La mise en débats des territoires de la lumière [première partie]

La suite de ce billet : “La mise en débats des territoires de la lumière [deuxième partie]“.

Pour citer ce billet : Challéat S., « La mise en débats des territoires de la lumière [première partie] », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 02 novembre 2014. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/801 (consulté le …)

 

Abstract

The call to « Save the night! » sums up the whole issue of an emerging perception of artificial light seen as a source of damage. Launched in 1995, essentially by actors from the astronomical community, both amateur and professional, seeking to alert citizens and policymakers to a new form of pollution, this appeal has since been taken up by ecologists and doctors with the development of a new field of scientific knowledge concerning the effects and impact of artificial light on the environment and health. However, the resulting knowledge – be it informal or scientific, non-specialized or expert – has for several years now given rise to heated conflicts between these new actors and others, more institutional and historically well rooted, both nationally and internationally, in the domain of lighting. We show here how, cognitively, the problem of light pollution was built up, and how the divergence in scale between the actors’ points of reference – cultural and territorial – remains the basis of a conflict arising from contradictory uses of night. But emerging patterns of participation are having some effect, both on decision-making in lighting as well as on the actors themselves. Thus we can note changes in discourse and in the evolution of knowledge and of skills, effects on decision-making processes, but also – most importantly – a cultural evolution highlighting the positivity of night.

« Un projet de loi, appuyé conjointement par tous les partis représentés au Parlement, pourrait placer l’Italie en tête des autres nations avec l’adoption d’une législation d’avant-garde contre la pollution lumineuse. Ce serait un signe de civilisation parmi tous les signes confus qui nous parviennent du ciel et de la terre. Ce sera peut-être grâce à ces hommes, à des instruments innovants tels qu’appareils d’éclairage avec optiques asymétriques, abat-jour, systèmes cut-off et à des projets d’illumination adaptés que nos enfants pourront dire et comprendre le sens de ces paroles : « … Et par là nous sortîmes, à revoir les étoiles » (Dante, L’Enfer). »

Nous travaillons afin que leur appel parvienne au ciel. Extrait d’une brochure de sensibilisation, éditée par iGuzzini Illuminazione®, fabricant italien de matériel d’éclairage. 1995.

Introduction

« Sauvons la nuit ! ». Appel énigmatique, cri d’alarme avant toute chose, injonction au ralliement lancée aux citoyens et aux décideurs, mais aussi titre d’une charte1 éditée en 1995, qui résume à lui seul, aujourd’hui encore, tout l’enjeu d’une perception émergente de la lumière artificielle comme objet de dommages. De qui et face à quoi cet appel est-il le « non ! » ? Si elle a d’abord été – et continue d’être – portée par les astronomes amateurs et professionnels, la perception de la lumière artificielle comme génératrice d’une nuisance sur la visibilité du ciel nocturne s’est peu à peu installée parmi les écologues, pour qui elle constitue un altéragène à part entière d’un constituant physique majeur du système Terre : la nuit. Depuis une dizaine d’années, ce sont les médecins qui viennent questionner nos usages de la lumière artificielle, mettant en regard des bénéfices qu’elle peut apporter ses effets et impacts négatifs. Ainsi, là où astronomes amateurs et professionnels construisent la perception d’une nouvelle nuisance affectant la vision du ciel étoilé, écologues et médecins construisent un champ de savoir tout aussi nouveau, celui de la lumière comme polluant [CHALLEAT, 2009 ; CHALLEAT, 2010 ; CHALLEAT et LARCENEUX, 2011].

Aujourd’hui, la mobilisation collective des ces acteurs demandant de penser autrement les « territoires de la lumière » se structure, en France, autour de l’« Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes » (ANPCEN). Différentes propositions sont faites actuellement par le milieu associatif ; deux voies sont privilégiées, avec l’avantage pour la seconde de créer une plus grande synergie d’acteurs environnementaux : l’option de protection spécifique et localisée par le biais de « réserves de ciel étoilé» autour d’observatoires astronomiques, et l’option d’une réduction généralisée des niveaux d’éclairement dans le but d’une amélioration globale de la place du noir dans les espaces, y compris urbains. Ces propositions, pour partie désectorialisées, vont de pair avec une forte demande de participation aux différents processus décisionnels en matière d’aménagements lumière (éclairage public, Schéma Directeurs d’Aménagements Lumière, etc.) Pourtant, cela ne va pas sans heurter nombre de pratiques encore bien ancrées chez une grande majorité des professionnels de l’éclairage. L’Association Française d’Éclairage (AFE), qui pèse fortement dans l’édiction des normes en matière d’éclairage, refuse ainsi d’admettre que la lumière puisse constituer une pollution à part entière et s’oppose de façon récurrente aux solutions proposées par l’ANPCEN.

Cependant, des terrains d’entente se développent. Localement tout d’abord, qui sont rendus possibles par le biais des économies budgétaires tant recherchées par les collectivités territoriales, dans un contexte économique qui leur est peu favorable, ainsi que par la prise en considération croissante des préoccupations environnementales dans leurs actions. À l’échelle nationale ensuite, quand le droit positif français se trouve en passe d’intégrer une première forme de prise en considération des « nuisances lumineuses »2 par le biais de la loi dite « Grenelle II »3.

Comment, précisément, ont émergé les considérations de la lumière artificielle comme nuisance puis comme pollution, comment s’est fabriqué ce problème multiscalaire, amenant le sens commun à dépasser les oppositions mythologiques entre lumière et obscurité, bien et mal, positivité et négativité ? Quelle est la réception de la part des acteurs institutionnels de l’éclairage de cette demande de participation émanant de nouveaux venus dans le jeu de l’éclairage ? Plus encore, quels sont les effets sur la fabrique des territoires de la lumière de la participation de ces nouveaux acteurs ?

Pour répondre à ces questions, et pour bien cerner les difficultés rencontrées – encore aujourd’hui – dans les mécanismes participatifs en la matière, il nous faut revenir sur les modes de construction de la lumière comme objet de dommages, qui nous permettront de comprendre les modalités de l’institutionnalisation de la mobilisation de nouveaux acteurs autour des problématiques de l’éclairage (première partie, présent billet). Mais le dire n’est pas le faire. Plus encore, qu’un savoir émerge et nourrisse un savoir-faire pour l’action collective n’entraine pas mécaniquement la prise en considération et l’application in situ. Les associations environnementales le savent bien, et leurs différents processus d’implication dans la gouvernance de l’éclairage, souvent au prix d’une conflictualité liée aux usages contradictoires de la nuit et aux dissonances d’échelles idéelles et territoriales entre acteurs, nous le rappellent. Pour autant, leur mobilisation pour redonner sa place à la nuit est loin d’être vaine et nous pouvons observer aujourd’hui ses effets (deuxième partie, billet à venir sur ce blog) : effets sur les processus décisionnels par le biais de la participation des acteurs associatifs à certains projets territoriaux (chartes communales, insertion aux côtés des syndicats intercommunaux d’énergies, etc.), effets politiques (prise en considération par la loi «Grenelle II» de ces «nouvelles» nuisances et pollutions), ainsi qu’effets culturels (à l’encontre de la négativité que lui attribuaient les Lumières, la philosophie de progrès et la pensée moderniste, la nuit porte en elle positivité et nécessité).

1. Nuisances et pollutions lumineuses : des dommages en construction

1.1 De la perception d’une nuisance…

La remise en cause actuelle de certaines des doctrines de l’éclairage urbain, celles-ci voulant qu’il ne soit porteur que de positivité – qu’elle soit « politique, économique (marketing urbain comme marketing industriel), technique, esthétique, fonctionnelle, patrimoniale, symbolique, etc. » [MOSSER, 2005] – se situe dans la continuité d’un cheminement amorcé dans les années 1970. Cette période est celle d’un étalement urbain massif, couplé aux conceptions fonctionnalistes de la ville qui font de la rue une route sur laquelle rien ne doit venir entraver la vitesse automobile, et qui encouragent le développement de l’éclairage urbain sur la base de considérations quasi exclusivement quantitatives. Ces faits, doublés de pratiques qui servent également l’utilisation à plein rendement d’un parc électronucléaire flambant neuf et en situation de surproduction, concourent à l’augmentation, en tailles et en intensités, des halos de diffusion atmosphérique de la lumière artificielle surplombant les zones urbaines. Un petit nombre d’acteurs, astronomes professionnels et amateurs, a alors à faire face à la dégradation de l’accessibilité à un bien environnemental très particulier : le « ciel nocturne étoilé ». La localisation des instrumentations d’observations astronomiques, souvent à seulement quelques dizaines de kilomètres des agglomérations, a quasi mécaniquement conféré à ces acteurs les rôles de veille quant à la qualité du bien environnemental « ciel noir étoile », et d’alarme quant à la perte de sa visibilité4.

Poursuivant cette perception naissante, la saisie du « ciel étoilé » par les astronomes comme objet environnemental symbolique met en œuvre des mécanismes cognitifs alliant langage, raisonnements et manipulation d’un imaginaire qui leur est spécifique. Cette véritable lutte, visant la sauvegarde du ciel nocturne, cherche à fédérer l’entièreté des astronomes, à susciter leur intérêt à agir : il faut penser, à l’aide de référents culturels communs, la dégradation de la qualité du ciel étoilé afin de se diriger vers l’action de façon cohérente. Différents thèmes, slogans ou images vont être mobilisés afin de forger ces référents culturels communs par l’ancrage et l’objectivation [BARJONET et al., 2010] en familiarisant le public visé avec certains concepts et objets [MOSCOVICI, 1984]. Nous pouvons rapprocher les mécanismes trouvés dans la mobilisation des astronomes contre les nuisances lumineuses de ceux déjà rencontrés dans d’autres domaines, notamment dans l’émergence perceptive de nombreux risques [BARJONET et al., 2010]. Les acteurs s’opposant à certaines pratiques mises en œuvre dans l’éclairage artificiel doivent construire du sens qui trouvera écho tout à la fois individuellement (cognition) et socialement (représentation).

Il s’agira tout d’abord de nommer la perte du contact avec le ciel, la perte de visibilité de la Voie Lactée – qui devient dans le même temps l’étalon d’évaluation de la qualité astronomique du ciel nocturne. On peut ainsi lire, dans les premiers tractes et articles, des phrases fortes d’un point de vue cognitif, tant par le langage auquel elles font appel que par leur volonté d’être mémorisées et d’amener à une décision, la décision d’agir : « Qui a volé la Voie Lactée ? », « Rendez-nous les étoiles ! », « Nous laissera-t-on un ciel à observer ? », « Sauvons notre ciel ! » ou bien encore « Attention, vous perdez votre ciel ! » [CHALLÉAT, 2010].

Il s’agira, par la suite, de montrer cette perte du bien « ciel étoilé » et d’abaisser la lumière artificielle au rang de pollution à part entière. En cela, l’image satellitale composite de « la Terre vue de nuit » constituera très vitre une véritable icône de la dégradation de la nuit étoilée dans nos pays industrialisés (image 1). La communication sur les nuisances lumineuses à l’intérieur de la communauté des astronomes sert ici la construction de représentations sociales du sens – l’opulence énergétique des pays riches, un suréclairement, une urbanisation peu soucieuse, voire même destructrice de son environnement, etc. – ainsi que de représentations cognitives individuelles [CASTRO, 2003 ; LASZLO et WAGNER, 2003, BARJONET et al., 2010], comme le rattachement à l’image des halos lumineux que tous les astronomes subissent, ou du moins connaissent. Cette image satellitale sert ainsi – subséquemment à une communication intracommunautaire – une communication externe sur l’ampleur de la dégradation environnementale et, surtout, sur la scientificité de la thématique.

Image 1.

Image 1. La Terre vue de nuit. Images satellitales composites (Defense Meteorological Satellit Program). Source : MAYHEW C. et SIMMON R., NASA GSFC.

La fabrique de la perception des nuisances lumineuses et, plus tard, de l’idée de pollutions associées, demande donc une appréhension cognitive active afin de construire une connaissance spécifique, cohérente et pratique [POLERE et al., 2004], qui s’appuie sur des référents sectoriels. Plus avant, au travers de l’utilisation formelle de symboles plus larges tels que la perte – la spoliation est même parfois invoquée – d’un bien à restaurer (car permettant la « communion avec la Nature ») ou les conséquences néfastes de « la technologie occidentale » dégradant l’environnement, il s’agit également de monter en généralité la thématique du ciel noir afin de venir greffer la sauvegarde de ce nouveau bien à un mouvement plus vaste de pensée environnementale montant fortement sur la scène politique. La mise en avant de l’aspect global des apports culturels du ciel nocturne constitue une première étape de sortie de la logique de défense d’un pré carré.

1.2 … À la considération d’une pollution par un champ nouveau de savoirs scientifiques

La gêne subie par les astronomes amateurs et professionnels, si elle mène effectivement à la considération d’une nouvelle nuisance, ne permet pas à elle seule de faire passer la lumière artificielle au rang de pollution. Ce n’est pas parce que la pollution est dite par certains acteurs qu’elle est. Si les acteurs associatifs, issus pour l’essentiel du milieu de l’astronomie, ont très tôt tenté de faire accepter la terminologie « pollution lumineuse », c’est bien l’intermédiation de la connaissance scientifique des coûts écologiques et sanitaires qui, en matière environnementale arbitre, et a permis à partir des années 1990 de penser la lumière artificielle comme altéragène et donc comme source de diverses pollutions.

La recherche écologique sur les modifications de l’environnement5 nocturne par la lumière artificielle fait son apparition bien avant les années 1990 [VERHEIJEN, 1958, 1985 ; MCFARLANE, 1963 ; RAYMOND, 1984 ; FRANK, 1988], mais c’est durant la décennie 1990-2000 qu’elle va prendre son véritable essor [LONGCORE et RICH, 2004]. Changement d’échelle de perception : ces recherches amènent à considérer non plus seulement la protection du seul ciel noir, mais bien celle du nocturne comme facteur physique déterminant de tout biotope. La notion d’environnement nocturne apparaît alors, voulant désigner la partie de l’environnement dépendant fonctionnellement de la nuit au sens astronomique du terme. La lumière artificielle vient dérégler cette variation naturelle, impactant ainsi la composition du biotope6 servant de support à la biocénose7 [CHALLEAT, 2010].

Les années 2000 sont celles de la montée en puissance, au sein du politique, de la notion de risque et de son corolaire, le principe de précaution. Les risques sanitaires sont poussés sur le devant de la scène, et les recherches sur les causes environnementales multifactorielles de maladies comme les cancers prennent une place importante dans les laboratoires et les centres de recherche hospitaliers. Parallèlement – et non sans lien avec une société aux temporalités de plus en plus complexes et disloquées –, les Centres du Sommeil se développent et leurs recherches poussent à considérer le rôle majeur du temps de repos nocturne dans nombre de mécanismes biologiques. Parmi les critères prépondérants dans la « gestion » de ces mécanismes se trouve l’alternance lumière/obscurité naturelle, et son rôle dans la production de la mélatonine, chronobiotique majeur [DAVIS et al., 2001 ; PAULEY, 2004 ; STEVENS, 2005]. Cependant, les recherches portent encore souvent sur les impacts de niveaux d’éclairement élevés, de plusieurs centaines de lux (cas typiques des personnes travaillant sous poste fortement éclairé, en horaires décalés), même si quelques travaux commencent à explorer le champ des effets et impacts de faibles doses8 et d’interactions, suivant ainsi un changement général de paradigme de la recherche médical.

1.3 Un problème multiscalaire

Pour bien préciser les questions d’échelles d’impacts de l’insertion de lumière artificielle dans l’environnement, il nous faut en premier lieu distinguer le noir, « état physique » périodique non produit par l’homme et résultant de la rotation de la Terre sur elle-même, du ciel nocturne, « objet » immatériel, non saisissable. Ainsi, si le noir constitue bien la condition sine qua non d’accès à l’objet ciel nocturne, la lumière ne constitue pas pour autant un facteur de dégradation physique de ce dernier. L’objet ciel noir est donc un bien collectif pur, un bien public total, irréductible, non rival, non excluable et non appropriable. Néanmoins, du fait même de sa nature, il constitue un bien public très particulier dans le paysage des biens environnementaux. L’Homme peut ainsi le détruire sans pour autant le consommer ; la production de la lumière artificielle ne le fait pas réellement disparaître (les étoiles, les astres restent présents dans le ciel), mais interdit à l’Homme d’y accéder visuellement. De plus, cette restriction d’accès ne se fait pas par une appropriation mais par la mise en œuvre d’usages contradictoires. La considération économique du seul ciel noir pousse donc à considérer la lumière comme une simple nuisance limitant l’accès de l’Homme à un bien naturel [CHALLEAT, 2011].

Pour autant, si l’on considère le noir comme actif environnemental – ce que nous disent ensembles l’écologue et le médecin –, c’est bien alors d’une pollution aux traces écosystémiques durables dont il s’agit. Pour y répondre, une dépollution peut être envisagée, mais bien seulement à des échelles très fines. Le noir a cette particularité qu’il peut être reproduit artificiellement – non sans engendrer certains coûts, bien entendu. Ainsi en est-il d’une personne fermant les volets de son habitation afin d’évider l’intrusion de la lumière générée par un lampadaire ou, du point de vue écologique, de la constitution de corridors noirs insérés dans une trame verte et bleue. Mais si l’on peut reproduire un noir « artificiellement », on ne peut reproduire le noir naturel, et donc le ciel étoilé. Il apparaît alors qu’une dépollution par reproduction artificielle ne permet pas un retour total aux bénéfices engendrés par le noir. Tout au plus la reproduction du ciel étoilé est-elle possible ultra localement par le biais de logiciels informatiques ou à l’intérieur des planétariums [CHALLEAT, 2011]

Chacune des thématiques – et donc chacun des acteurs porteur d’une de ces thématique – en présence dans le jeu de l’éclairage artificiel recouvre des territoires d’impacts différenciés, mais pouvant néanmoins se juxtaposer. Parmi elles, l’accessibilité au ciel étoilé est certainement la plus multiscalaire. La diminution de visibilité du ciel nocturne est en effet mesurable, à échelle fine, dès lors que l’œil humain est placé à proximité d’une source – même ponctuelle – de lumière artificielle. Cet impact géographiquement restreint s’étend, par le jeu de la formation des halos lumineux d’agglomération [CHALLEAT, 2010], à des territoires beaucoup plus vastes, qu’ils soient régionaux ou suprarégionaux [CINZANO et al.,2001].

Du point de vue écologique, il nous faut distinguer l’effet de la perturbation (réaction, visible ou non, des animaux en présence de la source de perturbation), qui est neutre car seulement constaté, et ses impacts (immédiats ou différés spatialement et temporellement) qui, eux, sont la résultante d’effets répétés [LE CORRE, 2009]. Si les effets et impacts taxonomiques de la lumière artificielle sont, géographiquement, relativement restreints puisque dépendant des habitats desdites espèces, les impacts écosystémiques de la lumière artificielle sont, eux, globalisés et temporellement dilatés [LONGCORE et RICH, 2004, CLERGEAU, 2007]. Surtout, les échelles spatiales et temporelles apparaissent interdépendantes. Nous pouvons rappeler ici quelques éléments liés à la lumière, dans ce continuum temporel et spatial entre effets et impacts : diminution du succès reproducteur, changement des caractéristiques des niches écologiques (distribution, abandon de niche, diminution de la capacité d’accueil), augmentation de la prédation chez certaines espèces, augmentation du stress, diminution du temps de prédation, du temps de repos, etc.

Pour le chercheur en médecine du sommeil, le problème de la lumière artificielle se pose à une toute autre échelle que pour l’astronome ou l’écologue. Il s’agit en effet, pour lui, d’étudier avant tout effets et impacts à l’échelle de l’individu. Tout au plus peut-il, à l’échelle d’une agglomération, analyser les intensités de codistributions spatiales entre l’éclairage public et les lieux de résidence de patients atteints de cancers du sein ou de la prostate [KLOOG et al., 2008, 2009, 2011]. Sur ce dernier point, les rares études existantes – parce qu’elles sont rares, justement, et donc appellent d’autres études contradictoires – ne permettent pas, « en l’état des connaissances scientifiques actuelles », de monter en généralité (« idéellement » mais aussi géographiquement) les études avançant des relations de causalité entre lumière artificielle et santé.

Ces différentes échelles d’impacts de la lumière artificielle se retrouvent, de facto, dans les argumentaires développés par chacun des acteurs, traduisant leurs échelles de perceptions. Les difficultés, voire les impossibilités dans l’articulation ou la coordination de ces différentes échelles rendent les terrains – au sens figuré comme au sens propre – de la négociation chaotiques. Pour autant, les différents acteurs en présence autour de l’éclairage artificiel jouent des différents espaces, emboités, dans lesquels se font sentir effets et impacts de la lumière.

Image 2. Mécanismes de montée et de descente en généralité, « mise en valeur » autoréférentielle de la nature et de tout un patrimoine. Tracte de la « Section Astro » de la MJC de Rambouillet. Archives personnelles de l’auteur.

Image 2. Mécanismes de montée et de descente en généralité, « mise en valeur » autoréférentielle de la nature et de tout un patrimoine. Tracte de la « Section Astro » de la MJC de Rambouillet. Archives personnelles de l’auteur.

Le mécanisme de monté en généralité est ainsi le premier allié des astronomes amateurs, qui leur permet de sortir leur argumentaire d’une défense d’intérêts sectoriels souvent très locaux. Ainsi, les aspects communs à l’Humanité des avantages tirés de la vision du ciel nocturne étoilés ont très vite été utilisés : il ne s’agissait plus de « sauver notre ciel », mais bien de « rendre le ciel nocturne à l’Humanité ». Plus encore, et à la suite de la saisie par les écologues de la thématique, rattacher aux effets de la lumière sur la visibilité du ciel nocturne les effets et impacts écologiques et environnementaux a permis aux astronomes de consolider cet argumentaire global et d’y adosser l’idée de l’intérêt supérieur de la sauvegarde du nocturne (image 2).

Il est des échelles à ne pas omettre dans l’analyse multiscalaire des impacts d’activités. Si la lumière artificielle émerge auprès de certains acteurs (les « impactés ») comme un altéragène, elle n’en reste pas moins un élément positif pour de nombreux autres (les « impactants »). Du fabriquant pensant la photométrie de ses luminaires à l’élu d’une grande agglomération s’engageant dans la mise ne place d’un Schéma Directeur d’Aménagement Lumière, du concepteur lumière cherchant à mettre en valeur la façade d’un bâtiment à la Commission Internationale de l’Éclairage édictant des recommandations qui seront peu ou prou suivies par de nombreux pays, chacun de ces acteurs construit sa propre échelle d’impact et, par la suite, son propre référentiel scalaire d’argumentation.

A suivre sur le blog de RENOIR…

La deuxième partie de ce billet : « De la conflictualité à la participation« .

Références bibliographiques

  • BARJONET P., GEZENTSVEY M. et MORES C., 2010, « Perception des risques et choix du mode de transport. Approche conceptuelle et modélisation prédictive », Flux, vol. 3, n° 81, p. 19-32.
  • CASTRO P., 2003, « Dialogues in social psychology – Or, how new are new ideas », in LÁSZLÓ J. et WAGNER W. (sous la dir. de.), Theories and controversies in societal psychology, Budapest, New Mandate, p. 32-54.
  • CHALLEAT S., 2009, « La pollution lumineuse : passer de la définition d’un problème à sa prise en compte technique », Éclairer la ville autrement – Innovations et expérimentations en éclairage public, DELEUIL J.-M. (sous la dir. de), Presses Polytechniques Universitaires Romandes, Lausanne, p. 182-197.
  • CHALLEAT S., 2010, « Sauver la Nuit »– Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, thèse de doctorat de géographie, soutenue le 13 octobre 2010 à l’Université de Bourgogne, sous la direction de LARCENEUX A.
  • CHALLEAT S., 2011, « La nuit, une nouvelle question pour la géographie », Bulletin de l’Association de Géographes Français, n°2, vol. 88, p. 183-196.
  • CHALLEAT S. et LARCENEUX A., 2011, « Pour une approche cognitive et multiscalaire des conflits environnementaux », 48e colloque de l’ASRDLF, 7-9 juillet 2011, Schœlcher, Martinique.
  • CINZANO P., FALCHI F. et ELVIDGE C.D., 2001, « The first World Atlas of the artificial night sky brightness », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, n° 328, p. 689-707.
  • CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain, Rennes, Apogée.
  • DAVIS S., MIRICK D.K. et STEVENS R.G., 2001, « Night shift work, light at night and the risk of breast cancer », Journal of the National Cancer Institute, n° 93, p. 1557-1562.
  • FRANK K.D., 1988, « Impact of outdoor lighting on moths: an assessment », Journal of the Lepidopterists’ Society, n° 42, p. 63-93.
  • KLOOG I., HAIM A., STEVENS R.G., BARCHANA M. et PORTNOV B.A., 2008, « Light at Night Co-distributes with Incident Breast but not Lung Cancer in the Female Population of Israel», Chronobiology International, n° 25, p. 65-81.
  • KLOOG I., HAIM A., STEVENS R.G. et PORTNOV B.A., 2009, « Gobal co-distribution of light at night (LAN) and cancers of prostate, colon, and lung in men », Chronobiology International, n° 26, p. 108-125.
  • KLOOG I., PORTNOV B.A., RENNERT H.S. et HAIM A., 2011, « Does the Modern Urbanized Sleeping Habitat Pose a Breast Cancer Risk ? », Chronobiology International, vol. 28, n° 1, p. 76-80.
  • LASZLO J. et WAGNER W., 2003, Theories and controversies in societal psychology, Budapest, New Mandate Publishing House.
  • LE CORRE N., 2009, Le dérangement de l’avifaune sur les sites naturels protégés de Bretagne : état des lieux, enjeux et réflexions autour d’un outil d’étude des interactions hommes/oiseaux, thèse de géographie, soutenue le 2 septembre 2009 à l’Université de Bretagne Occidentale, sous la direction de BRIGAND L.
  • LONGCORE T. et RICH C., 2004, « Ecological light pollution », Frontiers in Ecology and the Environment, vol. 2, n° 4, p. 191-198.
  • MCFARLANE R.W., 1963, « Disorientation of Loggerhead Hatchlings by Artificial Road Lighting », Copeia, vol. 1963, n° 1, p. 153.
  • MOSCOVICI S., 1984, « The phenomenon of social representations », in FARR R. et MOSCOVICI S. (sous la dir. de.), Social representations, Cambridge, Cambridge University Press, p. 3-69.
  • MOSSER S., 2005, « Les configurations lumineuses de la ville la nuit : quelle construction sociale ? », Espaces et sociétés, vol. 4, n°122, p. 167-186.
  • PAULEY S.M., 2004, « Lighting for the human circadian clock: recent research indicates that lighting has become a public health issue », Medical Hypotheses, vol. 63, n° 4, p. 588-596.
  • POLERE C., DECELLE S. et MOKHTARI A., 2004, Les représentations sociales des risques : Des rationalités multiples, Millénaires.
Disponible en ligne : http://www.millenaire3.com/uploads/tx_ressm3/syntheses _cprisques.pdf
  • RAYMOND P.W., 1984, The effects of beach restoration on marine turtle nesting in south Brevard County, Florida, University of Central Florida, Orlando.
  • STEVENS R.G., 2005, « Circadian disruption and breast cancer: from melatonin to clock genes », Epidemiology, vol. 16, n° 2, p. 254-258.
  • THERIAULT M., LANDRY R., ROUFFIGNAT J., LEVALLOIS P., CHIASSON C., TESSIER S., GIRARD M. et PREVIL C., 2000, « La perception des nuisances environnementales par les résidents de Portneuf », in LANDRY R. et LEVALLOIS P. (sous la dir. de), Agriculture intensive et écosystèmes régionaux, Du diagnostic aux interventions, Presses de l’Université Laval.
  • TORRE A., MELOT R., BOSSUET L., CADORET A., CARON A., DARLY S., JEANNEAUX P., KIRAT T. et PHAM H.V., 2010, « Comment évaluer et mesurer la conflictualité liée aux usages de l’espace ? Eléments de méthode et de repérage », VertigO – La revue en sciences de l’environnement, vol. 10, n° 1, p. 3. Article en ligne, dernière consultation le 11 août 2010 : http://vertigo.revues.org/9590
  • VERHEIJEN F.J., 1958, « The mechanisms of the trapping effect of artificial light sources upon animals », Archives Néerlandaises de Zoologie, n° 13, p. 1-107.
  • VERHEIJEN F.J., 1985, « Photopollution: artificial light optic spatial control systems fail to cope with. Incidents, causations, remedies », Journal of Experimental Biology, n° 44, p. 1-18.

Illustration “à la Une”  (NASA, 13 octobre 2014) : « Astronauts aboard the International Space Station took this photograph of Florida in October 2014. The peninsula is highly recognizable even at night, especially when looking roughly north, as our map-trained brains expect. Illuminated areas give a strong sense of the size of cities. The brightest continuous patch of lights is the Miami-Fort Lauderdale metropolitan area, the largest urban area in the southeastern U.S. and home to 5.6 million people. The next largest area is the Tampa Bay region (2.8 million people) on the Gulf Coast of the peninsula. Orlando, located in the middle, has a somewhat smaller footprint (2.3 million). A nearly straight line of cities runs nearly 560 kilometers (350 miles) along the Atlantic coast from Jacksonville, Florida, to Wilmington, North Carolina. South of Orlando, the center and southern portions of the peninsula are as dark as the Atlantic Ocean, vividly illustrating the almost population-free Everglades wetland. The lights of Cocoa Beach trace the curved lines of Cape Canaveral and the Kennedy Space Center, an area well known to astronauts. Dim lights of the Florida Keys extend the arc of the Atlantic coast to the corner of the image. The small cluster of lights far offshore is Freeport on Grand Bahama Island (image right). The faint blue areas throughout the image are clouds lit by moonlight.

Astronaut photograph ISS041-E-74232 was acquired on October 13, 2014, with a Nikon D3S digital camera using a 24 millimeter lens, and is provided by the ISS Crew Earth Observations Facility and the Earth Science and Remote Sensing Unit, Johnson Space Center. The image was taken by the Expedition 41 crew. It has been cropped and enhanced to improve contrast, and lens artifacts have been removed. The International Space Station Program supports the laboratory as part of the ISS National Lab to help astronauts take pictures of Earth that will be of the greatest value to scientists and the public, and to make those images freely available on the Internet. Additional images taken by astronauts and cosmonauts can be viewed at the NASA/JSC Gateway to Astronaut Photography of Earth. Caption by M. Justin Wilkinson, Jacobs at NASA-JSC. Instrument(s): ISS – Digital Camera. »

  1. En 1995, le Comité National de Protection du Ciel Nocturne (CNPCN), qui avait vu le jour en 1994 au sein de la Société Astronomique de France, édite une charte intitulée « Sauvons la nuit ! » – version actualisée de la « Charte pour la préservation de l’environnement nocturne » (1993) – qui stipule en son préambule que « [Les signataires] Constatent que depuis un milliard d’années, la vie sur Terre était réglée par l’alternance du jour et de la nuit. En quelques dizaines d’années, cet équilibre naturel a été rompu par la prolifération anarchique d’un éclairage urbain trop agressif et mal réparti. Il est donc urgent d’arrêter les nuisances qui en résultent […] ». []
  2. Nous faisons référence au titre du Chapitre III du Titre VIII du Livre V de la Partie législative de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement : « Prévention des nuisances lumineuses ». []
  3. Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement. Journal officiel de la République française, n° 0160, p. 12905. []
  4. Comme le soulignent THERIAULT et al. (2000), l’observation environnementale directe dans la perception plus ou moins grande d’une gêne est souvent à la base de l’alarme donnée par certains acteurs face à un problème nouveau, qu’il soit par la suite catégorisé en nuisance ou pollution. []
  5. La définition de l’environnement est un sujet piquant, a fortiori dans un article à la croisée des Sciences Humaines et Sociales et des Sciences de la Terre et de l’Univers. Néanmoins, la définition qu’en donne le Grand Dictionnaire Terminologique de l’Office Québécois de la Langue Française nous semble (ré)concilier adroitement ces différentes disciplines. L’environnement y est définit comme « ensemble dynamique et évolutif, constitué d’éléments physiques, chimiques, biologiques et de facteurs sociaux, dans lequel se développe tout organisme vivant et qui est susceptible d’avoir une influence directe ou indirecte sur celui-ci. » []
  6. Nous entendons, par biotope, un milieu physique spatialement délimité et de composition strictement définie, servant de support aux espèces constituant la biocénose. Pour la Commission spécialisée de terminologie et de néologie dans le domaine de l’environnement du Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL) : « aire géographique caractérisée par des conditions climatiques et physicochimiques homogènes permettant l’existence d’une faune et d’une flore spécifiques » (http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Vocabulaire_de_l_environnement.pdf). []
  7. Tel que défini par la Commission spécialisée de terminologie et de néologie dans le domaine de l’environnement du MEDDTL, « ensemble des êtres qui vivent dans les mêmes conditions de milieu, dans un espace donné » (http://www.developpement- durable.gouv.fr/IMG/pdf/Vocabulaire_de_l_environnement.pdf). L’addition du biotope et de la biocénose qu’il abrite constitue l’écosystème. []
  8. KLOOG et al. (2008, 2009, 2011) mettent ainsi en évidence une codistribution spatiale entre les cas de cancer du sein, notamment, et les niveaux d’éclairement par l’éclairage public. []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *