans tous types de contextes (et surtout montagnard)

Lieu et durée du stage

Lieu de stage : Parc national des Pyrénées – villa Fould – 2, rue du IV septembre à Tarbes (Hautes- Pyrénées)
Durée : 6 mois – avril à septembre 2018

Encadrement

Madame Eloïse DEUTSCH
Chargée de mission développement durable et transition énergétique Tél : 05.62.54.16.96
E-mail : pnp.deutsch@espaces-naturels.fr

Conditions d’accueil et de gratification

579,60 € de gratification par mois (base de calcul – un mois de vingt-trois jours ouvrables et de présence – 161 heures effectuées dans le mois) et indemnités de déplacements sur la base maximum de dix taux fonction publique par mois complet – nécessité de disposer du permis B et d’un véhicule.

Seuls les candidats en capacité de faire signer une convention de stage par leur structure de formation sont pris en considération.

Conditions de présentation des candidatures

Le candidat devra fournir pour le 08 février 2018 à 17 heures au siège du Parc national des Pyrénées et à l’adresse suivante :

Monsieur le Directeur du Parc National des Pyrénées
Secrétariat général
Villa Fould,
2, rue du IV septembre
65000 TARBES

Une candidature comprend :

  • un curriculum vitae,
  • une lettre de motivation,
  • une présentation de la filière éducative du candidat.

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.