Un colloque national au sein de la jeune RICE du Parc national des Cévennes

Les effets de la pollution lumineuse ont longtemps été sous-estimés mais sont aujourd’hui démontrés. Les lumières nocturnes dérèglent la production de mélatonine, une hormone primordiale dans la régulation des rythmes chronobiologiques de l’être humain et perturbent son cycle de repos.

La pollution lumineuse a également des conséquences majeures sur la biodiversité nocturne qui représente 30 % des vertébrés et 60 % des invertébrés à l’échelle mondiale.Ainsi l’éclairage public désoriente la trajectoire de certaines espèces d’oiseaux migrateurs et provoque une hécatombe sur les insectes.

La lutte contre la pollution lumineuse est inscrite dans le « Plan pour la biodiversité » présenté en juillet dernier par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le Parc national des Cévennes est un territoire pilote qui a décidé de valoriser et de protéger sa qualité de ciel exceptionnelle : il est devenu en août dernier la plus grande Réserve internationale de ciel étoilé d’Europe.

Ce colloque a pour ambition d’offrir une approche pluridisciplinaire de l’éclairage public et des enjeux de la lumière artificielle ainsi que la mise en valeur touristique des nuits préservées.

◗ Inscription gratuite au colloque via le site internet de l’AFB
◗ Frais de déplacement et d’hébergement à votre charge
◗ Réservation de chambres possibles à la résidence de vacances municipale “La Pommeraie” au 04 99 54 56 40
◗ Accès par bus au Vigan depuis les gares de Nîmes et Montpellier (respectivement lignes 40 et 108)


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.