La prochaine Réserve Internationale de Ciel Étoilé à Saint Véran, dans les Alpes ?

Il semble que le modèle « Réserve Internationale de Ciel Étoilé », inauguré en France dans les Pyrénées autour de l’observatoire du Pic du Midi de Bigorre, soit en train de faire des émules. Un projet de RICE est effectivement à l’étude autour de l’observatoire de Saint Véran, situé au sommet (ou presque) du Pic de Château Renard, à près de 3000 mètres d’altitude1.

En attendant de pouvoir vous en dire plus, le Collectif RENOIR vous propose une petite présentation du lieu, en images (animées, s’il vous plait !). En septembre 2012, Johann Michalczak (photographe et vidéaste) et Samuel Challéat (géographe) – tous deux désormais membres du Collectif RENOIR – se rendaient sur les lieux pour une semaine de mission photographique. Johann Michalczak a tiré de cette semaine au sommet un teaser vidéo qui vous permet d’apprécier l’ambiance sous le ciel des Hautes Alpes !

MISSION SAINT VERAN from johann michalczak photographer on Vimeo.

  1. voir à ce sujet : http://www.laprovence.com/article/edition-alpes/3069593/alpes-un-peu-plus-pres-des-etoiles.html []

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.