Revue « Natures, Sciences, Sociétés » : un article du Collectif RENOIR

nss_coverVous trouverez, dans le dernier numéro de Natures Sciences Sociétés un article écrit par deux membres du Collectif RENOIR, Samuel Challéat (UMR Dynamiques Rurales, Toulouse 2) et Dany Lapostolle (UMR ThéMA, Dijon) :

CHALLÉAT S. & LAPOSTOLLE D., 2014, (Ré)concilier éclairage urbain et environnement nocturne : les enjeux d’une controverse sociotechnique, Nat. Sci. Soc. Volume 22, numéro 4, p. 317-328. http://dx.doi.org/10.1051/nss/2014045.

Le résumé de l’article 

« Cet article explique la naissance d’un problème environnemental, la pollution lumineuse, appréhendé comme une controverse sociotechnique. Sur une quarantaine d’années, en appui sur la démarche de l’acteur réseau, il retrace les conditions de son émergence, de sa transformation et de sa diffusion aux échelles locales, nationales et transnationales, traversant différents champs professionnels et disciplinaires. Sa mise à l’agenda politique débouche sur des décisions institutionnelles qui peinent à le saisir dans toutes ses dimensions sociale, scientifique et spatiale. La dissémination spatiale de la controverse dans les zonages et le processus de normalisation apparaît alors comme une réponse régulatrice partielle et segmentée à ce problème.  »

 


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.