Empreinte lumineuse, trame nocturne et corridors noirs : quelques précisions

Pour citer cet article : Samuel Challéat (1 janvier 2017). Empreinte lumineuse, trame nocturne et corridors noirs : quelques précisions. Le blog du Collectif RENOIR. En ligne : http://renoir.hypotheses.org/910.

À l’heure où tout – ou presque – peut être « déposé »1 pour être approprié (y compris par des associations se déclarant « d’utilité publique »), il me semble nécessaire de rappeler les mentions des notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de corridors noirs dans mes travaux doctoraux, en 2010. Ce billet en reprend donc sans modification (en-dehors des numérotations – paragraphes, figures, références bibliographiques) le paragraphe 2.1.2 (« La politique de réduction généralisée de l’intensité lumineuse », p. 407-416). Un ajout (partie 4) en fin de billet souligne l’idée des corridors noirs. Ce billet vise donc à préciser le cheminement intellectuel et scientifique (difficilement déposable à l’INPI) m’ayant permis de dessiner, en 2010, les contours de ces notions, aujourd’hui mobilisées dans l’action publique en faveur d’une réduction des nuisances et pollutions lumineuses. Certes, les travaux universitaires ont pleinement vocation à être mobilisés par le corps social, mais cela n’empêche en rien de le faire dans le respect des auteurs.

Ce billet reprend en partie la thèse de Doctorat : Challéat S., 2010, « Sauver la nuit » – Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires. Sous la direction de Larceneux A. 540 p. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00589614.

La politique de réduction généralisée de l’intensité lumineuse

1. Différents arguments en faveur de la réduction globale

1.1. Un éclairage urbain trop uniforme et énergivore

Divers acteurs de la fabrique de la ville commencent à prendre conscience qu’un éclairage trop uniformément réparti participe de la banalisation de la lumière urbaine et noie ses atouts, notamment en termes de mise en valeur des espaces et du patrimoine. Cette banalisation de la lumière entraine également une banalisation des espaces eux-mêmes, et en nivelle les spécificités. Au-delà des acteurs « historiques » (astronomes, écologues) de la lutte contre les nuisances et pollutions lumineuses, les façons d’éclairer sont donc aujourd’hui remises en question, au sein de disciplines qui interrogent désormais de plus en plus fréquemment cette uniformisation. Plusieurs géographes questionnent ainsi notre rapport à la nuit et à la ville, à la ville la nuit :

« Jusqu’au XIXe siècle, les lumières vacillantes de la ville annonçaient au voyageur qui s’en approchait l’imminence du refuge, la sécurité et le repos parmi les hommes, après les fatigues de la route, les menaces de la nuit et de la forêt. L’éclairage témoignait frêlement d’une veille urbaine dans un océan d’obscurité, signe de la continuité de la culture s’émancipant des rythmes de la nature. Mais cette urbanité de l’éclairage n’est plus, ou s’est redéfinie. D’abord parce que le milieu rural a lui aussi ses illuminations, ses clochers perçant la nuit, ses places de villages sous le plein feu des projecteurs ; ensuite, et surtout, parce que la petite musique de nuit que jouait de loin l’éclairage urbain dans un paysage nocturne noyé de ténèbres, s’est tue au profit d’un tapage nocturne généralisé : changement d’échelle, de la tête d’épingle lumineuse au halo régional ; et changement d’intensité, de volume, de couleur, qui nous amènent à constater que l’empreinte nocturne de la « ville émergente » [1] est laide. Sous ce faux jour, la ville n’apparaît plus dans la nuit comme un précieux foyer humain, mais comme une tonitruante machine économique, mal maîtrisée et dépourvue d’urbanité. » [2]

Les urbanistes et les concepteurs lumière se penchent sur les économies d’énergies, l’écologie temporelle, la rythmanalyse, la chronotopie et fondent ainsi un urbanisme temporel cherchant à rendre cohérent l’éclairage avec nos usages de la ville nocturne :

« Un plan lumière, par exemple, n’est appréciable que s’il correspond aux pratiques temporelles des habitants et des visiteurs du quartier auquel on le destine. Éclairer toute une nappe urbaine avec la même intensité toutes les nuits de l’année est énergivore. Sans omettre la dimension poétique de l’éclairage, ses variations, ses ambiances, ses couleurs… » [3]

Et puis de nouvelles pratiques émergent – comme celle du Clan du néon [4] – avec pour volonté de dénoncer – dans ce cas par l’extinction des enseignes lumineuses commerciales faites de néons – ce qu’elles considèrent, pêle-mêle, comme une pollution visuelle par la défiguration des espaces publics, une atteinte à l’environnement, un gâchis énergétique, ou encore une intrusion dans la vie privée (figure 1).

Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil historique » [5], ou l’émergence de nouvelles formes de contestation de l’éclairage artificiel des villes. Image : clanduneon.over-blog.com.

Figure 1. Contestation de l’éclairage artificiel des villes.
« Clin d’œil historique » [5], ou l’émergence de nouvelles formes de contestation de l’éclairage artificiel des villes. Image : clanduneon.over-blog.com.

1.2. Un souci de cohérence territoriale

Au sein de l’ANPCEN, la réduction des intensités lumineuse généralisée à l’ensemble du territoire est également soutenue, au sein des associations de défense du nocturne, par des membres voulant conserver un certain niveau de cohérence territoriale. Il est facile, en effet, partant de politiques de réservation spécifiques au ciel étoilé et fortement localisées d’en arriver rapidement à renvoyer dos-à-dos les territoires : la population des communes à qui l’on imposerait des règles draconiennes en matière de limitation des flux (intensités, directions) ne pourrait comprendre que, à quelques kilomètres voire à quelques centaines de mètres, d’autres communes n’aient pas à « subir » ce type de contrainte. Un autre risque du même type serait de renforcer, dans l’imaginaire collectif, l’idée d’un espace rural exclusivement cantonné aux rôles de récréation et de préservation d’une certaine « naturalité » à destination des urbains. Comme dans d’autres domaines de préservation (préservation des paysages, notamment), un espace rural qui se devrait, à lui seul, de protéger la qualité du ciel et de l’environnement nocturnes s’opposerait à un espace urbain dans lequel le « tapage nocturne généralisé » [6] aurait, alors, presque toute légitimité à devenir la norme. Cette volonté de ne pas opposer l’urbain au rural rejoint les notions de connectivité et de continuité écologiques dans l’argumentaire en faveur d’une amélioration globale du nocturne.

2. L’importance, du point de vue écologique, d’une amélioration globale

2.1. La lumière, élément de perturbation écologique

La notion centrale de l’écologie du paysage est l’hétérogénéité, dépendant de la complexité paysagère (végétation et types d’occupations des sols), de l’échelle d’étude, mais aussi de l’observateur : l’agronome, le botaniste ou le biogéographe ne « liront » pas cette diversité d’une façon unique et au même niveau d’échelle. Des écologues comme Naveh et Lieberman [7], Forman et Godron [8] ont, dans les années 1980, largement contribué à définir cette « écologie du paysage », ainsi que la composition de son principal sujet : le paysage. Wiens [9], dans son ouvrage phare Metapopulation Dynamics and Landscape Ecology distingue ainsi trois courants historiques nés en Europe et en Amérique du Nord : une écologie synthétique et holiste, dans laquelle l’homme tient une place importante, une écologie classique, où le niveau d’organisation et l’échelle d’étude deviennent plus larges (c’est ici qu’est introduit le paysage) et, enfin, une écologie spatiale, qui étudie comment la structure et la dynamique des paysages hétérogènes influent sur les phénomènes écologiques, et réciproquement [10]. Le paysage tient donc une place prépondérante pour l’écologue, et peut être simplifié en trois grands types d’éléments, avec tout d’abord la « matrice », cet espace interstitiel qui n’est pas l’habitat favorable d’une espèce [11] (notion d’espace neutre, voire d’espace hostile), ni même l’habitat favorable aux espèces en général. À l’inverse, l’écologue parlera de « taches d’habitat » pour les espaces permettant l’accomplissement du cycle de vie d’une espèce, et de « corridors » pour les espaces permettant son déplacement entre deux taches. Notons que, selon les espèces, un même élément paysager pourra jouer le rôle de matrice, de tache d’habitat ou de corridor de déplacement. Clergeau nous dit ainsi qu’« une haie dense sera une barrière à la dispersion du chevreuil ou de certains diptères, un habitat pour le campagnol roussâtre et un corridor de déplacement entre deux bois pour l’écureuil. » [12].

La lumière artificielle perturbe l’alternance naturelle du jour et de la nuit au sein même des habitats de nombreuses espèces. Par cette perturbation des habitats, c’est toute la chronobiologie d’une multitude de taxons qui s’en trouve déréglée (cycles de repos/activité, de prédation, de reproduction, etc.), mais c’est également les structures et les dynamiques spatiales des populations qui sont impactées. Ainsi, la lumière peut rendre plus rugueux un corridor de déplacement pour certaines espèces, elle peut miter une tache d’habitat ; elle peut, enfin, constituer une véritable barrière aux déplacements pour les espèces les plus photophobes. Au regard des ses effets et impacts (première partie de ce travail), la lumière correspond bien à la définition d’une perturbation (ou dérangement, « human disturbance » dans la littérature anglo-saxonne) écologique donnée par Triplet et Schricke : constitue ainsi une perturbation « tout événement généré par l’activité humaine qui provoque une réaction de défense ou de fuite d’un animal, ou qui induit, directement ou non, une augmentation des risques de mortalité pour les individus de la population considérée ou, en période de reproduction, une diminution du succès reproducteur » [13].

Dans sa thèse axée sur les interactions homme/oiseaux, Nicolas Le Corre distingue l’effet de la perturbation (réaction, visible ou non, des animaux en présence de la source de perturbation), qui est neutre car seulement constaté, et ses impacts (immédiats ou différés spatialement et temporellement) qui, eux, sont la résultante d’effets répétés [14]. Nous pouvons rappeler ici quelques éléments liés à la lumière, dans ce continuum temporel et spatial entre effets et impacts : diminution du succès reproducteur, changement des caractéristiques des niches écologiques (distribution, abandon de niche, diminution de la capacité d’accueil), augmentation de la prédation chez certaines espèces, augmentation du stress, diminution du temps de prédation, du temps de repos, etc.

2.2. Une fragmentation multiscalaire des formes, structures et fonctions éco-paysagères

La notion d’échelle est centrale en écologie du paysage, et le cas de la lumière artificielle ne déroge pas à cette règle, bien au contraire (nous faisons ici référence au continuum source lumineuse ponctuelle, halo entourant cette source, halo d’agglomération, puis mise en réseau des empreintes lumineuses issues des agglomérations). L’échelle correspond à une fourchette de mesures et, dans la notion de paysage, elle définit également un niveau fonctionnel ayant des mécanismes propres [15]. Chaque espèce a ainsi une « échelle générale de vie » différente des autres espèces, mais chaque espèce « utilise » également plusieurs échelles selon les fonctions à accomplir. Pour illustrer ce propos, Clergeau nous donne l’exemple de l’emboitement des différentes échelles fonctionnelles d’un rapace migrateur :

« Ainsi, le rapace qui migre à l’automne quitte sa région septentrionale pour aller dans une région méridionale passer l’hiver : l’échelle est ici celle du continent et les mécanismes en jeu sont essentiellement génétiques. On peut parler d’un niveau biogéographique continental. Quand il arrive dans la région d’hivernage, il choisit préférentiellement un paysage ouvert plutôt que la forêt profonde : l’échelle est ici celle du paysage et met en jeu des mécanismes propres aux caractères morphologiques de l’espèce (par exemple son envergure trop importante n’en fait pas une espèce forestière) ; on parle alors du niveau paysage. Enfin, quand il va chasser, il va plutôt sélectionner les herbages hauts : l’échelle est ici celle de la parcelle et met en jeux des mécanismes comportementaux d’expérience individuelle de l’oiseau ; on peut parler d’un dernier niveau de mécanismes correspondant au domaine vital de l’oiseau. » [16].

Echelles fonctionnelles emboitées, donc, mais également interdépendantes: les phénomènes appelant de grands espaces appellent également le temps long: le comportement migratoire du rapace fait appel à des mécanismes génétiques et demande l’espace continental, quand son comportement journalier de chasse nécessite l’espace de la parcelle. Pour autant, lors des chasses le long de sa route migratoire, le rapace impactera la population de rongeurs à échelle très fine. De même pour l’oiseau migrateur qui, dévié de sa route par les grands halos d’agglomérations, n’en sera pas moins obligé de se nourrir et, pour ce faire, de modifier ses habitudes de prédation s’il se trouve à devoir trouver sa nourriture en zone urbanisée où la lumière a appauvri la biodiversité. Les mécanismes à grande échelle ne sont donc pas déconnectés des mécanismes de petite échelle et, en matière de lumière, comme pour beaucoup d’autres perturbations, les solutions éventuelles ne peuvent être que d’application multiscalaire (figure 2).

Figure 2. Des habitats, temporalités et interdépendances multiscalaires. Adapté de Gunnell [17], d’après Kolasa [18] et Turner et al [19].

Figure 2. Des habitats, temporalités et interdépendances multiscalaires. Adapté de Gunnell [17], d’après Kolasa [18] et Turner et al [19].

Enfin, la théorie biogéographique de l’insularisation nous fournit des éléments pour appuyer une réduction globale de l’empreinte lumineuse. Cette théorie fondamentale de l’écologie du paysage soutient que la fragmentation des taches d’habitats par un altéragène – comme la lumière artificielle – ou encore la rupture de corridors de déplacement, amènent l’isolement physique ou génétique d’une population ou d’un groupe de populations sur un territoire. Bien sûr, ce phénomène peut être naturel, mais il est alors très lent et peut contribuer à la spéciation (apparition de nouvelles espèces, cas typique d’espèces n’existant que sur certains continents). Quand il est d’origine anthropique, l’adaptation des espèces ne se fait pas, et l’insularisation peut s’avérer fatale à certaines populations, voire à certaines espèces si celles-ci sont endémiques du territoire concerné. Différents modèles conceptuels ont schématisé l’effet de l’isolement des habitats ; ainsi du concept « source/puits » et du rôle des éléments de corridors permettant la dispersion des espèces les plus spécialisées géographiquement [20]. Cette connectivité par les corridors n’est pas toujours à considérer en termes de continuité absolue de l’objet paysager [21] et, là encore, elle intègre une très forte composante multiscalaire : les couloirs de migrations relient, sur de grandes distances, des taches d’habitat sans continuité spatiale et sont à considérer, à ce titre, comme de véritables corridors dématérialisés. Pour Clergeau, il s’agit donc avant tout de prendre en compte, pour chaque groupe d’espèces et à différentes échelles, le type de corridor utilisé, et d’arriver ainsi à mesurer une sorte de « perméabilité » de la matrice [22] qui sera fonction des éléments anthropiques de perturbations écologiques, comme l’est la lumière artificielle.

3. Renforcer la composante nocturne des corridors écologiques et de la TVB

3.1. Connectivité et continuité écologique, fondements des corridors et de la TVB

Nous avons rappelé la centralité de la notion d’échelle en écologie du paysage. Soulignons à nouveau que la lumière artificielle ne saurait échapper à cette « règle » écologique qui veut qu’à une échelle donnée du paysage corresponde une fourchette de mesures et, surtout, un niveau fonctionnel aux mécanismes propres [23]. Les mouvements des espèces, selon la « tâche » à effectuer (migration, peuplement, colonisation/recolonisation, mouvements journaliers de prédation, etc.), génèrent les différentes échelles spatiales et temporelles auxquelles il est nécessaire d’appréhender les problématiques bioécologiques. Cette théorie de la hiérarchie fournit, en outre, un outil puissant dans l’analyse et la compréhension des fonctionnements biologiques complexes, en interactions écosystémiques permanentes, ainsi qu’un outil pouvant accompagner les études d’impacts environnementaux. L’approche multiscalaire des effets et impacts de la lumière artificielle doit s’imposer, qui permettra ainsi de mieux intégrer dans les travaux les notions de connectivité et de continuité écologique aux différentes échelles d’un territoire. À l’extérieur de la ville, par exemple, la répartition relativement homogène sur le territoire des 46 Parcs Naturels Régionaux les place en position de taches d’habitats que des corridors noirs devraient ainsi relier (figure 3).

Figure 3. Mettre en relation les tâches d’habitats.
Gunnell [24], d’après Diamond [25], et Wilson et Willis [26].

Figure 3. Mettre en relation les tâches d’habitats.
Gunnell [24], d’après Diamond [25], et Wilson et Willis [26].

Lorsque l’on parle de « taches d’habitats », de « corridors écologiques », notre imaginaire construit un paysage rural avant tout ; pourtant, ces éléments écologiques doivent trouver leur place aussi dans nos villes. Augmenter la biodiversité à l’intérieur des villes, en informant les citadins sur les enjeux liés à ce type de politique, voire en les y faisant participer, paraît primordial à un moment où l’urbain se trouve dévalorisé dans l’imaginaire collectif, et où – comme nous le rappelle Afaissa – une certaine littérature « antiurbaine » considère, sous la plume des éthiciens de l’environnement, « que la ville est la mère de tous les maux écologiques dont souffre la planète » [27]. Et Afaissa d’ajouter, après avoir rappelé les travaux de Light [28] ou de Wackernagel et Rees [29] sur l’empreinte « par tête », qu’« il conviendrait de s’interroger sur les conditions dans lesquelles le processus actuel de métropolisation et d’étalement urbain pourrait être dirigé de manière à satisfaire des exigences optimales de durabilité » [30]. La ville peut donc devenir un espace de conservation d’un niveau d’aménités non négligeable. En outre, les formes qui seront choisies dans les années à venir pour l’éclairage urbain, ainsi que les trajectoires prises par son évolution, détermineront significativement les biodiversités à échelle plus vaste (locales, régionales), donnant tout son sens à l’application de continuité écologique en milieu urbain.

Selon Clergeau, « la mise en connexion de chemins creux, de haies ou de canaux qui permet les flux d’espèces animales et végétales est l’un de ces mécanismes fondamentaux nécessaires au maintien d’une biodiversité dans les territoires les plus complexes et pourquoi pas les plus anthropisés » [31]. Dans ces derniers, les notions de matrices, de taches d’habitats, d’insularisation et de corridors, loin de perdre leur sens, expriment les diverses occupations du sol et leur agencement spatial. Ainsi bâti, parking, toits forment une matrice presque totalement imperméable au développement des espèces et à leur mobilité ; aux interstices et dans les creux d’artificialité, des « îles d’habitat » [32] – parfois relativement vastes, comme dans le cas d’un parc, par exemple – perdurent. C’est là que doit intervenir la notion de connectivité écologique : atténuer l’isolement par la mise en place de corridors au sein de la matrice urbaine, liaisons qui aideraient au maintien de certaines espèces. L’outil qui, à l’heure actuelle, par sa récente reconnaissance législative suite au Grenelle de l’environnement [33], semble être le plus à même de répondre à ces préoccupations d’écologie urbaine, est certainement la « Trame Verte et Bleue » (TVB). Le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer présente ce maillage écologique comme l’outil permettant « de (re)constituer un réseau écologique cohérent qui permette aux espèces de circuler et d’interagir, et aux écosystèmes de continuer à rendre à l’homme leurs services » [34]. Le législateur vise ainsi « une logique de conservation dynamique de la biodiversité » [35], avec, pour la TVB, les objectifs suivants :

    • « diminuer la fragmentation et la vulnérabilité des habitats naturels et habitats d’espèces ;
    • identifier et relier les espaces importants pour la préservation de la biodiversité par des corridors écologiques ;
    • atteindre ou conserver le bon état écologique ou le bon potentiel des eaux de surface ;
    • prendre en compte la biologie des espèces migratrices ;
    • faciliter les échanges génétiques nécessaires à la survie des espèces de la faune et de la flore sauvage ;
    • améliorer la qualité et la diversité des paysages ;
    • permettre le déplacement des aires de répartition des espèces sauvages et des habitats naturels dans le contexte du changement climatique » [36].

Il est à souligner qu’en milieu urbain, la TVB procure des avantages bien au-delà des « simples » considérations écologiques : elle est ainsi souvent en relation avec des enjeux récréatifs, de détentes, de liaisons vers l’extérieur de la ville utilisables par les modes doux de déplacement, comme c’est le cas pour les « coulées vertes ».

3.2. Des espaces à « plonger dans le noir »

À la lecture du Code de l’environnement, il apparaît cependant que la composante nocturne de cette trame écologique n’est pas directement prise en compte. Elle l’est si l’on relie les textes relatifs aux nuisances lumineuses à ceux instituant la TVB, mais il nous semble primordial de souligner que ces espaces, s’ils veulent remplir leurs objectifs énoncés ci-dessus, doivent constituer un réseau de nuit noire à l’extérieur mais aussi dans la ville, assurant ainsi un interfaçage à la perméabilité écologique optimale (figure 4). En effet, la grande majorité des espèces animales a une activité nocturne importante pour sa survie (reproduction, prédation, migration, etc.) et, les métabolismes réagissant aux durées d’éclairement (floraison, chant des oiseaux, quête de nourriture, rythme de ponte, reproduction, migration), la lumière artificielle introduite dans un milieu modifie ainsi les équilibres entre le prédateur et la proie (chauve-souris pipistrelle/papillon nocturne, faucon pèlerin/passereau migrateur), désoriente dans des proportions variables des oiseaux migrateurs (merles noirs, rouges-gorges, grives) et participe au déclin de certaines populations (oiseaux insectivores, batraciens, insectes, pétrels, macareux). La lumière artificielle serait ainsi devenue la deuxième cause d’extinction d’espèces d’insectes nocturnes, rompant de ce fait la chaîne alimentaire par la privation des espèces supérieures de leur nourriture. Les corridors écologiques se doivent donc d’intégrer fortement la composante nocturne s’ils veulent remplir de façon optimale leurs objectifs de conservation de la biodiversité.

Figure 4. Développer, en milieu urbain, une Trame Verte, Bleue... et Noire. Adapté d’après Clergeau [37].

Figure 4. Développer, en milieu urbain, une Trame Verte, Bleue… et Noire. Adapté d’après Clergeau [37].

4. Ajout (extrait d’un texte écrit fin 2011, envoyé en janvier 2012 en vue d’une candidature CNRS : La question de la « nocturnité » face aux pressions des « territoires de la lumière »)

C’est aujourd’hui à un manque d’indicateurs environnementaux et sanitaires qu’a à faire face le décideur lorsqu’il tente de prendre en considération l’environnement nocturne dans les décrets d’application du Grenelle de l’environnement. Ici, et dans la lignée des travaux sur l’écologie industrielle, il faudra préciser et affiner – à l’image de l’empreinte écologique – le concept d’« empreinte lumineuse » et le rendre opérationnel par un indicateur (ou ensemble d’indicateurs) intégrant mesures in situ, mais également mesures d’effets et impacts spatialement et temporellement dilatés, déportés. En amont, c’est bien un approfondissement de la connaissance des « services écologiques » du temps nocturne à différentes échelles qui apparaît primordial dans la perspective d’une politique territorialisée de réduction des nuisances et pollutions lumineuses.

Il semble primordial que la TVB, si elle veut remplir ses objectifs de préservation de la biodiversité, constitue un réseau de « noir » à l’extérieur mais aussi dans la ville, assurant ainsi un interfaçage à la perméabilité écologique optimale. La TVB et autres corridors écologiques se devraient donc d’intégrer fortement la composante nocturne. Les « réserves de ciel étoilé », en cours de réalisation et d’institutionnalisation par le législateur, peuvent ainsi faire office de taches d’habitats d’espèces nocturnes, mais elles ne sauraient à elles-seules garantir le maintien d’un niveau de biodiversité sur l’ensemble du territoire et au-delà. C’est bien un travail à plusieurs échelles qui doit être mené, en liens étroits avec la communauté des chercheurs de diverses branches de l’écologie (comportementale, paysagère, etc.), afin de dresser un état des lieux précis des pressions des différentes empreintes lumineuses – en les spatialisant dans les espaces ruraux comme dans les zones urbaines ou à urbaniser – et d’en analyser les réductions possibles (figure 5).

Figure 5. Défragmenter la matrice écopaysagère nocturne, augmenter la connexité des espaces et la connectivité écologique pour éviter l’insularisation en créant des corridors noirs, autour de – mais aussi dans – la ville (les deux images ci-dessus sont des simulations). Challéat S. – Laboratoire ThéMA.

Figure 5. Défragmenter la matrice écopaysagère nocturne, augmenter la connexité des espaces et la connectivité écologique pour éviter l’insularisation en créant des corridors noirs, autour de – mais aussi dans – la ville (les deux images ci-dessus sont des simulations). Challéat S. – Laboratoire ThéMA, 2011.

Aussi, les recherches doivent ici s’appuyer sur des mesures in situ, avec en amont un travail de détermination d’un protocole de mesures, qui aideront à la calibration d’outils statistiques et de modélisation. L’analyse spatiale (télédétection, géomatique) est également à mobiliser dans la perspective d’utiliser les données acquises comme indicateurs d’évolution, outils de gestion ou comme moyens d’évaluation de projets d’aménagements (qu’ils soient « lumière » ou « de protection de la nuit ») ou de politiques de gestion environnementale (gestion d’une Trame Noire, gestion de la réservation du ciel étoilé autour de certains sites astronomiques, notamment montagnards, etc.). Mes travaux doctoraux (2010) ont montré – sans toutefois en arriver, faute de temps, à la phase applicative – le potentiel du modèle de Lozi [38] (développé en partenariat avec l’Ecole Supérieure d’Optique) pour la spatialisation en trois dimensions des flux lumineux de faibles intensités (figure 6). Ce modèle est, en l’état, particulièrement adapté à des modélisations fines mais peut être adapté pour des études régionales, voire suprarégionales.

Figure 6. « Cartographies » par le modèle de Lozi [39] de la luminance zénithale du ciel (sous environnement Matlab®). Challéat S, Laboratoire ThéMA., 2010.

Figure 6. « Cartographies » par le modèle de Lozi [39] de la luminance zénithale du ciel (sous environnement Matlab®). Challéat S, Laboratoire ThéMA., 2010.

Il me semble ainsi important d’insérer la réflexion sur les apports du nocturne (l’économiste parlerait ici des « aménités environnementales liées au temps nocturne ») dans un cadre plus large intégrant la complexité des interactions entre composantes biologiques et socio-économiques. Le paysage nocturne (la question de sa valeur, de ses apports culturels ou scientifiques lorsqu’il est surmonté d’un ciel étoilé) doit également être abordé comme géocomplexe sur lequel viennent se greffer les questions des perceptions sociales et la notion de projet politique et d’aménagement en contexte d’incertitude, notamment lorsqu’il devient l’objet d’une protection et d’une réservation naissantes.

Références

  1. CHOAY F., 1994, « Le Règne de l’urbain et la mort de la ville », La Ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, DETHIER J. et GUIHEUX A. (sous la dir. de), Paris, Éditions du Centre Pompidou, p. 26-35.
    ASCHER F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes. Paris, Odile Jacob.
    CHALAS Y. et DUBOIS-TAINE G. (sous la dir. de), 1997, La Ville émergente. La Tour d’Aigues, Les éditions de l’Aube.
    Cités par DELEUIL J.-M. (sous la dir. de), 2009, Éclairer la ville autrement, innovations et expérimentations en éclairage public. Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, p. 284.
  2. DELEUIL J.-M. (sous la dir. de), 2009, Éclairer la ville autrement, innovations et expérimentations en éclairage public. Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, p. 284.
  3. PAQUOT T., 2010, L’urbanisme c’est notre affaire ! Nantes, L’Atalante, p. 63.
  4. Site Web, dernière consultation le 20 août 2010. URL : http://clanduneon.over-blog.com/
  5. Nom donné par le Clan du néon au fichier informatique de ce montage photographique. Site Web, dernière consultation le 20 août 2010. URL : http://clanduneon.over-blog.com/
  6. DELEUIL J.-M. (sous la dir. de), 2009, Éclairer la ville autrement, innovations et expérimentations en éclairage public. Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, p. 284.
  7. NAVEH Z. et LIEBERMAN A., 1984, Landscape ecology : theory and application. New York, Springer-Verlag.
  8. FORMAN R.T.T. et GODRON M., 1986, Landscape Ecology. New York, John Wiley and Sons.
  9. WIENS J.A., 1997, Metapopulation dynamics and landscape ecology. San Diego, Academic Press.
  10. TURNER M.G., 1989. «Landscape ecology: the effect of pattern on process». Annual Review of Ecology and Systematics, n° 20, p. 171-197.
  11. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée.
  12. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée, p. 18.
  13. TRIPLET P. et SCHRICKE V., 1998, « Les facteurs de dérangement des oiseaux d’eau : synthèse bibliographique des études abordant ce thème en France », Bulletin mensuel de l’ONCFS, n° 235, p. 20-27.
  14. LE CORRE N., 2009, Le dérangement de l’avifaune sur les sites naturels protégés de Bretagne : état des lieux, enjeux et réflexions autour d’un outil d’étude des interactions hommes/oiseaux. Thèse de géographie, soutenue le 2 septembre 2009 à l’Université de Bretagne Occidentale.
  15. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée, p. 20.
  16. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée, p. 20.
  17. GUNNELL Y., 2009, Écologie et société, Paris, Armand Colin.
  18. KOLASA J., 1989, « Ecological Systems in Hierarchical Perspecitive : Breaks in Community Structure and Other 
Consequences », Ecology, n° 70, p. 36-47.
  19. TURNER M.G., GARDNER R.H. et O’NEILL R.V., 2001, Landscape ecology in theory and practice : pattern and process, New York, Springer.
  20. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée.
  21. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée.
  22. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée.
  23. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée, p. 20.
  24. GUNNELL Y., 2009, Écologie et société, Paris, Armand Colin.
  25. DIAMOND J.M., 1975, « The island dilemma : lessons of modern biogeographic studies for the design of natural 
reserves », Biological Conservation, vol. 7, n° 2, p. 129-146.
  26. WILSON E.O. et WILLIS E.O., 1975, « Applied biogeography : The design of nature reserves », CODY M.L. et 
DIAMOND J.M. (sous la dir. de), Ecology and evolution of communities, Cambridge, Harvard University Press, p. 522- 534.
  27. AFAISSA H.-S., 2010, « La carpe et le lapin, éthique environnementale et pensée du milieu urbain », PAQUOT T. et 
YOUNES C. (sous la dir. de), Philosophie de l’environnement et milieux urbains. Paris, La Découverte, p. 56.
  28. LIGHT A., 2001, « The urban blind spot in environmental ethics », Environmental Politics, n° 10, p. 7-35.
  29. WACKERNAGEL M. et REES W., 1996 (1999), Notre empreinte écologique. Comment réduire les conséquences de l’activité humaine sur la Terre. Montréal, Écosociété.
  30. AFAISSA H.-S., 2010, « La carpe et le lapin, éthique environnementale et pensée du milieu urbain », PAQUOT T. et YOUNES C. (sous la dir. de), Philosophie de l’environnement et milieux urbains. Paris, La Découverte, p. 56.
  31. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée, p. 85.
  32. BLONDEL J., 1995, Biogéographie, approche écologique et évolutive. Paris, Masson.
  33. Articles L. 371-1 à L. 371-6 du Code de l’environnement. Version consolidée au 31 juillet 2010. Partie législative. 
Livre III : Espaces naturels. Titre VII : Trame verte et trame bleue.
  34. Site Web du Grenelle de l’Environnement, consulté pour la dernière fois le 18 août 2010. 
URL : http://www.legrenelle-environnement.gouv.fr/spip.php?article1182
  35. Site Web du Grenelle de l’Environnement, consulté pour la dernière fois le 18 août 2010. 
URL : http://www.legrenelle-environnement.gouv.fr/spip.php?article1182
  36. Site Web du Grenelle de l’Environnement, consulté pour la dernière fois le 18 août 2010. 
URL : http://www.legrenelle-environnement.gouv.fr/spip.php?article1182
  37. CLERGEAU P., 2007, Une écologie du paysage urbain. Rennes, Apogée.
  38. LOZI J., 2007, in « Étude quantitative de la pollution lumineuse », Lozi J., Bak A., Azzam E., Ferachoglou N., Maucort G. et Mayneris D., Rapport Opto Services® pour l’Association Française d’Astronomie. Étude scientifique de la pollution lumineuse, Palaiseau, Opto Services®, réf. 06 312 AFA/RE 01, p. 5-39.
  39. LOZI J., 2007, in « Étude quantitative de la pollution lumineuse », Lozi J., Bak A., Azzam E., Ferachoglou N., Maucort G. et Mayneris D., Rapport Opto Services® pour l’Association Française d’Astronomie. Étude scientifique de la pollution lumineuse, Palaiseau, Opto Services®, réf. 06 312 AFA/RE 01, p. 5-39.

Image en Une : nuages éclairés au-dessus de l’agglomération dijonnaise, vus depuis l’Observatoire des Hautes-Plates. Photographie : Samuel Challéat.

  1. À l’INPI – Institut National de la Propriété Industrielle – par exemple []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *