« Faire advenir le noir » : production de paysages nocturnes et contemporanéité de la faible densité

Un billet de Rémi Bénos et Samuel Challéat

6097-4

Le « ciel étoilé » serait-il aussi présent dans les médias sans les évolutions techniques récentes, notamment en photographie ? Le prix qui vient d’être délivré à Luc Perrot (voir le blog de Le Monde Autour du ciel) ne fait qu’alimenter nos questionnements sur la relation entre ciel étoilé/paysage/rapports à la technique et à la nature.

Avec le web, l’évolution des techniques photographiques et l’accès d’un large public à du matériel de qualité, le « ciel étoilé » peut être considéré comme l’un des « paysages » les plus distingués, reconnus et identifiés de nos sociétés paysagères. De même que l’art pictural a joué un rôle indiscutable dans l’avènement d’une pensée paysagère il y’a plusieurs siècles, la photographie est actuellement au coeur de la diffusion de ce que l’on pourrait appeler des « paysages nocturnes ».

Ces paysages nocturnes ne doivent pas forcément être conçus comme exact opposés aux « paysages-lumières » de Sandra Mallet (2011) et englobent, à notre sens, les concepts de « paysages célestes nocturnes » et « paysages de lumière naturelle » discutés par Bruno Charlier et Nicolas Bourgeois (2014). A l’image de l’Outrenoir de Pierre Soulages (fiche wiki), les « paysages nocturnes » se fondent sur le noir pour mieux valoriser les différentes lumières, éphémères, qui les constituent. Le « ciel étoilé » est l’icône médiatique des « paysages nocturnes » qui ne s’y résument pas. Tout jeu de lumière est un jeu de noirs. Une règle qui en fait un jeu éminemment géographique puisque seule la prise de distance des foyers émetteurs de lumière permet de faire advenir le noir. Le public est en ville et, sur le devant de la scène, trônent les espaces de faibles densités (Barthe L., Milian J., 2011). Lumières d’étoiles, de lune, de soleil levant/déclinant, d’aurores boréales, s’opposent et se jouent des lumières artificielles (électricité, feu), tout à la fois esquivées et intégrées, par petites touches, à la production paysagère nocturne.

La consécration internationale de cette photo de Luc Perrot n’est qu’une balise supplémentaire renforçant l’hypothèse qu’un certain type de rapport à la nature et à la technique modèle cette production paysagère cosmopolitique. La prise en compte récente des problématiques de « pollution lumineuse » par l’action publique a quelque chose à voir avec l’intégration du temps nocturne dans le processus d’empaysagement tel que l’appréhende Bernard Debarbieux (2007): « L’empaysagement désigne, de façon plus générale, un tournant dans la façon qu’ont les sociétés contemporaines de se penser elles-mêmes et de penser leur inscription matérielle par l’entremise de la représentation et de l’action paysagère. (…) Les ressorts de cet empaysagement des consciences sont à rechercher tantôt dans une volonté de compensation, souvent passéiste ou nostalgique, à l’évolution des pratiques de l’espace et de la mise en péril des territorialités politiques, tantôt dans le souci de reconstruire du projet politique territorialisé sur des bases nouvelles.« .

Le rejet des « pollutions lumineuses » et la fascination pour les « lumières naturelles » ne sont que des entrées parmi d’autres pour comprendre les enjeux territoriaux, donc politiques, de la production de paysages nocturnes contemporaine.

 

Pour citer ce billet : BÉNOS R., CHALLEAT S., « « Faire advenir le noir » : production de paysages nocturnes et contemporanéité de la faible densité », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 20 Juin 2014. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/593


Rémi Bénos

Géographe - Maître de conférences à l'Université de Toulouse Institut National Universitaire Champollion Albi/Laboratoire GEODE

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 février 2017

    […] à la vision ou non de ce marqueur de la qualité du ciel nocturne, facilement appropriable et convoqué dans les imaginaires naturalistes. La production des deux Atlas de la clarté artificielle du ciel nocturne évoqués plus haut se […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *