Des mots de nuit

Pour citer ce billet : CHALLEAT S., « Des mots de nuit », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 12 novembre 2013. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/270 (consulté le…)

« C’est ma frangine en noir, celle que j’appelle ‘bonsoir’ »

La nuit est omniprésente tout au long de l’histoire de la poésie. Pour les poètes proches de nous, c’est souvent la nuit urbanisée qui s’impose, avec ses travers et déviances, ses bistrots, ses passants et ses habitants vaquant à leurs occupations. C’est ainsi que Léo Ferré écrit, décrit et chante La Nuit (extraits) :

« C’est ma frangine en noir
Celle que j’appell’ bonsoir
C’est un gars qu’a son bien
Dans le bistrot du coin
La nuit
C’est l’bourgeois qui s’profile
Sous l’œil des fill’s de ville
Qui croit qu’c’est arrivé
Et qui paie pour monter
La nuit 
[…]
C’est un amour qui meurt
Aussitôt qu’il se fait
C’est mille ans de bonheur
Dans un baiser vit’ fait
C’est cett’ môme qu’ a perdu
La seule fleur qu’elle avait
Des fois qu’on la r’trouverait
La nuit … la nuit …
C’est le soleil du soir
Qui enfile son peignoir
Dans son arrièr’ boutique
Sous des becs électriques
La nuit
C’est l’voleur qui va faire
Des heures supplémentaires
Et qu’est pas tatillon
Sur les allocations
La nuit
C’est cet homme qui s’en va
Sa Rolls au bout des bras
Et mêle à ses ficelles
Le trésor des poubelles
La nuit […] »

Plus loin de nous, la nuit a inspirée des auteurs comme Hugo (Nuit, Nuit tombante, Nuits de juin, Nuits d’hiver, Crépuscule ou encore Soleils couchants), Baudelaire (Le coucher du soleil romantique, Le crépuscule du soir, Recueillement), Lamartine (Le soir) ou bien encore De Banville, dont La Nuit (tiré de Rondels, 1875) invite au repos :

« Nous bénissons la douce Nuit,
Dont le frais baiser nous délivre.
Sous ses voiles on se sent vivre
Sans inquiétude et sans bruit.
Le souci dévorant s’enfuit,
Le parfum de l’air nous enivre ;
Nous bénissons la douce Nuit,
Dont le frais baiser nous délivre.
Pâle songeur qu’un Dieu poursuit,
Repose-toi, ferme ton livre.
Dans les cieux blancs comme du givre
Un flot d’astres frissonne et luit,
Nous bénissons la douce Nuit. »

Pour nombre de poètes, la nuit a aussi beaucoup à voir avec la déambulation, qu’elle soit rurale ou urbaine. Ainsi Rimbaud nous promène-t-il en début de nuit, « par les soirs bleus d’été » (Sensation) :

« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.
Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,
Mais l’amour infini me montera dans l’âme ;
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, heureux – comme avec une femme. »

En ville aussi la déambulation nocturne libère l’être, « le délivre de la douleur qui l’assaille : son cheminement est actif et il en obtiendra un bénéfice moral. Il tire un double avantage de sa déambulation : celle-ci lui permet de mieux se découvrir, de mieux se connaître lui- même. »1 . Mallet reprend ainsi la thèse de Sansot dans sa Poétique de la ville (1973) qui, à travers son étude de la déambulation nous montre que celle-ci permettrait à l’homme de mieux cerner son mal. Qui est sujet à la déambulation ne saurait ainsi réellement de quoi il souffre mais, par une marche – qui est alors quête de soi – dans la ville nocturne, il le découvrira.

Les mille et une nuits de l’écriture

Si les poètes s’inspirent fortement de la nuit et des paysages nocturnes, les écrivains ne sont bien sûr pas en reste. Là encore il serait vain de vouloir ici faire le tour de la nuit – des nuits – dans la littérature, mais reviennent régulièrement chez les écrivains les thématiques de la veille, de la contemplation astronomique, du repos, de la réflexion personnelle du héros comme de l’auteur. Antoine de Saint-Exupéry, dans son œuvre posthume Citadelle, publiée en 1948, livre ainsi à plusieurs reprises ses méditations sur la nuit, notamment sur la thématique de la veille et de l’observation nées de la nuit, souvent en rapport avec « la ville », cette citadelle dont on doit s’extraire pour l’observer dans son entièreté et en trouver le sens :

« Tu as tous les jours souffert de la ville qui t’a brisé de son charroi. Tu as tous les jours subi cette fièvre née de l’urgence et du pain à gagner et des maladies à guérir et des problèmes à dénouer, te rendant ici, te rendant là, riant ici et pleurant là. Puis vient l’heure accordée au silence et à la béatitude. Et tu montes les marches et pousses la porte et il n’est plus rien pour toi que pleine mer et contemplation de la Voie Lactée et provision de silence et victoire contre l’usuel, et tu en avais besoin comme de nourriture car tu avais souffert des objets et des choses lesquels ne sont point pour toi. Et il te fallait ici devenir pour qu’un visage te naisse des choses et qu’une structure s’établisse qui leur donnât un sens à travers les spectacles disparates du jour. »

Il est intéressant – presque surprenant – de voir à quel point la ville est importante pour Saint-Exupéry, certainement comme « géosymbole », comme espace permettant « dans la nuit, [de] lancer des passerelles » entre les hommes. La sentinelle est, chez Saint-Exupéry, celui qui veille et surveille la ville en l’unifiant par sa vision globale. Déjà dans Le Petit Prince était pointée du doigt l’incohérence d’un géographe « trop important pour flâner » et, surtout, trop attaché à des éléments quantitatifs rapportés par « l’explorateur », censés prouver la taille d’une montagne :

« Donc, quand la moralité de l’explorateur paraît bonne, on fait une enquête sur sa découverte. – On va voir ?
– Non. C’est trop compliqué. Mais on exige de l’explorateur qu’il fournisse des preuves. S’il s’agit par exemple de la découverte d’une grosse montagne, on exige qu’il en rapporte de grosses pierres. »2

Saint-Exupéry comme défenseur d’une géographie sensible – « ma fleur est éphémère » – face à une géographie quantitative voulant écrire « des choses éternelles » ? Nous retrouvons cette dualité dans Citadelle face à l’objet ville nocturne :

« Donc me vint l’image de la ville défaite à cause de ton simple sommeil car tout se noue en toi et s’y dénoue. Que tu es belle si tu veilles, oreille et regard de la ville… Et tellement noble de comprendre, dominant par ton simple amour l’intelligence des logiciens, car ils ne comprennent point la ville mais la divisent. Il est pour eux ici une prison, là un hôpital, là une maison de leurs amis et celle-là même ils la décomposent dans leur cœur, y voient cette chambre, puis une autre, puis l’autre. Et non point seulement les chambres mais de chacune cet objet-ci, cet objet-là, cet autre encore. Puis l’objet lui-même ils l’effacent. Et que feront-ils de ces matériaux dont ils ne peuvent rien construire ?
Mais toi, sentinelle, si tu veilles, tu es en rapport avec la ville livrée aux étoiles. Ni cette maison, ni cette autre, ni cet hôpital, ni ce palais. Mais la ville. Ni cette plainte de mourant, ni ce cri de femme en gésine, ni ce gémissement d’amour, ni cet appel de nouveau-né, mais ce souffle divers d’un corps unique. Mais la ville. Ni cette veille de celui-là, ni ce sommeil de celui-ci, ni ce poème de cet autre, ni cette recherche de ce dernier, mais ce mélange de ferveur et de sommeil, ce feu sous les cendres de la Voie Lactée. Mais la ville. Sentinelle, sentinelle, l’oreille collée à la poitrine d’une bien-aimée, écoutant ce silence, ces repos et ces souffles divers qu’il importe de ne point diviser si l’on désire entendre, car c’est le battement d’un cœur. Lequel est battement du cœur. Et non rien d’autre. »3

Enfin, toujours dans Citadelle, Saint-Exupéry nous livre une longue description de la nuit comme moment de « gestation mystérieuse », là encore en rapport avec l’observation de la ville. On voit d’ailleurs poindre ici les différents usages de la ville nocturne qui seront mis en exergue par Gwiazdzinski, entre ville qui dort, ville qui travaille (les sentinelles, l’homme de barre, les maraudeurs qui « s’emparent des fruits ») et ville qui s’est amusée avant d’aller dormir (« mais le joueur est allé dormir ») :

« La nuit vint et je gravis la plus haute courbe de la contrée pour regarder dormir la ville et s’éteindre autour, dans l’obscurité universelle, les taches noires de mes campements dans le désert. Et ceci afin de sonder les choses, connaissant à la fois que mon armée était pouvoir en marche, la ville pouvoir fermé comme d’une poudrière, et qu’au travers de cette image d’une armée serrée autour de son pôle, une autre image était en marche, et en construction ses racines, dont je ne pouvais rien connaître encore, liant différemment les mêmes matériaux, et je cherchais à lire dans la nuit les signes de cette gestation mystérieuse, non dans le but de la prévoir, mais afin de la gouverner, car tous, moins les sentinelles, ils sont allés dormir. Et reposent les armes. Mais voici que tu es navire dans le fleuve du temps. Et a passé sur toi cet éclairage du matin, de midi et du soir comme l’heure de la couvée, faisant quelque peu progresser les choses. Puis l’élan silencieux de la nuit après le coup de pouce du soleil. Nuit bien huilée et livrée aux songes car seuls se perpétuent les travaux qui se font tout seuls, comme d’une chair qui se répare, des sucs qui s’élaborent, du pas de routine des sentinelles, nuit livrée aux servantes car le maître est allé dormir. Nuit pour la réparation des fautes, car leur effet en est reporté au jour. Et moi, la nuit, lorsque je suis vainqueur, je remets à demain ma victoire. Nuit des grappes qui attendent la vendange, réservées par la nuit, nuit des moissons en sursis. Nuit des ennemis cernés dont je ne prendrai livraison qu’au jour. Nuit des jeux faits, mais le joueur est allé dormir. Le marchand est allé dormir, mais il a passé les consignes aux sentinelles. Le chef de bord est allé dormir, mais il a passé la consigne à l’home de barre, et l’homme de barre ramène Orion qui se promène dans la mâture là où il faut. Nuit des consignes bien données et des créations suspendues.

Mais nuit aussi où l’on peut tricher. Où les maraudeurs s’emparent des fruits. Où l’incendie s’empare des granges. Où le traître s’empare des citadelles. Nuit des grands cris qui retentissent. Nuit de l’écueil pour le navire. Nuit des visitations et des prodiges. Nuit des réveils de Dieu – le voleur – car celle-là que tu aimais tu peux bien l’attendre au réveil !
Nuit où l’on entend craquer les vertèbres. Nuit dont j’ai toujours entendu craquer les vertèbres comme de l’ange ignoré que je sens épars dans mon peuple et qu’il s’agit un jour de délivrer… Nuit des semences reçues.
Nuit de la patience de Dieu. »4

Moment d’écriture, mais aussi moment de lecture

Dans la continuité, la nuit est aussi le moment choisi par beaucoup pour s’adonner à la lecture. Le calme nocturne est propice à la projection de soi « dans la peau d’un autre », celle d’un héros de polar – par exemple, et pour le frisson –, qu’il soit de Simenon ou de Fred Vargas, celle d’un directeur de nuit, venu du froid se mirer dans le miroir aux espions, chez John le Carré :

« La ville était mal éclairée. Avery remarqua qu’on avait répandu du sel sur la chaussée, pour dégager deux voies. Le milieu et les caniveaux étaient encore couverts de neige. Les lampadaires étaient au néon et déversaient une lumière maladive qui semblait se recroqueviller devant les ténèbres environnantes. »5

Le fait que la nuit soit, majoritairement (pour plus de 80 % des salariés), un temps hors du travail, un temps calme – presque « hors du monde » –, n’est pas étranger à cela et participe à faire de la nuit un temps pour soi, un temps de la projection et donc de la réflexion.

Hier, la nuit d'été, qui nous prêtait ses voiles Hier, la nuit d'été, qui nous prêtait ses voiles, Etait digne de toi, tant elle avait d'étoiles ! Tant son calme était frais ! tant son souffle était doux ! Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées ! Tant elle répandait d'amoureuses rosées Sur les fleurs et sur nous !

Nuit d’été (Victor Hugo)Hier, la nuit d’été, qui nous prêtait ses voiles,
Etait digne de toi, tant elle avait d’étoiles !
Tant son calme était frais ! tant son souffle était doux !
Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées !
Tant elle répandait d’amoureuses rosées
Sur les fleurs et sur nous ! 

 


  1. Mallet S., 2009, Des plans-lumière nocturnes à la chronotopie, Vers un urbanisme temporel, Thèse de doctorat en urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Paris, présentée le 17 novembre 2009, sous la direction de Paquot T. []
  2. De Saint-Exupéry A., 1943, Le Petit Prince, Paris, Gallimard. []
  3. De Saint-Exupéry A., 1948, Citadelle, Paris, Gallimard. []
  4. De Saint-Exupéry A., 1948, Citadelle, Paris, Gallimard. []
  5. Le Carré J., 1965, Le miroir aux espions, Paris, Robert Laffont. []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *