Le projet « CEPYMAC » reçoit le soutien financier de la MSHS-Toulouse

logo-MSH

CEPYMAC – Le « ciel étoilé » des Pyrénées et du Massif Central : une nouvelle ressource environnementale pour les territoires de montagne

1. Objectifs généraux

CEPYMAC est un projet de recherche exploratoire reposant sur une intuition : les pollutions et les nuisances lumineuses issues des grandes métropoles rendent l’accès à l’observation du ciel étoilé de plus en plus rare ce qui, en retour, peut constituer une aubaine pour les espaces de faible densité. Le Sud-Ouest de la France nous semble particulièrement propice à l’exploration de ce phénomène, comme en atteste le projet de Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi de Bigorre, ou encore le portage du label « Ville et village étoilé » dans plusieurs Parcs Naturels Régionaux (Quercy, Millevaches en Limousin, Volcans d’Auvergne, Morvan notamment). Les problématiques de la gouvernance territoriale et environnementale induites par la logique de préservation du ciel étoilé sont d’autant plus prégnantes dans le cadre d’une recomposition de l’architecture institutionnelle locale autour du processus de métropolisation de Toulouse, dont la notoriété et le rayonnement industriel sont construit sur le secteur aérospatial.

Appréhender les dynamiques d’acteurs qui opèrent autour du nouveau bien environnemental « ciel étoilé » représente selon nous une piste de recherche originale et stimulante pour les sciences sociales. En effet, considérer la nuit et son ciel étoilé à travers des démarches de labellisations amène à la construction de ressources territoriales spécifiques. Ce processus nous conduit à formuler la question suivante : comment, de ces projets de valorisation du ciel étoilé, émergent de nouvelles ressources dans les territoires de montagne ?

2. Deux terrains exploratoires : la RICE du Pic du Midi de Bigorre et le Massif Central

Depuis 2008, il existe une dynamique autour de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre, dans les Pyrénées, portée par une pluralité d’acteurs locaux : l’Association PIRENE (Pic du Midi Réserve Nuits Étoilées) qui en est à l’origine, le parc national des Pyrénées, les collectivités locales et les EPCI. Des partenaires plus lointains ont également été rapidement associés, notamment les villes intermédiaires de Tarbes et Pau et la métropole régionale toulousaine. La labellisation comme réserve de ciel étoilé par l’International Dark Sky Association (IDA) est imminente. Pour les porteurs de la démarche ce projet apparaît fédérateur car il rejoint une pluralité d’intérêts (économie d’énergie, améliorations des techniques d’éclairage, préservation de la qualité du ciel étoilé, protection des « écosystèmes nocturnes »). La mise en protection du nouveau type de bien environnemental que constitue le ciel étoilé associé au Pic rejoindrait en outre une valorisation touristique du lieu déjà bien ancrée, et qui a grandement contribué dans les années 2000 à la survie du site scientifique, véritable icône pyrénéenne.

Parallèlement à la RICE, dédiée avant tout à une protection géographiquement très ciblée du ciel étoilé, cette protection transparaît également à travers le label « Villes et Villages Étoilés ». Rappelant le modèle intégrateur d’adhésion aux Parcs Naturels Régionaux, cette labellisation davantage parcellisée et dispersée puisque communale, repose sur le volontariat des communes dans un engagement – relativement flou – à « promouvoir la qualité de […] l’environnement nocturne, maîtriser les dépenses d’énergie et les frais de maintenance liés à l’éclairage public, protéger les espèces vivant la nuit […], contenir les émissions de gaz à effet de serre, […] optimiser la lumière pour une meilleure qualité de vie ». On observe un ensemble d’initiatives dans le Massif Central. Le label est notamment mis en place dans des communes membres de PNR parce qu’il existe une convention entre les PNR et l’Association Nationale Pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN) qui promeut cette démarche.

3. Inscription dans les thèmes scientifiques de la MSHS Toulouse

La montagne constitue un laboratoire privilégié des problématiques environnementales à l’échelle mondiale : changement climatique, érosion de la biodiversité et tourisme durable mettent les zones de montagne au devant du débat public. Dans ce contexte, la prise en considération du ciel étoilé et des enjeux de préservation de l’environnement nocturne soulevés par la mise en place de nouveaux outils de protection – la Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi de Bigorre, la labellisation « Villes et Villages Etoilés » – confortent et renouvellent le rôle pionnier que jouent les zones de montagne dans les politiques environnementales.

En s’intéressant à ces problématiques émergentes, le projet CEPYMAC mobilise tout à la fois les dimensions matérielles et idéelles de l’objet « montagne » dans un contexte de faibles densités. Nous appréhendons la protection du ciel étoilé comme nouvelle ressource territoriale reposant sur une spécificité de la montagne, espace conçu comme abritant un environnement « préservé », « naturel » voire même « sauvage », et donc conforme à l’idée de « qualité ». Le projet CEPYMAC vient ainsi enrichir les thématiques développées par l’axe « Montagnes, dynamiques socio-environnementales » de la MSHS-Toulouse en travaillant sur les zones de montagne du Sud-Ouest (Massif Central et Pyrénées) et sur une thématique novatrice et d’une actualité forte.

4. Les chercheurs impliqués dans le projet CEPYMAC

Rémi Bénos (Dynamiques Rurales, Toulouse, portage du projet) | Samuel Challéat (Toulouse) | Dany Lapostolle (ThéMA, Dijon) | Johan Milian (Ladyss, Paris) | Thomas Poméon (INRA, Toulouse) | Sébastien Rayssac (CERTOP, Toulouse)


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *