Colloque « Cohabiter les nuits urbaines » (5 & 6 mars 2015, Paris)

B-CvsW3IQAAY5GY.jpg-largeLes 5 et 6 mars se tenait à Paris un colloque intitulé « Cohabiter les nuits urbaines – Penser, sentir et narrer la vie nocturne ». Organisé par le Lab’Urba, Prodig, le Lavue, Pacte, l’Université Paris-est, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université Joseph Fourier et le LabEx Futurs Urbains, ce colloque international a réuni les principaux chercheurs travaillant sur la nuit. En tant que conférenciers invités, Samuel Challéat, Pierre-Olivier Dupuy et Rémi Bénos ont présenté le Collectif RENOIR (équipe, objets, méthodes et terrains).

Ci-dessous, le texte de l’appel à communications :

« Depuis quelques années, la qualité de la vie nocturne des métropoles européennes est devenue un enjeu politique. Les États généraux de la nuit de Paris (2010) et de Genève (2011) ont marqué un tournant dans la volonté de certaines municipalités de réguler les temporalités urbaines. Cette nouvelle manière d’appréhender la ville peut s’expliquer, entre autres, par l’évolution des modes de vie, la désynchronisation des temps sociaux entre-eux et avec les rythmes individuels, la perturbation du couple traditionnel travail/loisirs dans la réalisation de soi et la compétitivité entre gouverneurs pour l’image et l’attractivité urbaines.

Ainsi, le découpage linéaire des activités (travail, loisirs, sommeil) articulé au cycle de vie (enfance, vie active, retraite), est en cours de bouleversement. Ces mutations amènent à une expansion des mobilités et à une diversification des pratiques du temps et de l’espace. Il en résulte de nouvelles attentes de la part des « sortants nocturnes » (en termes d’équipements et de services, d’animation, de sécurité …) et des formes spécifiques de tensions et/ou solidarités par rapport à l’occupation de l’espace public.

On peut se demander en quoi l’émergence de l’urbanisme temporel a permis de concilier la diversité des usages et de mettre en adéquation les rythmes urbains collectifs. Comment le matériau lumineux et la mise en place d’événements urbains festifs permettent de créer des ambiances urbaines ? Comment intensifier la vie nocturne ? Comment maîtriser l’usage via un urbanisme des modes de vie ?, alors que le passager des nuits urbaines semble exclut du processus de décisions politiques, d’où la cristallisation de conflits sociaux. Ainsi, aménager les nuits urbaines ne semble pas aller de soi.

Quelles sont les manières, aujourd’hui, d’occuper l’espace urbain nocturne, dans les quartiers centraux comme dans les marges des grandes villes ? Que signifie cette conquête progressive de l’espace nocturne ? Peut-on parler d’une banalisation et massification de l’accès à ces nuits ? Comment permettre une vie/ville nocturne apaisée ? En quoi l’étude de la ville nocturne est susceptible de nous apporter des outils méthodologiques et des catégories d’analyse pertinentes pour mieux comprendre et gérer la ville diurne ?, sont autant de questionnements qui se posent. »

Si la thématique du Collectif RENOIR – les valorisations des nuits des faibles densités – pouvait sembler, a priori, à la marge, cette invitation et les discussions très riches qui ont suivies la communication montrent la pertinence d’une relecture nocturne du clivage souvent posé entre « espaces urbains » et « espaces ruraux ».


Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l’environnement à l’UMR CNRS 5193 LISST de l’Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *