« Outrenuit » : penser les ressources environnementales nocturnes avec Pierre Soulages

Esfinge-BivouacSource : http://la-vie-revee-d-artiste.com/visite-au-musee-pierre-soulages/

Pour citer ce billet : BENOS R., CHALLEAT S., « « Outrenuit » : penser les ressources environnementales nocturnes avec Pierre Soulages », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 30 juillet 2014. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/655 (consulté le…)

 

Désormais consacrée dans un musée entièrement dédié, l’œuvre de Pierre Soulages peut être une source d’intuitions importantes pour tenter d’appréhender dans quelle mesure des collectifs humains se saisissent de la nocturnité comme ressource et l’insère au cœur de projets de territoires. Un détour par le contenu de cette œuvre est ici nécessaire.

Dans sa thèse, Samuel Challéat considère Pierre Soulages comme « le peintre travaillant au plus proche de la « couleur » de la nuit : le noir »[1]. Mais le noir n’est ici qu’un médiateur pour le transfert de concept, un biais permettant au chercheur de s’intéresser au travail de l’artiste. Car l’intérêt de l’œuvre de Pierre Soulages est justement de faire du noir un prétexte, une condition indispensable à la production de la lumière recherchée et, ainsi, « sculptée ». Le noir, dans l’épaisseur de la matière et de ses reliefs, devient topos (« lieu ») : il produit quelque chose d’intrinsèque qui est unique pour le spectateur. «  Devant [ses toiles de grande dimensions], le spectateur est assigné frontalement, englobé dans l’espace qu’elles sécrètent, saisi par l’intensité de leur présence. Une présence physique, tactile, sensuelle et dégageant une formidable énergie contenue. Mais métaphysique aussi, qui force à l’intériorité et à la méditation. Une peinture de matérialité sourde et violente, et, tout à la fois, d’« immatière » changeante et vibrante qui ne cesse de se transformer selon l’angle par lequel on l’aborde »[2]. C’est ce que Pierre Soulages appelle l’outrenoir : une expérience physique, sensorielle, située dans l’espace et dans le temps.

Samuel Challéat revient sur la découverte de cette expérience vécue par l’artiste : « C’est en 1979 – au cours, d’ailleurs, d’une nuit – que son œuvre prend cette direction, celle de « l’outrenoir », celle d’une peinture entièrement recouverte de noir mais émettrice de clarté. Pierre Soulages travaille alors dans son atelier de Sète à une toile qui, peu à peu, est inondée de couleur noire : « Cela me paraissait sans issue, sans espoir. Depuis des heures, je peinais, je déposais une sorte de pâte noire, je la retirais, j’en ajoutais encore et je la retirais. J’étais perdu dans un marécage, j’y pataugeais. » Fatigué, il s’offre deux heures de sommeil et, quand il revient, il se retrouve face à une « peinture autre » : « Les différences de textures réfléchissaient plus ou moins faiblement la lumière et du sombre émanait une clarté, une lumière picturale dont le pouvoir émotionnel particulier animait mon désir de peindre. Mon instrument n’était plus le noir mais cette lumière secrète venue du noir »[3]. C’est bien l’intuition artistique, selon les mots du physicien Joël Chevrier, qui amène désormais à « considérer la lumière dans l’espace devant le tableau comme la matière de l’œuvre »[4] elle-même.

Dans quelle mesure le travail de Pierre Soulages peut-il contribuer à mieux appréhender la nocturnité et les ressources environnementales nocturnes ? Ce n’est pas la nuit en tant que telle qui nous intéresse, mais ce qu’elle révèle d’autre en termes de rapports aux autres et à soi-même par, dans et avec l’espace. Les pratiques spatiales peuvent être observées comme autant de sociabilités, de mythes et de rites, de rapports à la Nature, de productions paysagères, etc.

Tout comme l’artiste cherche à produire quelque chose de particulier à partir et au delà de sa toile noire, nous cherchons à comprendre l’expérience sociale – donc spatiale – à partir et au delà de la nuit noire. C’est ce que nous proposons d’appeler l’outrenuit : il y’a ici quelque chose de spécial qui se noue et se joue entre les collectifs humains, l’espace et la nuit. Ce « quelque chose » dépend de facteurs – probablement nombreux – qu’il reste encore à identifier, en observant de manière empirique ce qui se joue par exemple durant des randonnées nocturnes, des bivouacs, des soirées d’observation des étoiles, etc. La dualité de l’absence/présence de lumière (naturelle et/ou artificielle) semble constituer un marqueur structurant de ces expériences récréatives et sensorielles. Autant de dimensions qui peuvent donner du contenu à la piste de l’outrenuit, inspirée de l’outrenoir de Pierre Soulages, et ainsi enrichir la réflexion autour des ressources environnementales nocturnes.

 


[1] CHALLÉAT S., 2010, « Sauver la Nuit » – Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, Thèse de doctorat de géographie, sous la direction de LARCENEUX A., Université de Bourgogne, Dijon, p.54.

[2] SOULAGES P., 2012, Outrenoir, entretiens avec Françoise Jaunin, La Bibliothèque des Arts, 216 p. http://www.artaujourdhui.info/l00535-pierre-soulages-outrenoir-entretiens-avec-francoise-jaunin.html

[3] CHALLEAT S., 2010, op. cit., p.54-55.


Rémi Bénos

Géographe - Maître de conférences à l'Université de Toulouse Institut National Universitaire Champollion Albi/Laboratoire GEODE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *