Qu’est-ce que « bien éclairer » ?

5712579932_abd42b399a_m

« Forêt de lampadaires », Olivier Jeannin, 11 mars 2011, Flickr (licence CC)

Un billet de Pierre-Olivier Dupuy.

Pour citer ce billet : Dupuy P.-O., « Qu’est-ce que « bien éclairer » ? », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 02 décembre 2014. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/894 (consulté le …)

Lors d’une veille sur le net, nous dénichons cette étude de l’IFOP1, commanditée par l’éclairagiste CITEOS et réalisée en avril 2014, portant sur le « jugement des Français » vis à vis :

  • De l’éclairage des villes en général.
  • De l’éclairage de leur commune.
  • Des technologies relatives aux smart cities.

Si la critique des sondages n’est pas nouvelle et malgré la présentation consensuelle des aspects méthodologiques de ce sondage  (balisés par des précautions d’usage qui viennent  renforcer les effets de scientificité et la pertinence de la quantification des opinions), des biais dans la formulation des questions sont, encore une fois, ici observés.

A la question relative à la satisfaction des sondés sur l’éclairage de leur commune, la notion de « bien éclairer » semble aller de soi. Pourtant, s’agit-il d’évoquer un éclairage suffisant ? D’un éclairage bien placé ? De l’orientation des sources lumineuses ? De la vétusté des équipements ? Bref, des aspects relatifs à l’efficacité ou encore l’utilité dont fait fi le sondeur puisque les modalités de réponse proposées restreignent à une seule acception possible : celle de la valorisation des monuments et d’un éclairage suffisant…

La question sur les mesures à appliquer pour réduire le budget « éclairage » des communes ne déroge pas non plus aux biais méthodologiques :

  • l’une des modalités de réponse donne explicitement dans son énoncé la réponse à la question :  » Moderniser le mobilier d’éclairage urbain (lampadaires, projecteurs), pour le remplacer par des équipements qui consomment moins d’énergie « .
  • D’autres formulations peuvent poser débat, comme le recours à l’adverbe « complétement » qui – par l’extrême qu’il suppose – vient modifier le sens de la proposition suivante : « Éteindre complètement l’éclairage public après une certaine heure« .
  • Enfin, qu’en aurait-il été du taux de réponse si l’on avait rajouté la précision « après une certaine heure »  à cette modalité « Arrêter d’éclairer les monuments et les bâtiments historiques » (comme c’est le cas pour une autre modalité proposée) ?

Certains diront qu’il est normal qu’une enquête commandée et financée par un éclairagiste amène des résultats qui aillent dans le sens d’un développement de l’éclairage public et des smart cities. D’autres que la rédaction d’un questionnaire est, à juste titre, un casse-tête complexe (faut-il donner ou non les raisons d’une mesure ? Faut-il donner des exemples au risque de susciter un amorçage chez les personnes interrogées ? Etc.). D’autres, enfin, regretteront le côté caricatural et manichéen des propositions (to light or not to light), schématisant trop rapidement le débat sur la gestion de l’éclairage public.

  1. http://www.lagazettedescommunes.com/telechargements/Etude-Ifop-pour-Hopscotch-et-Citeos.pdf []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *