« La France s’éteint, les chauves-souris sont heureuses »

nuage_1« La France s’éteint, les chauves-souris sont heureuses »

Un billet de Pierre-Olivier Dupuy & Frédérique Girard.

C’est par ce titre que Le Monde[i], daté du 29 juin 2013, annonçait la mise en application de l’arrêté Batho sur l’extinction des éclairages nocturnes des bâtiments non résidentiels à partir du 1er juillet 2013. L’orientation plutôt sceptique de l’article vis-à-vis de la mesure nous a amené à interroger plus globalement le traitement de la « pollution lumineuse » par la presse quotidienne française sur la période 2013-2014.

  • Parle-t-on plutôt de « nuisance » ou de « pollution » lumineuse ?
  • Sous quel(s) angle(s) cette thématique est-elle traitée ?
  • Quels sont les acteurs médiatiquement visibles ?
  • Y a-t-il des différences de traitement entre la presse nationale et la presse régionale ?
  • Comment a été relatée la création de la Réserve Internationale de Ciel Étoilé du Pic du Midi ?

Les résultats de nos recherches[ii] seront présentés lors des prochaines journées d’études organisées par le collectif RENOIR (30 juin et 1er juillet 2014, annonce à venir).

Image « à la Une » : nuage de mots, réalisation Pierre-Olivier Dupuy


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *