La mise en débats des territoires de la lumière [deuxième partie]

Il s’agit de la suite du billet « La mise en débats des territoires de la lumière [première partie]« .

Pour citer ce billet : Challéat S., « La mise en débats des territoires de la lumière [deuxième partie] », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 12 novembre 2014. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/838 (consulté le …)

Abstract

The call to « Save the night! » sums up the whole issue of an emerging perception of artificial light seen as a source of damage. Launched in 1995, essentially by actors from the astronomical community, both amateur and professional, seeking to alert citizens and policymakers to a new form of pollution, this appeal has since been taken up by ecologists and doctors with the development of a new field of scientific knowledge concerning the effects and impact of artificial light on the environment and health. However, the resulting knowledge – be it informal or scientific, non-specialized or expert – has for several years now given rise to heated conflicts between these new actors and others, more institutional and historically well rooted, both nationally and internationally, in the domain of lighting. We show here how, cognitively, the problem of light pollution was built up, and how the divergence in scale between the actors’ points of reference – cultural and territorial – remains the basis of a conflict arising from contradictory uses of night. But emerging patterns of participation are having some effect, both on decision-making in lighting as well as on the actors themselves. Thus we can note changes in discourse and in the evolution of knowledge and of skills, effects on decision-making processes, but also – most importantly – a cultural evolution highlighting the positivity of night.

2. De la conflictualité à la participation

2.1 Des dissonances d’échelles idéelles et territoriales menant à des conflits difficilement solubles

La conflictualité constatée entre acteurs intéressés de près ou de loin par les problématiques de fabrique des territoires de la lumière s’articule autour des usages de la nuit, du noir ; usages qui, en l’état actuel des choses, apparaissent contradictoires. Permettons-nous une digression, afin d’illustrer par un exemple symptomatique les deux visions radicalement différentes de « l’utilité de la nuit » qui s’affrontent régulièrement : revenons sur le cri d’alarme « sauvons la nuit ! ». Si nous avons vu sa signification lorsqu’il est lancé par les astronomes, les écologues ou les médecins, il est intéressant de noter qu’un autre groupe d’acteurs a lancé, récemment, un appel similaire mais porteur d’un tout autre message : dans une pétition intitulée « Paris : quand la nuit meurt en silence »1, ce qu’il est convenue de nommer « le monde de la nuit » appel à « sauver les nuits parisiennes »… Mais « sauver les nuits parisiennes » signifie sauver « la vie nocturne », souvent demandeuse, pour son développement, de lumière artificielle. À première vue, l’amélioration de la nuit des uns entrainerait donc inéluctablement la détérioration de la nuit des autres. Nous le voyons, l’acceptabilité des décisions et des normes, priorité du droit de l’environnement dans la conciliation d’intérêts par définition antinomiques [ROMI, 2010], se heurte donc bien aux référents culturels développés par chacune des parties en présence, et doit également faire face aux différentes échelles, spatiales comme temporelles, impactées par l’activité polluante (positivement ou négativement), puis mobilisées – dans de subtils jeux de montées ou descentes en généralité – par les différents acteurs.

La question de l’utilisation d’une ressource – la nuit –, d’un bien a priori commun exposé à des externalités procédant d’usages rivaux, comme l’est le nocturne, est donc bien au cœur des conflits d’usage. Souvent, des intérêts individuels et donc conflictuels s’opposent à l’intérêt général lié à l’existence de la ressource ou du bien en commun. Mais il est à noter que, dans le cas de la pollution lumineuse, le paradigme a tendance à être renversé, pour causes d’ancrage socioculturel fort de la dualité lumière/obscurité et de manque ou de dissymétrie d’informations quant aux impacts négatifs de l’éclairage artificiel. Ainsi, l’intérêt général voit comme apport – comme bien – la lumière plus que le nocturne, et ce sont alors « les intérêts de quelques astronomes amateurs » qui apparaissent comme les intérêts individuels conflictuels.

Considérer la lumière artificielle non plus comme exclusivement porteuse de positivité ne va ainsi pas de soi, et certains acteurs refusent de voir en elle une pollution à part entière. La principale opposition institutionnelle à l’argumentaire et aux propositions faites aujourd’hui par l’ANPCEN reste l’Association Française d’Éclairage, qui voit dans les actions menées par les défenseurs du nocturne une remise en cause de son expertise. L’analyse des argumentaires de l’AFE révèle cette position consistant à ne pas véritablement prendre au sérieux les arguments avancés par l’ANPCEN (« À ce jour, aucune incidence supposée sur l’écosystème n’a été démontrée » [AFE, 2010]), et encore moins les propositions faites par cette association depuis maintenant plusieurs années quant à la réduction des niveaux d’éclairement, du coefficient d’uniformité, du défilement des optiques des luminaires, etc. Cette forme de négation de la pollution lumineuse est également récurrente chez les concepteurs lumière, acteurs institutionnels de choix pour les élus voulant repenser l’éclairage de leurs territoires. Roger Narboni affirme ainsi dans une récente interview (2011) pour la revue Urbanisme :

« On essaye de faire comprendre aux citadins lambda que s’il y a de la pollution lumineuse dans nos ville, c’est d’abord parce qu’il y a de la pollution. Parce que la lumière, c’est immatériel, cela ne se voit que dans la matière ou les éléments en suspension. Dans les ciels d’une limpidité totale, ou dans la stratosphère, il n’y a pas de pollution lumineuse. La lumière passe, c’est pourquoi on peut voir les étoiles. (…) Reste une vraie question sur la faune et la flore. Les éclairages actuels ne les mettent jamais en danger. (…) En ville, des tas d’espèces se sont adaptées à l’éclairage urbain, elles adorent ça. » [NARBONI, 2011]

Outre le fait d’entrer dans un périlleux – mais non moins intéressant – débat d’éthique environnementale, et plus particulièrement animale, en accordant la capacité d’adoration aux animaux, les mots de Narboni montrent – bien plus qu’une méconnaissance physique de la problématique, qui malheureusement ne surprend pas à l’heure où la culture scientifique peine à trouver une réelle place sociétale – une volonté de déplacer le problème de la pollution lumineuse vers celui de la pollution atmosphérique. Rappelons-le, les mécanismes physiques de diffusion, diffraction et réflexion de la lumière se produisent avant tout par le biais d’aérosols naturellement et vitalement présents dans l’atmosphère comme les microgouttelettes d’eau, les poussières naturelles qui seront noyaux de condensation, etc. Les plus grandes variations observées dans l’intensité de la diffusion atmosphérique sont ainsi bien dues aux variations hygrométriques de l’air, et les grands télescopes vont chercher, dans le désert d’Atacama par exemple, non pas spécialement un air dénué de pollution d’origine anthropique, mais avant tout un climat hyperaride qui atténue la diffusion atmosphérique et permet une couverture nuageuse minimale au cours de l’année. Quand bien même aucun mécanisme de diffusion n’entrerait en jeu (situation théorique dès lors que l’on accepte que la Terre est enveloppée d’une atmosphère), les impacts faunistiques et sanitaires s’il en est resteraient inchangés : la lumière conserve ses propriétés physiques (intensité, longueur d’onde, etc.) dans le vide.

L’AFE, ainsi que d’autres acteurs (fabricants de luminaires, organismes de promotion de l’éclairage – AFE, CIE (Commission Internationale de l’Éclairage) –, concepteurs lumière, etc.) sont donc parties prenantes dans le conflit qui les oppose depuis plusieurs années aux associations dites « de défense du ciel et de l’environnement nocturne ». Une des première clés dans l’analyse des conflits environnementaux est bien ce déphasage cognitif entre des acteurs percevant une nuisance ou une pollution – car affectant directement leurs activités, ou par le biais d’une connaissance liée à leurs activités professionnelles – et acteurs produisant l’élément (physique, chimique, énergétique) nuisible ou polluant. Différentes perceptions, donc, d’une activité ou d’un objet porteur initialement d’une positivité aux ascendances divines (référents théologiques, référents du progrès scientifique et technique), mais également différents territoires de manifestation des impacts, et donc différents territoires d’argumentation (graphique 1) quand, depuis quelques années, ces deux grands groupes d’acteurs s’opposent dans des conflits récurrents.

Graphique 1. Différentes plages idéelles, différentes plages territoriales : la difficile concordance des terrains de négociations environnementales dans le jeu de l’éclairage artificiel (graphique conceptuel). Graphique de l’auteur.

Graphique 1. Différentes plages idéelles, différentes plages territoriales : la difficile concordance des terrains de négociations environnementales dans le jeu de l’éclairage artificiel (graphique conceptuel). Graphique de l’auteur.

L’étude des nuisances et pollutions se rapproche ici – et quasi « naturellement » – de celle des risques [KAUFMAN, 2009 ; BARJONET et al., 2010 ; THERIAULT et al., 2000]. Les problèmes de fabrique et de perception de l’information (définitions des termes, unités de mesures à employer, quantifications des effets et impacts) sont un frein à la formation consensuelle d’un « monde commun » (se construisant avant tout par un langage commun), condition sine qua non pour une gouvernance élargie. Ainsi, selon OMNES (2009), « Du savoir profane au savoir scientifique établi, vérifié, diffusé, le cheminement est long, complexe et temporellement décalé d’un pays à l’autre, d’un secteur à l’autre, d’un risque à l’autre. » Dans le cadre de négociations environnementales, la dissymétrie d’accès à l’information, dans sa matérialité ou dans sa compréhension, participe de la diminution – voire la perte – des capacités d’argumentation et donc d’action [OMNES, 2009]. Les difficultés rencontrées actuellement par les différents acteurs des négociations pour la construction du décret d’application de la loi Grenelle 2 et pour la normalisation de l’éclairage public sont en cela exemplaires2. L’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN), partie prenante dans la commission AFNOR (Association Française de NORmalisation), indique ainsi, dans un communiqué de presse daté du 15 juin 2001, que «cette norme expérimentale va à l’encontre des préconisations de scientifiques, et de références internationales pour limiter les nuisances lumineuses atmosphériques, utilisées partiellement. Elle pourrait même inciter à l’objectif inverse recherché… Paradoxale, la méthode retenue part du principe d’un éclairage « minimal à maintenir » et non « maximal à ne pas dépasser » pour limiter les nuisances lumineuses. » La réponse de l’AFE ne se fait pas attendre qui, au-delà des réponses relatives à la question de la normalisation elle-même, s’en prend aux savoirs ainsi qu’aux savoir-faire même de l’association environnementale, souvent en les niant ou – comme nous l’avons déjà vu – en déplaçant les problèmes vers d’autres terrains sur lesquels l’AFE ne revêt pas de rôle d’arbitre et ne saurait donc être le seul acteur mis en cause :

« Lorsque l’information ne permet pas de convaincre et d’influencer le citoyen dans le sens désiré, certains groupes de pression n’hésitent pas à promouvoir des campagnes de désinformation accumulant sans scrupules des contre vérités, des erreurs techniques indétectables par des non spécialistes, en s’appuyant sur les domaines sensibles du moment (environnement et énergie). (…)
En s’octroyant plus récemment un complément de responsabilité pour « protéger » l’environnement nocturne3, l’ANPCN devenue ANPCEN peut ainsi élargir le champ de sa lutte contre les lumières nocturnes et principalement les éclairages publics, qu’elle rend responsable simultanément de toutes les nuisances qui affecteraient l’homme, le monde animal et végétal, sans oublier d’hypothétiques gaspillages énergétiques généralisés. (…)
Qu’importe la médiocrité si elle est médiatisée… L’ANPCEN inonde les décideurs des villes et des villages de documents fallacieux. Elle se substitue à l’administration centrale à travers des cahiers de prescriptions, de présentation trompeuse pour les élus. Elle émet des statistiques n’ayant aucune valeur significative, elle attribue aux villes et villages un label « étoilé » d’autant plus performant que les éclairages sont inefficaces voire supprimés. (…)
Ce qu’ils refusent d’admettre, c’est que si les éclairagistes sont parfaitement capables de maîtriser la lumière directe émise par les luminaires dans cette nappe, ils n’ont aucun moyen dans la pratique de contrôler les directions prises par les flux lumineux qui sont réfléchis par les surfaces légitimement éclairées et qui sont le plus souvent plus importants que les flux directs. » [AFE, 2011]

Déplacement du problème, technicisation des échanges… Le monde de l’éclairagisme serait-il de ces « professions incapacitantes » telles que les définissait ILLICH4 ou telles que les reprenait GORZ5 lorsqu’il soulevait le problème d’une certaine « expertocratie » [GORZ, 1992] dans les jeux d’écologie politique en rappelant que

« la motivation profonde [du mouvement écologique] est toujours de défendre le « monde vécu » contre le règne des experts, contre la quantification et l’évaluation monétaire, contre la substitution de rapports marchands, de clientèle, de dépendance à la capacité d’autonomie et d’autodétermination des individus. » [GORZ, 1992]

Territorialement parlant, la construction spatiale du dommage se constitue indépendamment de toute référence à des avantages qui pourraient être associés ou produire ces dommages. Les deux mondes sont séparés, ils ne communiquent pas et appartiennent à des univers mentaux disjoints. La question spatiale accroît donc les disjonctions entre acteurs : les territoires qui les concernent respectivement ne coïncident pas. Cet écart territorial interdit de rapporter avantages et coûts sur une base spatiale déterminée qui permettrait de conduire à un arbitrage ou à des compromis. Dès lors convenir des processus possibles de négociations (on ne parle même pas du graphique « coûts/avantages » qu’apprécient les économistes, censé amener à trouver « l’état Pareto-optimal ») entre des groupes sociaux antagonistes relève de la gageure [CHALLEAT et LARCENEUX, 2011]. Pourtant, et après des années de défiance mutuelle, le dialogue semble s’installer entre acteurs associatifs d’une part, et acteurs institutionnels de l’éclairage d’autre part, et ce sous la contrainte des économies (budgétaires et d’énergies) recherchée par les collectivités territoriales.

2.2 Les économies budgétaires et d’énergies comme porte d’entrée dans la négociation

Il ressort de tous les entretiens menés auprès d’élus, de services techniques, de syndicats d’énergies et d’associatifs engagés dans la protection du nocturne, qu’aujourd’hui, le facteur premier d’évolution des choix et comportements liés à l’éclairage est bien l’économie budgétaire réalisable [CHALLEAT, 2010]. L’éclairage public représentait en 2005, selon l’ADEME, le premier poste de consommation d’électricité des communes, avec une moyenne nationale de 47 % et, budgétairement, 37 % de la dépense communale d’électricité. L’éclairage public représente donc un poste budgétaire important pour une commune, et ce quelle que soit sa taille. Aussi, dans un contexte économique difficile pour les collectivités territoriales (suppression de la taxe professionnelle, compétences s’élargissant, etc.), toute solution technique permettant des économies à court terme est étudiée sérieusement par les élus.

Dans un tel contexte, les associations environnementales se sont « naturellement » et très tôt rapprochées des décideurs locaux en matière d’éclairage, à savoir les élus bien sûr, mais également les syndicats intercommunaux d’énergies qui, souvent, gèrent pour les élus la compétence « éclairage public » des communes. Paul Blu, président de l’ANPCEN (alors ANPCN), notait ainsi, en 2006, avec surprise – mais non sans une certaine méfiance, désormais dissipée – cette évolution qui, parfois, se fait avec une intensité inattendue :

« C’est la première fois que je rencontre des responsables [de syndicat] aussi convaincus de réduire la pollution lumineuse. Leurs préoccupations sont en priorité les économies d’énergie et la protection de l’environnement. Les difficultés rencontrées par les astronomes ne sont pas dans leurs objectifs. Ils s’y intéressent dans la mesure où ils peuvent en bénéficier parallèlement. […] On m’a indiqué qu’il n’était pas impossible que les mesures prises aillent au-delà des recommandations de l’ANPCN. Les syndicats deviendraient-ils des concurrents ??? » (Paul Blu, président de l’ANPCEN, sur la liste de diffusion via l’Internet « Ciel Noir », 31 octobre 2006)

2.3 Les effets de la mobilisation

Le travail de l’ANPCEN, malgré un visage conflictuel effectif, vise à installer les conditions d’un dialogue avec les acteurs institutionnels de l’éclairage artificiel : l’association cherche, par ses actions et publications, à montrer d’une part qu’elle peut être un interlocuteur valable en termes de connaissance de son champ d’actions et de compétences techniques dans l’éclairage et, d’autre part, qu’elle est fortement demandeuse d’une participation active à toute forme d’amélioration de l’éclairage. L’exit – pour reprendre l’approche « hirschmanienne » des conflits [HIRSCHMAN, 1970 ; HIRSCHMAN, 1995], – n’étant pas possible pour la pratique d’une activité de loisir, et les enjeux dépassant cette seule activité, l’engagement dans le processus conflictuel est très rapidement devenu la seule opportunité de prise de parole pour des acteurs s’étant souvent sentis – jusqu’à leur meilleure considération durant et à la suite le Grenelle de l’Environnement – négligés par les structures de gouvernance ou les arbitrages rendus autour de l’éclairage. Ainsi l’ANPCEN cherche-t-elle inlassablement le contact avec les acteurs institutionnels, soit autour d’actions, soit dans des espaces de dialogues. La participation à proprement parler n’est alors pas encore présente, mais ces rapprochements, quasi géographiques (prise de contact sur le terrain, dans les colloques ou salons d’éclairagisme par exemple), construisent ce que nous pouvons appeler une «proto-participation», infusion des idées qui, à terme, peut mener à de réelles concertations autour de la fabrique des territoires de la lumière. Parmi ces initiatives participatives, citons par exemple le travail mené de concert avec les associations environnementales par le syndicat d’énergies du département de Saône-et-Loire [CHALLEAT, 2010], ou encore celui porté actuellement par le syndicat d’énergies du Jura qui entend réduire les nuisances et pollutions lumineuses via une charte départementale6.

C’est donc bien avant tout par des rapprochements locaux qu’ont été mises en place les premières formes de participation des nouveaux acteurs associatifs aux processus décisionnels. Ici, une véritable appropriation par les associations environnementales – au premier rang desquelles se trouve l’ANPCEN – de l’offre de participation est à souligner. De rencontres avec les élus en conférences grand public organisées par certaines municipalités, le champ de la participation de l’ANPCEN au débat décisionnel s’est lentement déplacé vers le territoire national par le biais d’offres de la part d’acteurs plus institutionnels de l’éclairage. La présence de leurs représentants dans des conférences durant des salons professionnels (LumiVille par exemple), des événements autour de l’éclairage (Fête des Lumières à Lyon) ou encore des tables rondes organisées par des regroupements de professionnels, de chercheurs et d’élus7 est ainsi de plus en plus fréquente. Nous pensons pouvoir voir à travers ces échanges accrus le fait qu’une forme d’expertise est peu à peu accordée à ces nouveaux venus qui, très rapidement, on su passer de la seule contestation à l’analyse et à la proposition. Car c’est bien là l’un des principaux effets de la mobilisation de ces nouveaux acteurs et de leur confrontation avec les élus et professionnels de l’éclairage : une rétroaction forte sur leur façon d’être, leurs modes de faire et sur la fabrique de leur savoir-faire.

Les changements dans l’être de l’association se manifesteront par un changement de nom : historiquement, c’est en 1998 qu’apparaît l’Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne (ANPCN). Les tentatives d’élargissement de son argumentaire au début des années 2000 ne lui suffisent pas pour être entendue sur les impacts négatifs de l’éclairage artificiel autres que la dégradation de la qualité du ciel nocturne. Aussi, dans le courant de l’année 2006, l’ANPCN entreprend un changement d’image important, via un changement de nom, visant à faire entrer explicitement l’environnement nocturne en général dans son champ d’action. Très vite, cette évolution apparaîtra également comme un droit d’accès aux négociations du Grenelle de l’Environnement qui sera lancé en 2007 par le gouvernement d’alors. En 2006, l’ANPCN devient donc ANPCEN, pour « Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes ». Paul Blu, alors président de l’ANPCN, dans l’éditorial du bulletin SOS (Save Our Sky – Sauver Notre Ciel) d’avril, mai et juin 2006 – intitulé Évolution de l’association – écrit ainsi :

« Notre insistance à mettre en évidence la pollution lumineuse comme cause directe d’un gaspillage d’énergie (aux dépens du contribuable), et portant gravement atteinte aux écosystèmes nocturnes par le manque croissant d’alternance jour/nuit, n’est pas suffisante. Si le grand public l’admet sans difficulté, nos détracteurs habituels n’hésitent pas à nous coller l’image d’un groupe particulier, les astronomes, se battant pour préserver leur loisir. (…)Nous devons cesser de prêter le flanc au rejet de nos arguments provoqué par un nom qui met d’abord en évidence la protection du ciel nocturne. Pour y parvenir nous devons modifier le nom de l’association et lui donner une connotation environnementale. Je vais proposer à la prochaine assemblée générale d’en décider en modifiant le nom dans ce sens. Ce pourrait être AFPEN (Association Française pour la Protection de l’Environnement Nocturne) ou ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes). »

En aval du Grenelle de l’Environnement, faire et savoir-faire évoluent vers une structuration plus forte permettant à l’association de mieux répondre aux nouvelles exigences appelées par l’envergure désormais nationale de ses actions :

« Nous devrons de plus en plus aller vers une maîtrise d’ouvrage et laisser une partie de l’exécution à des intervenants extérieurs pour permettre aux responsables de l’association d’assurer le fonctionnement en étant moins les acteurs et plus les metteurs en scène. C’est une évolution qu’il va falloir envisager ainsi que l’emploi de chargés de mission auxquels il sera confié l’organisation et le suivi d’actions précises définies dans une convention. » [ANPCEN, 2010].

Plus significativement encore, le changement de présidence opéré en octobre 2011 place à la tête de l’ANPCEN Anne-Marie Ducroux, initiatrice en 2005 (et présidente jusqu’en 2008) du Conseil National du Développement Durable (CNDD) auprès du Premier Ministre, et actuellement présidente de la section de l’environnement du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), troisième Assemblée Constitutionnelle de France. Le changement d’échelle qui fait suite au Grenelle de l’Environnement, mixe de volonté et d’obligation, est ainsi prégnant.

Enfin, au sein même de l’Association Française de l’Éclairage, toutes les positions ne sont plus aussi radicales que celles relevées ci-avant. Bernard Duval, délégué général de l’AFE, nous confiait ainsi lors d’un entretien informel, au cours des rencontres « Réinventer les lumières de la ville »8 et à propos des débats autour de la normalisation de l’éclairage public, que la prise en considération de l’environnement nocturne dans sa globalité n’était effectivement pas assez forte dans les textes d’application du Grenelle, mais que les lignes n’étaient pas figées et continueraient à bouger, dès lors que des indicateurs cohérents sur ce point seraient mis en place par les écologues.

Conclusion

Les modes de perceptions des objets de dommages ne sont pas choses établies « une fois pour toutes », que l’on se place du point de vue individuel ou sociétal. Le XVIIe siècle a ainsi vu l’Homme apprendre à ne plus penser les phénomènes et mécanismes comme de « simples » causes d’une finalité préétablie par le divin, apprendre donc à renverser la flèche de la causalité pour ne plus affirmer le pourquoi avant tout, mais bien déduire le parce que de l’observation, et entrer par là-même dans la démarche scientifique hypothético-déductive. Ce renversement des modes explicatifs a radicalement changé les perceptions de la nature environnante, et notamment celles des événements catastrophiques jusqu’ici vécus – car perçus – comme des fatalités. L’étude des risques et, d’une façon plus générale, des dommages émerge, qui permet de penser négativement certains objets, certaines actions humaines. Pourtant, l’idée d’une science alimentant un progrès technologique constant permettant de contrecarrer, à plus ou moins long terme, toutes les actions de l’homme sur son environnement constituera, à partir du XIXe siècle, la base d’une nouvelle divinité.

C’est ainsi que, dès son apparition, l’éclairage artificiel des villes par les becs de gaz puis l’électricité sera porteur de cet imaginaire de progrès quasi divin : « la fée électricité » apporte sécurité et esthétisme urbain, là où elle permet également ce que Thierry Paquot nommera une colonisation de la nuit, en dérégulant les horaires de travail et en permettant ainsi un gain de temps de production non négligeable. Aujourd’hui encore, ce triptyque sécurité-esthétisme-productivité accompagne les usages de la lumière artificielle dans tout projet d’aménagement. Comment alors en arriver à parler d’elle comme d’une nuisance, comme d’une pollution ? L’idée de seuil semble devoir ici être employée en suivant Hicham-Stéphane Afeissa, pour qui

« l’étonnant est que, à une certaine échelle, même la logique du succès finisse par s’invertir et les effets attendus par devenir eux-mêmes pervers, sans que les finalités de l’action ou les motivations des acteurs puissent pour autant être incriminées, parce que le problème se situe à un autre niveau – celui des moyens techniques que nous utilisons, dont les effets cumulés à long terme sont devenus aussi imprévisibles que le sont les résultats de l’action collective ordinaire des hommes en société. » [AFEISSA, 2009]

Suivant cette logique, l’éclairage artificiel, perçu comme enchantement de la ville depuis son apparition a, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, rapidement laissé place à un sentiment d’uniformisation des espaces urbains,

« comme si, à force d’éclairer contre la nuit de la ville, on avait éclairé à la fois contre la nuit, et contre la ville. » [DELEUIL, 2009]

Mais comme nous l’avons vu, la lumière artificielle n’est pas que plus-value, bénéfices : des coûts lui sont attribués, qu’il convient de ne pas occulter. Les astronomes se sont saisis d’un nouveau bien environnemental, le « ciel étoilé », pour le défendre face à la lumière artificielle, construisant ainsi la perception d’une nouvelle nuisance affectant sa vision. Les écologues ont par la suite mis en avant les coûts environnementaux de l’éclairage, montrant que les écosystèmes sont eux aussi fortement perturbés par la lumière artificielle. Enfin, la recherche médicale montre que l’alternance naturelle du jour et de la nuit est le principal marqueur exogène des rythmes circadiens de l’Homme. Ici, les scientifiques construisent un champ de savoir nouveau, celui de la lumière comme polluant.

Les acteurs associatifs de défense du nocturne, partis originellement d’une lutte se rapprochant de la défense d’un pré carré, après avoir fait naître de l’idéel autour de la nuisance perçue, vont s’appuyer sur le matériel produit par les scientifiques (et éventuellement le législateur, qui leur fourni un « matériel » spécifique au travers de la jurisprudence) pour élargir leur argumentaire et amplifier leur action. Ce faisant, ils bâtissent – pierre après pierre, argument après argument – l’édifice du dommage et le publicisent auprès du plus grand nombre en d’incessants allers-retours entre chacune des pierres et l’édifice dans sa globalité.

À ce dommage en construction sociétale s’opposent des acteurs dont les référents culturels, la non connaissance des arguments du dommage ou encore les intérêts personnels (professionnels de l’éclairage) ou politiques leur inflige une cécité complexe et souvent entretenue face aux coûts de la nuisance ou pollution, les amenant à une surestimation des bénéfices tirés de l’activité nuisible ou polluante. Différentes perceptions, donc, d’une activité ou d’un objet porteur initialement d’une positivité aux ascendances divines (référents théologiques, référents du progrès scientifique et technique), mais également différents territoires de manifestation des impacts, et donc différents territoires d’argumentation quand, depuis quelques années, ces deux grands groupes d’acteurs s’opposent dans des conflits récurrents. La détermination préalable des valeurs d’une société donnée, dans le temps et l’espace, est donc nécessaire à la définition des dommages et des risques. La démarche de Luc Boltanski et Laurent Thévenot [BOLTANSKI et THEVENOT, 1991], cherchant à délimiter des « Mondes » et leur justification, était ainsi pertinente.

Pour autant, si les déphasages cognitifs et scalaires entre acteurs rendent difficile l’application de solutions économiques comme les mécanismes de compensations monétaires par exemple, la mobilisation des associations environnementales – au premier rang desquelles se trouve l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes – n’est pas sans effet, tant sur la fabrique de la décision en matière d’éclairage que sur les acteurs eux-mêmes. Évolutions de la manière de dire, évolution du savoir, du savoir-faire, effets sur les processus décisionnels, mais aussi – et peut-être surtout – évolution culturelle. C’est en effet tout un paradigme qui se trouve renversé en sortant la nuit des ténèbres dans lesquelles la pensée commune l’avait enfermée, en montrant sa positivité culturelle, environnementale et sanitaire. Ce changement de perspective appelle nécessairement la mise en débat de la place à (re)donner à la « nocturnité » [CHALLEAT, 2010 ; GALINIER et al., 2010] dans les territoires.

Références bibliographiques

  • AFE, 2010, « Éclairage public, Réponses à 40 questions trop souvent dévoyées ». Lux, la revue de l’éclairage. Tiré à part.
  • AFE, 2011, «Polémiques sur la norme expérimentale AFNOR «Nuisances lumineuses», Quand l’outrance nuit à la vérité », Le « Point de vue de l’AFE », n° 13, p. 1-5.
  • AFEISSA H.-S., 2009, Qu’est-ce que l’écologie ?, Paris, Vrin.
  • ANPCEN, 2010, « Une évolution nécessaire », éditorial de BLU P., SOS Save Our Sky – Sauver notre ciel, Bulletin de l’ANPCEN, n° 42, p. 3.
  • BARJONET P., GEZENTSVEY M. et MORES C., 2010, « Perception des risques et choix du mode de transport. Approche conceptuelle et modélisation prédictive », Flux, vol. 3, n° 81, p. 19-32.
  • BOLTANSKI L. et THEVENOT L., 1991, De la justification, Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.
  • CHALLEAT S., 2010, « Sauver la Nuit »– Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, thèse de doctorat de géographie, soutenue le 13 octobre 2010 à l’Université de Bourgogne, sous la direction de LARCENEUX A.
  • CHALLEAT S. et LARCENEUX A., 2011, « Pour une approche cognitive et multiscalaire des conflits environnementaux », 48e colloque de l’ASRDLF, 7-9 juillet 2011, Schœlcher, Martinique.
  • DELEUIL J.-M. (sous la dir. de), 2009, Éclairer la ville autrement, innovations et expérimentations en éclairage public, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.
  • GALINIER J., MONOD BECQUELIN A., BORDIN G., FONTAINE L., FOURMAUX F., ROULET PONCE J., SALZARULO P., SIMONNOT P, THERRIEN M. et ZILLI I., 2010, « Anthropology of the Night – Cross-Disciplinary Investigations », Current Anthropology, vol. 51, n° 6, p. 819-847.
  • GORZ A., 1992, « L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation », Actuel Marx, n° 12, « L’écologie, ce matérialisme historique », PUF, Paris. Repris dans GORZ A., 2008, Ecologica, Galilée Débats, Paris, p. 43-69.
  • HIRSCHMAN A.O., 1970, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to decline in firms, organizations, and states.
  • Éditions Harvard University Press.
HIRSCHMAN A.O., 1995, Défection et prise de parole. Paris, éditions Fayard.
  • ILLICH I., 1975, Némésis médical, Le Seuil, Paris.
  • ILLICH I., 1977, Le chômage créateur, Le Seuil, Paris.
  • ILLICH I., 1981, Le Travail fantôme, Le Seuil, Paris.
  • KAUFMAN S, 2009, « Perception et communication des risques dans le cadre de décisions publiques et Environnementales », Négociations, vol. 1, n° 11, p. 159-183.
  • NARBONI R. (interview de, par PAQUOT T.), 2011, in « L’invité Roger Narboni », Revue Urbanisme, n° 380, p. 77-84.
  • OMNES C., 2009, « De la perception du risque professionnel aux pratiques de prévention : la construction d’un risque acceptable », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 56-1, p. 61-82.
  • ROMI R., 2010, Droit de l’environnement, 7e édition, Montchrestien Lextenso, Paris.
  • THERIAULT M., LANDRY R., ROUFFIGNAT J., LEVALLOIS P., CHIASSON C., TESSIER S., GIRARD M. et PREVIL C., 2000, « La perception des nuisances environnementales par les résidents de Portneuf », in LANDRY R. et LEVALLOIS P. (sous la dir. de), Agriculture intensive et écosystèmes régionaux, Du diagnostic aux interventions, Presses de l’Université Laval.

Illustration « à la Une » (NASA, 28 avril 2010) : « The brightly lit metropolitan areas of Torino (Italy), Lyon, and Marseille (both in France) stand out amidst numerous smaller urban areas in this dramatic astronaut photograph. The image captures the nighttime appearance of the France-Italy border. The southwestern end of the Alps Mountains separates the two countries. The island of Corsica is visible in the Ligurian Sea to the south (image top). The full moon reflects brightly on the water surface and also illuminates the tops of low patchy clouds over the border (image center). This image was taken by an International Space Station (ISS) astronaut at approximately 11:55 p.m. local time, when the ISS was located over the France-Belgium border near Luxembourg. Astronauts orbiting the Earth frequently collect images that include sunglint, or the mirror-like reflection of sunlight off a water surface. Sunglint typically lends a bright, or washed out appearance to the water surface. In clear-sky conditions, reflected light from the Moon can produce the same effect (moonglint), as illustrated in this astronaut photograph. The astronaut observer was looking towards the southeast at an oblique viewing angle at the time the image was taken; in other words, looking outwards from the ISS, not straight down towards the Earth.

Astronaut photograph ISS023-E-29061 was acquired on April 28, 2010, with a Nikon D3 digital camera, and is provided by the ISS Crew Earth Observations experiment and Image Science & Analysis Laboratory, Johnson Space Center. The image was taken by the Expedition 23 crew. The image in this article has been cropped and enhanced to improve contrast. Lens artifacts have been removed. The International Space Station Program supports the laboratory as part of the ISS National Lab to help astronauts take pictures of Earth that will be of the greatest value to scientists and the public, and to make those images freely available on the Internet. Additional images taken by astronauts and cosmonauts can be viewed at the NASA/JSC Gateway to Astronaut Photography of Earth.Caption by William L. Stefanov, NASA-JSC. Instrument(s): ISS – Digital Camera. »

  1. http://www.quandlanuitmeurtensilence.com/ []
  2. Nous faisons ici références aux débats en cours autour de la norme expérimentale AFNOR XP X90-013, intitulée « Nuisances lumineuses extérieures – Méthodes de calcul et de contrôle », publiée fin mars 2011 dans le sillage des articles 41 et 173 des lois dites « Grenelle de l’environnement ». []
  3. Rappelons que le sigle « ANPCEN » signifie non pas « Association Nationale de Protection… » mais bien « Association Nationale pour la Protection… », au sens de « demandant la protection de… ». Par là, elle ne se charge donc pas d’appliquer elle- même, en lieu et place des décideurs, la protection, mais espère peser dans les mécanismes décisionnels afin de faire accepter aux décideurs et autres acteurs de l’éclairage l’idée d’une protection qu’eux-mêmes mettront en œuvre. Elle se charge donc de faire protéger ; ce qui, en termes d’analyse des mécanismes participatifs revêt une toute autre dimension toute autre. []
  4. Que ce soit dans Némésis médical [ILLICH, 1975], Le Chômage créateur [ILLICH, 1977] ou Le Travail fantôme [ILLICH, 1981]. []
  5. « Le même genre de mise en tutelle s’opère de manière plus diffuse dans tous les domaines où la professionnalisation – et la formalisation juridique, la spécialisation qu’elle entraine – discrédite les savoirs vernaculaires et détruit la capacité des individus à se prendre en charge eux-mêmes. Ces sont là les « professions incapacitantes » (disabling professions) qu’Ivan Illich a dénoncées. » [GORZ, 1992]. []
  6. Le Syndicat mIxte D’énergies, d’Équipements et de e-Communication du Jura (SIDEC) a ainsi mis en place la charte « Éclairons juste le Jura » afin d’« éviter les troubles du sommeil aux personnes habitant à proximité des lampes, [de] limiter les nuisances sur la faune nocturne en particulier les insectes et les chauves-souris, [et de] valoriser touristiquement la qualité du ciel étoilé avec des balades nocturnes, des observations astronomiques…» (http://www.sidec-jura.fr/sidec/actualites/reseaux- electriques/140-eclairons-juste-le-jura). []
  7. Citons les tribunes offertes aux associations environnementales, sur les thèmes de l’éclairage et des nuisances et pollutions lumineuses, par l’association LUCI (Lighting Urban Community International www.luciassociation.org/) ou bien encore par le Cluster Lumière (http://www.clusterlumiere.com/). []
  8. Cluster Lumière, rencontres « Réinventer les lumières de la ville – Performance et efficience durables en éclairage public », jeudi 29 septembre 2011, Palais de la Découverte, Paris. []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *