Offres de stages (4 stages) Licence, thématique : pollution lumineuse

Contexte :

La croissance de la population et des voies de communication ainsi que de l’urbanisation à l’échelle mondiale a conduit à une expansion rapide de l’éclairage artificiel nocturne, qui crée une pollution d’origine anthropique appelée « Artificial Light At Night » (ALAN). ALAN est aujourd’hui dénoncée par les scientifiques comme une des perturbations globales majeures des écosystèmes. L’éclairage nocturne est particulièrement spectaculaire lorsque notre planète est observée par les satellites ou les spationautes. ALAN est, d’ailleurs, utilisée comme un indicateur pour estimer la surface urbanisée des pays. Cinzano (2001) a estimé que 2/3 de la population humaine vit dans une zone où la vision du ciel nocturne est impossible. Pour 10 % d’entre nous, la lumière nocturne est telle que nous n’avons plus besoin d’utiliser nos cellules visuelles dédiées à la vision nocturne. En termes de territoire, 37 % de la surface de l’Union Européenne étaient affectées par ALAN en 2001. Ces chiffres ont été récemment réévalués à la hausse (Falchi 2016). L’étendue spatiale du phénomène est encore amplifiée lorsqu’une couverture nuageuse est présente et renvoie la lumière vers le sol. Dans de nombreux pays, l’éclairage urbain est présent toute la nuit même si, ces dernières années, sous la pression écologique, sociétale et surtout économique, les acteurs locaux s’interrogent sur l’intérêt réel d’un éclairage permanent. En 2009, à la suite du Grenelle de l’environnement, une première loi a été votée en France, qui vise à réduire certaines nuisances lumineuses générées par les activités humaines, relayée par la loi Biodiversité de 2016, qui promeut des trames écologiques « noires ». Cependant, ces dispositions restent lettre morte à ce jour et les autorités publiques ont encore du mal à concilier les besoins en éclairage avec le respect de la vie sauvage, la qualité de la vie humaine, le développement durable en matière d’économie d’énergie et l’observation astronomique. Travailler sur les conséquences d’ALAN répond donc à une demande sociétale de plus en plus forte.

Sujets des stages :

  • Stage 1 : répertorier les photographies aériennes prises par les astronautes depuis la station internationale couvrant la zone de la Dombes (nord Est de de la région Lyonnaise) et sélectionner celles permettant d’identifier les structures lumineuses selon un suivi diachronique.
  • Stage 2 : répertorier les images satellitales moyennant les acquisitions nocturnes en pleine lune sur une année et couvrant la zone de la Dombes. Elaborer une rapide bibliographie sur les types de données fournies (traitement, format etc…)
  • Stage 3 : identifier les sources d’informations géographiques actuellement disponibles qui permettraient de cartographier les types d’occupation et usages des sols de la Dombes
  • Stage 4 : identifier et répertorier les données de l’INSEE et socio-économiques afin de pouvoir caractériser spatialement les populations de la Dombes en terme de classes socio- professionnelles et éventuellement de sensibilités environnementales

Lieu : LETG-Angers (CNRS UMR 6554 Littoral, environnement, télédétection, géomatique) boulevard Lavoisier 49000 Angers. Ce travail pourrait éventuellement être réalisé en télétravail appuyé par des séances de brainstorming à planifier sur Angers.

Contact : Aurélie Davranche, aurelie.davranche@univ-angers.fr


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.